HARZE Au gré des promenades … la Chapelle Ste Anne des Pouhons

La Chapelle Ste Anne des Pouhons dominant le vallon Autre vue de la Chapelle Autre vue de la Chapelle Un nouvel occupant en lieu et place de la statue de Ste Anne

Les promenades sont parfois l’occasion de découvrir des sites et bâtiments insoupçonnés. Ainsi, si vous quittez la route qui mène d’Aywaille à Werbomont, entre les hameaux de Houssonloge et Ernonheid pour suivre à pied ou en voiture mais à vitesse très réduite le charmant ruisseau « La Lembrée » qui se jette dans l’Ourthe à Vieuxville. Ce charmant parcours dans un magnifique cadre de verdure vous amènera après quelques centaines de mètres en vue d’une chapelle dominant le vallon. La construction de cet édifice remonte au 16ème siècle à l’époque où l’industrie du fer était florissante dans la région depuis un siècle. Des forges, des hauts fourneaux s’élevaient là où le ruisseau actionnait une roue hydraulique. Cette industrie allait attirer nombre d’habitants en cet endroit. Le maître des lieux y fit construire une chapelle ainsi qu’une petite habitation pour le responsable du culte. Mais deux bons siècles plus tard, la chapelle, dans un triste état, fut laissée à l’abandon. Reconstruite en 1789, elle retrouva son office dominical jusqu’en 1925, date à laquelle de nouveaux dégâts apparurent. En 1937, à nouveau restaurée, elle fut classée par la Commission des Monuments et Sites. Dédiée à Ste Anne comme nombre d’autres, la Chapelle des Pouhons est l’une des plus connues et la bénédiction des animaux à l’époque de la St Hubert y est très fréquentée : chevaux, chiens et .. chats défilent devant le prêtre officiant. Pour information, le mot « Pouhon » provient du verbe wallon « pouhî » (puiser), dénomination fréquente dans une région où les sources sont nombreuses et réputées pour la qualité de leurs eaux minérales (ferrugineuses, alcalines, salines ou sulfureuses), qu’elles soient commercialisées ou non.

François DETRY (Photos sur www.ardenneweb.eu)