Coup de cœur « Racing », coup de cœur « Roman » ? Les deux, bien entendu !

écrit par davin
le 23/04/2008
Photos Patrick Davin

Pour vous, la présente invitation à découvrir un auteur réservé et discret et son nouveau roman, « Rue Oscar Freire ».
Qui plus est que l’auteur en question n’est autre que notre ami, Jean-Pierre Hardy, journaliste particulièrement présent et apprécié dans le monde des Sports Moteurs.

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de son 4ème roman. C’est, bien entendu, une histoire d’amour et elle se déroule à Sao Paulo. Ce roman s’intitule « Rue Oscar Freire ».
Fidèle à son habitude, Jean-Pierre y mixe personnages réels et imaginaires ainsi que situations vécues et moments de fiction.
Pour le reste… ? Il faudra le lire pour le savoir …
Juste un petit indice… ! Il y a une scène dans laquelle on retrouve des personnalités connues du sport automobile belge.
Initialement, Jean-Pierre avait prévu d’organiser un cocktail pour présenter « Rue Oscar Freire », mais il s’est ravisé. Il a choisi de consacrer la totalité du fruit de la vente de ce livre à préparer le meilleur avenir possible à un petit garçon de 6 ans et demi pour lequel il a beaucoup d’affection. Dans ce contexte, chaque euro lui sera utile et il a pensé que le budget prévu pour un cocktail serait mieux utilisé à l’aider.

Si vous voulez acquérir un exemplaire de son roman au prix de 10 euros + frais de port, rien de plus simple. Il vous suffit de contacter Jean-Pierre par mail en lui laissant votre adresse complète. Il vous enverra le tout dans les plus brefs délais.
Je vous remercie d’avance pour votre soutien et pour votre amitié.

Bien à vous, Patrick Davin.

Questions – réponses à Jean-Pierre.

Jean-Pierre, quelle est l’origine de ta passion pour les Sports Moteurs ?
Comment ne pas être passionné de sports mécaniques depuis sa plus tendre enfance quand on baigne dans ce domaine grâce à un père ancien pilote de moto… ? J’arpente les paddocks de Francorchamps depuis l’âge de 8 ans et je rêvais de devenir pilote. A 14 ans, j’ai débuté en kart et j’ai disputé ma première course le jour de mes 16 ans (âge minimum pour l’époque). Mes adversaires du moment n’étaient autres que Duez et Theys par exemple. Au moment de faire le choix de tout sacrifier pour la course, il me manqua au moins la détermination dont eux ont fait preuve, avec les résultats que l’on connaît …
Mais, je n’en garde aucun regret.

Jean-Pierre, Ecrire… une nouvelle passion ?
Quand en 1990 ma passion pour les sports mécaniques devient aussi mon métier, j’avais besoin d’une autre passion. Je l’ai trouvée dans l’écriture.
D’abord à travers le magazine Vitesse dont j’étais un des fondateurs, puis en 2000 dans les romans. Je dois à la vérité de dire qu’il m’est arrivé beaucoup de choses, agréables ou douloureuses, comme beaucoup d’entre nous. Ces choses de la vie me permettent d’alimenter largement mon inspiration. Chaque roman est un cri d’amour, l’histoire d’une rencontre, d’un coup de foudre, d’une passion amoureuse… mais aussi, hélas, d’une désillusion. Je ne peux écrire que quand je souffre…Pour preuve, je n’ai pas été capable d’écrire une ligne entre octobre 2004 et janvier 2008 … pour cause de bonheur. Est-ce à dire que je suis malheureux et triste aujourd’hui … ? Secret - Joker !

Jean-Pierre, pourrais-tu nous faire un petit historique de ta passion pour l’écriture ?
En 2002, j’ai publié mon premier roman baptisé « Les Nuits de Michèle ». Il racontait l’histoire d’un amour tragique entre une call-girl et un homme sans histoire. Ce récit s’appuyait largement sur des faits réels. On y retrouvait aussi déjà des connotations « Racing » puisque le principal personnage masculin travaillait dans le domaine du karting.
Le hasard a fait que ce premier roman m’a permis de rencontrer quelques temps plus tard une jeune femme superbe prénommée Mathilde, qui m’a inspiré mes deux récits suivants : « Le Miracle de Mathilde » et « La Proie Prédatrice », qui sont sortis en 2004. Depuis … silence radio, jusqu’à janvier dernier où j’ai écrit « Rue Oscar Freire ».

Jean-Pierre, qu’est-ce que la rue Oscar Freire ?
Il s’agit de l’artère branchée de Sao Paulo, là où l’on trouve les restaurants à la mode et les magasins de produits de luxe. J’ai résidé un peu à Sao Paulo début 2000 et j’avais depuis longtemps envie d’écrire une histoire sur ce séjour et cette ville.

L’histoire ?
Rien ne laissait penser que la jeune, belle et riche brésilienne Svitlana Alvarez da Cruz puisse un jour rencontrer ce touriste un peu paumé qu’est Jean-Pierre Dantès. Et pourtant, cela se produit et ils tombent immédiatement amoureux l’un de l’autre. Chacun porte sur ses épaules le poids d’une dramatique épreuve humaine et semble ne plus jamais s’en défaire. Mais leur amour va effacer tout cela et leur rendre l’espoir. Mais le destin n’aime pas ceux qui le défient. Pour le fun, Sao Paulo possédant un célèbre circuit automobile, je ne pouvais pas rater l’occasion d’y planter le décor d’un chapitre où l’on retrouve pas mal de personnalités connues du sport auto belge.

Fiction ou réalité ?
J’adore, dans mes romans, mêler la fiction et la réalité, les scènes réelles et imaginaires, les personnages vrais et inventés. Mais il est quasi impossible de faire le tri. J’aime aussi beaucoup y intégrer des personnes connues, comme des pilotes automobiles dans le cas précis de ce roman, puisque une scène de quelques pages se passe sur le circuit de Sao Paulo.

Des lecteurs acharnés… ?
Je compte parmi mes lecteurs quelques acharnés qui attendent impatiemment la sortie de chaque titre nouveau. C’est par exemple le cas d’Eric Nève, le manager du team Chevrolet en WTCC (championnat du monde des voitures de tourisme) ou du journaliste-pilote Stéphane Lemeret. Mais il y en a d’autres, comme une vieille dame de Verviers qui me téléphone souvent pour savoir quand sort le prochain roman.

L’avenir… ?
J’ai encore dans mes tiroirs une demi-douzaine de titres en cours. Je travaille sur deux romans de fiction relatant une guerre civile entre la Wallonie et la Flandre ainsi qu’un autre qui traite de l’invasion de l’Europe occidentale par une armée islamiste. Il ne s’agit que de fiction… enfin, je l’espère. Mais je pense que le prochain racontera l’histoire d’une princesse déchue au cœur de la Chine du 16ème siècle. Et puis, il y a le roman qui ne sortira jamais et qui s’appelle « L’orchidée déracinée ». Il raconte l’histoire d’une jeune femme ukrainienne venue en Belgique pour se marier et qui se rend compte que l’Ukraine n’était pas l’enfer qu’elle croyait alors que la Belgique n’est pas le paradis qu’elle pensait.

Pour contacter Jean-Pierre et avoir l’avantage de lui passer commande pour son nouveau roman, une seule adresse : jphloupgarou@yahoo.fr

GD

  • Photos Patrick Davin
  • Photos Patrick Davin
1918 lectures
Portrait de davin
Patrick Davin