Deuxième victoire de la Renault Mégane Delahaye aux 12 Heures de Spa !

Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin

Deuxième victoire de la Renault Mégane Delahaye aux 12 Heures de Spa ! - Circuit de Spa-Francorchamps - 21/06/2008.

Quand les lièvres se montrent endurants, ils sont… difficiles à battre. Malgré quelques moments chauds, les deux Silhouettes pointées aux premiers rangs sur la grille de départ ont été les seules de la classe S1 à rejoindre l’arrivée d’une édition des 12 Heures marquée par une impressionnante cascade d’abandons.
Dans ce duo, la Renault Mégane lauréate en 2007 s’est montrée la plus constante et elle l’a emporté, permettant à Frédéric Bouvy et David Loix – deux "habitués" des succès aux 12 Heures – de partager de superbes lauriers avec leur équipière Vanina Ickx. La Peugeot 407 de Dockeril-Greensall a terminé 5ème au milieu d’un groupe où les Touring Cup ont tiré un splendide feu d’artifice en compagnie de berlines T3 qu’on n’attendait pas à pareille fête. Enfin, on soulignera le doublé des Honda Civic en T2 et T1, les pilotes des voitures japonaises signant en plus un probant résultat au classement absolu.
Cinquièmes du nom, les 12 Heures de Spa 2008 peuvent être divisées en deux parties presque égales. Si la fin fut assez calme, la première moitié de la course avait été marquée par une succession de rebondissements frappant la plupart des candidats à la victoire.

Cascade d’abandons

En fait, les incidents se sont succédés à une cadence accélérée dès les premières heures animées par un beau duel entre le poleman Nigel Greensall (Peugeot 407 Silhouette) et son plus proche rival Frédéric Bouvy (Renault Mégane). La liste des incidents est éloquente : bris de moteur pour Eric Qvick (BMW), Frédéric Schmit (BMW), Vincent Radermecker (Volvo), René Franchi (Jaguar) ainsi que pour le leader des BTCS Nicolas De Crem (BMW), contraint à l’abandon après 2h35 de course. D’autres ténors ont un peu plus de chance, parvenant à poursuivre leur route malgré de gros soucis : courroie d’alternateur puis pompe à essence sur la Mazda RX-8 de Lémeret-Van Herck-Baguette, commande de gaz sur la Jaguar de Duez-Thiry-Sougnez-Verdonck, bris de suspension pour la BMW de Vanbellingen-Redant-Maes et la Touring Cup de Fumal-Meert-Corthals-Soulet (ce dernier avait rejoint Francorchamps en dernière minute). Derrière le tandem de tête, les meilleures Touring Cup pointent très tôt le bout du nez, Morel-Gomez-Lasserre et Van Impe-Roossens-Leenders-Baugnée tenant le rythme de Stéveny-Hartshorne-Lefort (Peugeot 406 Silhouette) et des Hollandais Den Boer-Bergmans sur une étonnante BMW 1.20d. La situation s’éclaircit encore au 51ème tour quand la Peugeot de Nigel Greensall s’arrête le long du rail à hauteur du raccordement, victime d’un bris de courroie de pompe à huile. Remorquée jusqu’à son stand, la belle 407 perd huit tours et dégringole au-delà de la 20ème place.
Et ce n’est pas le dernier coup de théâtre, loin de là. Peu après la 5ème heure, David Loix, alors au volant de la Renault de tête, ne peut éviter un concurrent en perdition à la chicane : "Etant revenu sur un trio de petites autos, j’ai respecté les consignes de prudence données par le team en restant derrière… mais l’un des pilotes a perdu le contrôle de sa monture qui est partie en tête à queue avant de heurter ma Mégane de face. J’ai eu la chance de pouvoir emprunter la pitlane et de rentrer directement au stand où les gars du Delahaye Racing ont abattu un boulot formidable. Mais au moment de l’accrochage, j’ai bien cru que tout était perdu, redoutant notamment que le radiateur ait pris un trop mauvais coup…"

