Le Curé des Loubards en visite à Vielsalm.

Guy Gilbert Guy Gilbert Guy Gilbert Guy Gilbert Guy Gilbert Guy Gilbert Guy Gilbert Guy Gilbert Guy Gilbert Guy Gilbert Guy Gilbert Guy Gilbert Guy Gilbert Guy Gilbert

L'année dernière, 6 pionniers de Vielsalm, Jérémy Peffer, Alix Englebert, Jonathan Bastin, Emilie De Bruyn, Ludovic Willem et Nicolas Willem se sont rendus à la Bergerie de Faucon.

La Bergerie a été achetée par le Père Guy Gilbert en 1974 après ce que des jeunes parisiens désiraient sortir de la ville pour fuir les endroits poussant à la délinquance. Le travail à Faucon est basé sur la zoothérapie avec les animaux. La vie en communauté permet aux jeunes avec une présence d'adultes de retrouver une vie équilibrée. Un maximum de six jeunes est accueilli à Faucon pour une année environ. C'est un jeune qui vous accompagne lors de votre visite. Cette propriété est la leur tant qu'ils sont à Faucon, créée pour eux et par eux. Ils sont chez eux. Leur présence constitue auprès des bêtes, de vous renseigner au mieux sur Faucon.

Les Pionniers de Vielsalm ont invité le Père Guy Gilbert du 9 au 11 février.
Arrivé le vendre 9 au Sacré-Cœur, il a commencé par une conférence avec les élèves de 4, 5 et 6èmes.
En soirée, un souper était organisé en la salle de Sart Lierneux où 350 personnes étaient présentes. Devant tout ce public, Guy Gilbert a présenté la "Bergerie du Faucon" grâce à un montage vidéo où l'on voyait le bâtiment depuis les ruines jusqu'à sa remise en état par les jeunes, ses lieux de vie (Paris 19ème et les Alpes de Haute Provence), ainsi que la façon de travailler avec ses protéger. Le père Guy Gilbert est le troisième d'une famille de quinze enfants. Ils ont été élevés pauvrement. A 13 ans, n'étant pas très croyant, il décida de devenir prêtre.
Le samedi 10, le Père Guy Gilbert a dit messe à Vielsalm avec l'Abbé Ladislas et l'Abbé Naedts. Il n'y avait plus de places assises. Plusieurs scouts, dont une unité Musulmane de Laeken, s'étaient rendus à Vielsalm pour assister à cette messe en présence du Père Guy Gilbert dans notre région.

Le dimanche 11, pour terminer son séjour dans notre région, il a célébré une dernière messe en l'église de Lierneux avec l'Abbé Jean-Claude Warroux et l'Abbé Georges Jehenson, avant de prendre un dernier repas avec les Pionniers et ses hôtes à Salmchâteau.

Philippe LAMY

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

Guy Gilbert s’exprime

Guy Gilbert s’exprime toujours avec cet espace de liberté de langage qui le caractérise. Ses mots issus des blessures béantes de la rue, ont la saveur des profondeurs. En effet, Guy est un intellectuel, voire un théologien sans le savoir ou sans le vouloir. Ses approches des problématiques sociétales même si elles sont enrobées d’un certain humour sont toujours d’une grande rigueur analytique.

Cela peut surprendre chez ce prêtre que l’on qualifie souvent de rockeur des rues. Et pourtant, son expérience parle pour lui. Lorsqu’il évoque l’inculturation prônée par Vatican II, comprend-t-on réellement sa démarche d’éducateur ? Parfois, j’en doute. Tant de reproches lui furent jetés en pleine figure à cause de son look et de ses mots ; qu’il lui fallut un courage indestructible pour affronter les critiques stériles. Guy est toujours debout avec les mêmes convictions chevillées au corps. Ces valeurs qui donnent sens à son existence et qu’il s’oblige, en tant que Témoin du Christ, à transmettre.

Ces convictions qui génèrent un sens à toutes vies. Rien n’est inaccessible chez lui. Rien non plus n’est facile. S’il est bien un domaine dans lequel Guy ne transige pas c’est l’éducation inculquée avec laxisme. Chaque parent ou éducateur doit être en capacité de refus. Au risque de voir tomber sur sa pauvre tête les foudres injurieuses des adolescents en révolte. L’adulte doit poser des repères afin que les jeunes ne se perdent point. Ces Ados dont on a tout accepté par peur du conflit.

