Metallica : le plus grand groupe de rock du monde? [partie5]

Album LOAD Album RELOAD ... a eviter Michael Kamen (1948-2003) Saint Anger dernier opus de Metallica DVD Some Kind of monster  : une vue surprenante du groupe dans sa periode la plus difficile

La période qui suivit le black album et ses gigantesques tournées est pour ma part la moins intéressante de l’histoire de Metallica.

Leur nom étant fait, leurs arrières étant couverts aussi bien musicalement, que financièrement (rappelons que le groupe a vendu 100.000.000 d’albums et chaque année ce chiffre grandit de quelques millions), Metallica décide alors après une pause bien méritée d’enregistrer un nouvel album, toujours avec leur ami producteur préféré Bob Rock.

Le groupe se dirige vers un album plus simple, plus rock, moins heavy, et peut-être plus accessible à tout public.
Il est annoncé immédiatement en 2 parties : « LOAD » sortira en 1996 et « RE-LOAD » l’année suivante.

Le premier single extrait de « LOAD » est une parfaite réussite : le morceau Until It sleeps est original, assez loin du Metallica que l’on a connu jusqu’ici, mais garde le côté direct et musical qui a fait les armes du groupes. Nous sommes bien loin des gros riffs de guitare auxquels nos oreilles ont été habituées, mais le morceau est beau, bien structuré, et les sonorités un peu étranges font de cette ballade mid-tempo un pur instant de bonheur.

Malheureusement, les autres titres de l’album sont beaucoup moins intéressants à l’exception peut-être de « Ain’t my bitch », « King Nothing » et peut-être « Hero of the day ».
Personnellement, ce fut pour moi une énorme déception, l’album étant assez insipide et transparent….on attendait beaucoup mieux du grand Metallica, pas de chance.

Et c’est sans compter « RE-LOAD », bien pire encore, allant jusqu’à nous balancer une suite lamentable à un morceau d’anthologie : Unforgiven 2.
Les titres de cet album étant inintéressants, je passerai là-dessus sans m’attarder.

Bien entendu, chaque album donne lieu à une tournée mondiale, ce qui nous permet de voir régulièrement Metallica arpenter les festivals de rock ou de métal, et de nous faire vibrer à nouveaux sur leurs morceaux devenus des hymnes pour le public.

En 1998, le groupe sort un double album de reprise nommé « Garage Inc. », et faisant référence à leur EP garage days sorti en 1988.
On y retrouve des morceaux de Diamond Head, Discharge, Black Sabbath, Thin Lizzy, Motorhead, Killing Joke…etc.

Intéressant si vous connaissez les morceaux originaux, et très sympa à écouter en voiture si vous ne connaissez pas, Metallica nous montre qu’ils savent reprendre des morceaux existants, et ce pour le bonheur de nos oreilles.

En 1999, Metallica décide de faire une tournée un peu particulière, et de s’accompagner d’un orchestre Philarmonique, dirigé par Michael Kamen qui avait déjà orchestré la version de Nothing Else matters sur le black album.

Certains de leurs titres se pretend parfaitement au jeu, dont « The call of Ktulu », « The thing that should not be », « Bleeding me », « Nothing else matters », « Until it sleeps”..etc.
D’autres sonnent un peu décalés, mais les arrangements sont intéressants et se laisse écouter.
Personnellement, je n’ai pas trop accroché, le concept ayant déjà été mis en place par d’autres groupes comme Led Zeppelin, mais on ne peut nier la démarche artistique intéressante.

L’album S&M (Symphony and Metallica) sort en 1999, sous forme d’un double CD.

Après de nombreux concerts, ainsi que quelques cures de désintoxication pour quelques membres, et quelques problèmes personnels (que nous n’évoquerons pas ici..Trouvez vous les magazines people du début des années 2000, tout y sera relaté :o), Metallica sort le tant attendu nouvel album studio Saint Anger.

Là, deux approches sont possibles : certains ont adoré, d’autres ont détesté. Je fais partie de la 2eme catégorie.
Le groupe revient à un son plus brut où la règle s’apparente à brancher les amplis, les guitares, les micros, et jouer sans se poser de questions.
Le résultat : une catastrophe…un son de batterie digne des derniers tonnelets de Dash, des compositions trois fois trop longues et à la limite de l’ennui, des refrains peu accrocheurs.

On retiendra surtout les morceaux FRANTIC et ST.ANGER qui sont les plus agréables, et om l’on retrouve James Hetfield en forme.
Par contre les compositions qui suivent sont assez rébarbatives.

Ce n’est que mon avis, et je sais que d’autres personnes ont adoré ce côté brut de cet album, mais en toute objectivité on est loin, voire très loin, des albums qui ont propulsé le groupe là où il en est et l’on sent depuis quelques années une perte de vitesse sur CD.

A noter que le bassiste Jason Newsted quitta le groupe avant l’enregistrement de Saint Anger, et c’est Roberto Trujilo, bassiste funky virtuose de Suicidal Tendencies et Infectious Groove qui viendra le remplacer.

Si vous voulez en savoir plus sur la période sombre du groupe, avant la sortie de St Anger, ainsi que les rumeurs de split du groupe et les différents problèmes qu’ils ont du traverser, trouvez vous le DVD « Some kind of Monsters » dans lequel un reporter a suivi le groupe lors de l’enregistrement assez laborieux de l’album. Pas énormément de passages musicaux intéressants mais un regard plutôt intime au sein du groupe, qui s’expose sans trop de mal à la caméra malgré le pathétisme de certains passages (avec Dave Mustaine notamment).
DVD très intéressant humainement parlant !

Indépendamment des derniers albums de Metallica, de leur qualité ou de leur direction musicale et artistique, je ne peux que vous recommander d’aller les voir en concert, c’est énorme !
Le charisme de James Hetfield est inégalable, les solos de Kirk Hammet sont toujours aussi tranchants , les parties de batterie de Ulrich résonnent toujours aussi fort lors de passage clés comme dans le break de ONE ou dans Harvester of Sorrow, et Trujilo manie la basse comme personne en plus de son attitude incroyable sur scène.

Un must ! Allez-y vous ne serez jamais déçu par ces grands musiciens et ce groupe de légende qui a marqué l’histoire du rock et du métal et qui nous fera toujours autant bouger la tête sur leurs riffs infernaux et grandioses.
Val++