Une confiance bien placée

L’addition est cependant lourde : 10 tours perdus et un recul jusqu’au 7ème rang du classement emmené par Hardman-Leventis-Vann dont la BMW M3 "conventionnelle" devance les Silhouettes. Leaders au classement publié après 6 heures de ronde, les trois brillants pilotes anglais ne vont cependant pas savourer ce bonheur très longtemps : moteur out, la BMW cède le maillot jaune à la Peugeot 406 Silhouette que Philippe Stéveny et Christian Lefort partagent avec l’Anglais John Hartshorne. Cet intérim dure une vingtaine de minutes, puis un nouveau changement est enregistré avec l’accession de la… BMW 1.20d des Hollandais Jeroen Den Boer et Rob Bergmans à la 1ère place.
Une Diesel en tête ! Les 12 Heures vont-elles prendre un parfum de 24 Heures du Mans ? Non, car l’intermède est également très bref, quatre tours avant que la Renault menée tambour battant par Vanina Ickx ne reprenne définitivement son bien. Les sociétaires du Delahaye Racing Team peuvent alors pousser un double soupir de soulagement : d’abord Nigel Greensall, revenu très près, s’arrête à nouveau, victime d’ennuis de boîte; et puis la direction de course montre une belle mansuétude en laissant la Mégane hâtivement réparée continuer sa ronde avec un seul phare et un unique feu arrière.
Dès ce moment, la cause est entendue. La Renault glane un nouveau succès qui va droit au cœur d’une Vanina Ickx absolument radieuse : "Jusqu’ici, on ne m’avait pas souvent appelée pour prendre le volant d’une voiture visant clairement la gagne. J’étais donc fière de la confiance que le team plaçait en moi… et je suis encore plus fière d’avoir été à la hauteur. Frédéric m’avait bien expliqué le fonctionnement de cette Mégane vraiment très sympa à conduire et, malgré la chaleur intense qui régnait dans l’habitacle, je me suis vraiment bien amusée."

Morel en tête du championnat

Derrière la voiture française, les Touring Cup signent un impressionnant tir groupé. En hissant la voiture du Gomez Compétition en 2ème position avec Arnaud Gomez et Lucas Lasserre, le Français Kevin Morel s’installe en tête du championnat : "Et dire que j’avais disputé la première course à Zolder presque par hasard ! Mais là, je vais tout faire pour défendre mes chances jusqu’au bout."
Patrick Van Impe, Eric Roossens, Michael Leenders et le revenant Etienne Baugnée s’offrent un superbe podium sur la Touring Cup 12, leurs équipiers au sein du team Street Machine (Meert-Fumal-Corthals-Soulet) finissant pour leur part 8èmes au terme d’une remontée musclée (ils étaient 43èmes après 3 heures en raison de deux bris de suspension et d’un changement de cardans).
Leur superbe régularité permet aux Hollandais Den Boer-Bergmans de décrocher un top 4 (malgré un train avant très fatigué en fin de parcours) tandis que les Italiens Buratti-Bottazzi-Pedon-Pedon et les Belges Rosoux-Gepts confirment le potentiel de la Seat Leon dans les efforts de longue durée ; leur résultat d’ensemble aurait été plus probant encore sans les soucis de boîte ayant frappé les seconds nommés en début d’après-midi. Montrant une ténacité toute britannique, Ian Dockerill et Nigel Greensall franchissent la ligne en 5ème position, une joie refusée aux autres équipages de pointe (boîte cassée pour Vanbellingen-Redant-Maes, Fontaine-Servais-Feltes et Thiry-Duez-Sougnez-Verdonck, arrivée d’essence chez Lémeret-Van Herck-Baguette).
Enfin, les Honda Civic réussissent le doublé dans les classes T1 et T2. Si le succès de Byloos-Van Kelst en 1600cc s’est dessiné dès la mi-course, André-De Vits-Massart ont dû puiser dans leurs réserves pour l’emporter. Ayant livré un superbe duel à Smits-Cleynhens-Huart (Opel Astra) dans la première moitié de l’épreuve, l’avocat liégeois et ses deux équipiers s’étaient hissés au 6ème rang absolu quand des soucis de capteur puis de… portière leur ont donné des sueurs froides peu après minuit. Heureusement, tout est rentré dans l’ordre pour leur permettre de rallier l’arrivée sans encombre devant Delrez-Naveaux-Lequeux (Renault Clio Allure Team) dont la constance a fait merveille.

