Metallica : le plus grand groupe de rock du monde? [partie4]

écrit par valery.granson
le 09/05/2007
La scene en forme de diamant

Metallica : le plus grand groupe de rock du monde? [partie4]

Août 1991 : l’album intitulé « Metallica » mais plus connu sous le nom de black album sort dans les bacs et produit l’effet d’une bombe.

Il a fallu 8 mois au groupe pour enregistrer leur nouvelle plaque ainsi que près d’un millions de dollars d’investissement.

Le 3 août1991, une soirée de lancement est organisée au Madison Square Garden de NYC, avec une première écoute gratuite pour près de 20.000 fans en furie.

A la sortie de l’album, le 12 août, les magasins sont littéralement pris d’assaut par la foule en délire, impatiente d’avoir enfin en main propre le nouvel opus du groupe déjà devenu mythique.

Certains vont même jusqu’à dormir devant les portes des magasins afin de pouvoir acheter l’album au petit matin, dès l’ouverture, voire au milieu de la nuit si la livraison se fait plus rapidement que prévu. Les stocks sont écoulés en quelques heures.

Pour les néophytes, rappelons que le black album de Metallica contient 12 titres dont certains sont à découvrir d’urgence:

Enter Sandman : riff légendaire, simple mais efficace qui marquera l’histoire du rock et du métal

Sad but True : oppressant à souhait, ce titre fut tout simplement résumé par le manager de Metallica par « le morceau à écouter lorsque vous vous faites enlever vos dents de sagesse ».à méditer.

The Unforgiven : morceau très sombre à la musicalité inégalable. Un Must!

Wherever I may roam : le titre représentant le mieux la puissance de Metallica sur scène.

Nothing else matters : ballade simpliste, mais efficace qui ouvre des horizons différents au groupe qui dévoile alors au public une autre facette de lui-même.

My friend of misery : premier morceau réellement écrit par Jason Newsted au sein du groupe.

The struggle within : riff super puissant, et le solo donnera bien du fil à retordre à beaucoup de guitaristes en herbe :o)

Suite la sortie de l’album et des 4 singles qui suivirent, Metallica entame une tournée mondiale gigantesque s’étalant sur 13 mois, et qui sera rallongée à plusieurs reprises.
Cette tournée présentait quelques nouveautés, en dehors des morceaux issus du black album. La plus étonnante fut la scène : une gigantesque structure métallique en forme de diamant dont le centre est disposé de façon à accueillir quelques fans chanceux, et qui se place non pas au fond des salles, mais bien dans le centre de celles-ci (voir photo). La scène comprend 2 batteries identiques montées de part et d’autre sur des plateformes qui peuvent descendre et monter afin de disparaître sous la scène quand nécessaire.
De plus, l’armature métallique principale permet aux musiciens de bouger sur toute la surface et de faire face au public à différents endroits. Du jamais vu.

Le montage et démontage de la scène étant compliqués et long, Metallica disposera de deux scènes identiques afin de permettre la construction d’une scène en parallèle avec le démontage de l’autre, ce qui permet d’augmenter la fréquence des concerts qui se succèdent en moyenne 6 jours sur 7.

Au niveau chiffre, l’album s’est déjà vendu à 4.500.000 exemplaires en décembre de la même année. Un record pour un groupe de métal.

En avril 92, Metallica participe au Freddie Mercury Tribute, événement réunissant 75000 personnes à Wembley, tous venus chanter en cœur les meilleurs morceaux de Queen en hommage à leur défunt vocaliste décédé l’année précédente.

Metallica jouera ce jour là 3 morceaux du black album, et James Hetfield poussera la chansonnette sur Stone cold Crazy avec Tommy Iomi de Black Sabbath, son idole absolue.
Pour l’anecdote, James Hetfield fut terrorisé lors de cette rencontre face à son « maître ».

Après de nombreux concerts devant 20 à 50.000 personnes en moyenne, Metallica s’associe au légendaire groupe Guns’n’Roses pour une tournée commune du 17 juillet au 13 septembre 1992.
Chaque concert rassemble entre 50 et 100.000 spectateurs, ce qui permettra aux 2 groupes d’élargir leur public, mais également de remplir rapidement leur tiroir caisse, l’opération étant financièrement très intéressante.

Durant cette tournée, le concert du 8 août 1992 marqua les esprits.
Metallica se tenait sur scène, avant la prestation de Guns’n’Roses, et au milieu de leur set, lors du morceau « Fade to Black » (album « Ride the lightning »), James Hetfield, peu familier avec les effets pyrotechniques, est pris dans une flamme et doit être embarqué d’urgence à l’hôpital de Montréal, brûlé au 2eme et 3eme degré à certain endroit.
Metallica doit interrompre le concert, mais le chanteur des Guns’n’Roses (Axel Rose) refuse de monter sur scène avant l’heure prévue, et lorsqu’il vient enfin se produire avec son groupe, quitte brutalement la scène après 7 malheureux morceaux, en insultant copieusement le public.

Peu appréciés, ces gestes déplacés d’Axel Rose provoqueront des émeutes dans le stade, ainsi qu’à l’extérieur, avec intervention de nombreuses forces de l’ordre.

James Hetfield , quant à lui, fut hospitalisé pendant 2 semaines complètes, et Metallica dut faire appel à John Marshall, guitariste de Metal Church qui les avait déjà dépanné lors d’une fracture au poignet de J.Hetfield après une séance de skateboard.
Ceci permit à Metallica de finir la tournée jusque fin octobre et d’assurer les dates face au public, avec Hetfield au chant, sans sa guitare.

La suite et fin au prochain numéro…et n’oubliez pas, en attendant, montez le son !

Val++

  • La scene en forme de diamant
  • Lars et sa batterie
  • Metallica et Guns n Roses ensemble
  • Mercury Tribute
  • Hetfield et ses brulures du Canada
  • James et son idole Tommy
  • John Marshall remplacant James Hetfield a la guitare
3868 lectures
User default img
valery.granson