Voyez les dégâts dont notre société refuse de comprendre les causes. Les violences sans nom provoquées par le malaise des jeunes qui ne savent plus pour quelles raisons obscures ils respirent dans ce monde qui les ignore allègrement. Ils n’ont plus rien à perdre pas même la vie. Les adultes que nous sommes devenons chaque jour indifférents aux problèmes qui les habitent.

Guy Gilbert veut tracer de nouveau les balises qui nous ont fait grandir et que nous refusons de transmettre volontairement aux ados. Volontairement, pas tout à fait, je dirai plutôt involontairement par lâcheté, par peur. Oui, nos sociétés ont peur de leurs jeunes et surtout de leurs réactions. Aurions-nous oubliés que nous avons été enfants avant de prétendre tout savoir ? Un Homme qui sait tout est un être arrêté et figé pour l’éternité. Il est un mort-vivant croyant comprendre les autres tout en les ignorant. Il nous faut des vivants, nous martèle Guy Gilbert. Il nous faut des êtres de Lumière. N’est-il pas vrai que la Lumière peut éclairer le chemin rocailleux des meurtris de la vie.

Guy est éducateur, certes mais également prêtre. Voilà, la source de sa Force. Cette Foi indicible dont transpire toute sa personne. Le Témoignage sans prosélytisme est pour lui essentiel. C’est la preuve certaine que Dieu travaille aussi dans le coeur des plus petits. Son secret, la prière celle qui donne ce souffle de liberté pour mieux s’épanouir. Transmettre cette puissance de vie inoculée par l’Esprit est capital dans sa mission d’éducateur. Puissent chaque chrétien et chrétienne, comprendre cette puissance invincible d’une osmose permanente avec Dieu. Ce Dieu des combats pour une culture où l’oppression ne serait que mauvais souvenir. Ce Dieu qui nous fait vivre les authentiques valeurs pour une liberté responsable aux yeux de l’Humanité. Ce Dieu qui nous pousse à parler pour dire aux Jeunes les convictions joyeuses de notre vie.

Ce Dieu qui nous offre le courage d’affronter toutes les peurs pour exprimer ce qui nous tient debout envers et contre tout. Ce Dieu qui fait sourire les enfants par son humour sur les événements. Ce Dieu qui suinte d’Espérance et dont le feu se reflète sur notre visage. Ce Dieu qui sait nous dire « Non » pour nous faire pénétrer dans la maturité spirituelle. Cette maturité dont les Jeunes attendent quelques signes des adultes souvent, en vain. Aimer, c’est savoir dire « Non » quand les garde-fous ont délimités le terrain. Aimer, c’est être constamment présent avec distance pour que fleurisse la liberté individuelle. Guy Gilbert, comme bon nombre de chrétiens, a trouvé depuis sa tendre enfance sens à son existence. Il se fait un devoir de dévoiler ce bonheur qui fomente aux tréfonds de son être. En fait, ce que nous admirons chez lui, c’est ce que nous ne sommes pas capables de dire ou de faire. Et pourtant, ayez confiance Frères et Soeurs bien aimés, l’Esprit-Saint vous donnera le comportement et les mots selon vos charismes pour devenir à votre tour des successeurs de Guy Gilbert.

Des Témoins de l’Amour et de l’Espérance. Des Témoins du Christ vivant dans ce monde aux senteurs de culture de mort. Des ressuscités face à cette terre déprimée de ne plus saisir le sens, l’essence même d’une transcendance voulue par un Dieu d’Amour. Répandre l’Amour dans les moindres gestes quotidiens devient contagieux pour ceux et celles qui nous entourent et nous regardent vivre. De plus, l’amour est inventif à l’infini et permet de trouver des solutions face à la misère humaine dont les jeunes sont les premières victimes. Guy Gilbert ne fait rien d’autre que suivre les pas de la Providence. Suivons-le, sur les sentes où notre destin est donné en offrande à chacun, comme le Christ par Amour désintéressé pour l’Humanité.
Bruno LEROY.
Éducateur de rue.