Rendez-vous est pris maintenant dans trois petites semaines, en prologue des 25 Heures VW Fun Cup, puis dans douze mois pour une édition 2009 des 12 Heures de Spa durant laquelle, c’est déjà décidé, une seule pitlane sera utilisée pour regrouper tous les équipages (ils étaient cette fois répartis entre les stands endurance et F1).

Classement final : 1. Bouvy-Ickx-Loix (Renault Mégane Trophy) 250 tours ; 2. Morel-Gomez-Lasserre (Touring Cup) à 6 tours, 1ers en S2 ; 3. Van Impe-Roossens-Leenders-Baugnée (Touring Cup) à 9 tours ; 4. Den Boer-Bergmans (BMW 120d) à 10 tours, 1ers en T3 ; 5. Dockerill-Greensall (Peugeot 407 Silhouette) à 12 tours ; 6. Buratti-Bottazzi-Pedon-Pedon (SEAT Leon) ; 7. Rosoux-Gepts (SEAT Leon) à 18 tours ; 8. Meert-Fumal-Corthals-Soulet (Touring Cup) ; 9. André-De Vits-Massart (Honda Civic) à 19 tours, 1ers en T2 ; 10. Delrez-Naveaux-Lequeux (Renault Clio) à 21 tours ; 11. De Latre du Bousqueau-Roustan-Gabarron (Touring Cup) 12. Hopchet-Grutman-Meulders (SEAT Leon) à 24 tours ; 13. Galand-Geoffroy-Hein (Honda Civic) à 25 tours ; 14. Heurckmans-Plennevaux-Katsers (Alfa Romeo 156) ; 15. Daerden-De Graef-Dupacq (Honda Civic) ; 16. Parsons-Legrand-Capocci-Minette (Mini Cooper S) à 27 tours ; 17. Ubeda-Schmook-Bader (Renault Clio) ; 18. Voet-Van den Broeck-Grignard (Renault Clio) à 30 tours ; 19. Essers-Lippens-Dermont (Touring Cup) à 31 tours ; 20. Borrerio-Rossetto-Lovato (BMW 330d) ; 21. Smits-Cleynhens-Huart (Opel Astra) 22. Byloos-Van Kelst (Honda Civic) à 31 tours, 1ers en T1 ; 23. Buffet-Buffet-Jamar (BMW 130i) à 39 tours ; 24. Svensson-Beulen (Toyota Yaris) à 40 tours ; 25. Willems-Breukers (SEAT Leon) ; 26. De Beil-Huybrechts-Surinx (Honda Civic CRX) ; 27. Van Riel-Adriaenssens-Adriaenssens (VW Golf) à 41 tours ; 28. Bonneel-Vandenhoute (Renault Clio) à 45 tours ; 29. Van der Straeten-Van Campenhout-Norris (BMW E36) ; 30. Vanbellingen-Redant-Maes (BMW M3 Silhouette) à 47 tours ; 31. Vanbeneden-Schmetz-Vanwingene (Renault Clio) à 54 tours ; 32. Stevens-Bessems-Grouwels (Renault Clio) à 56 tours ; 33. Jordens-Weyens (Ford Mondeo) à 59 tours ; 34. Thiry-Duez-Sougnez-Verdonck (Jaguar X-Type Silhouette) à 72 tours ; 35. Vankeirsbilck-Ryheul (Renault Clio) ; 36. Maillet-Dubois-De Keijser-De Keijser (Roadster S) à 76 tours ; 37. Fontaine-Servais-Feltes (BMW M3 Silhouette) à 79 tours ; 38. Lémeret-Van Herck-Baguette (Mazda RX8) à 82 tours ; 39. Harsthorne-Stéveny-Lefort (Peugeot 406 Silhouette) à 85 tours.

Tour le plus rapide : 2.30.160 par Ludovic Sougnez (Jaguar X-Type Silhouette)

Championnat (officieux) : 1. Morel 72 points ; 2. Bouvy 71,5 ; 3. De Crem et Moonens 55 ; 5. Meert et Fumal 53 ; 7. Van Impe et Roossens 48 ; 9. Vanbellingen et Redant 44 ; 11. Stéveny 42 ; 12. Plasch 37 ; 13. Essers 36 ; 14. Loix & Ickx 34,5 ; 15. André et De Vits 34 ; etc.

Patrick Davin & Com.

Plus de photos sur www.racing-pictures.be