l'INDSé en relation humanitaire avec l'Inde

le "noyau" du groupe solidaire de l'Inde: Régine Xhauflaire, Anny Dislaire, Carole Brouwers, Etienne Marechal, Sophie Otte, Benjamin. presentation de la semaine du 15 au 21 mars quelques piliers de l'association une partie des convives du 22 fevrier une partie des convives du 22 fevrier une partie des convives du 22 fevrier deux mots, quatre gestes sufffisent a Regine Xhauflair pour defendre brillamment sa cause deux mots, quatre gestes suffisent a Regine Xhauflair pour defendre brillamment sa cause deux mots, quatre gestes suffisent a Regine Xhauflair pour defendre brillamment sa cause deux mots, quatre gestes suffisent a Regine Xhauflair pour defendre brillamment sa cause

Depuis deux ans s’est formé à l’INDSé (Institut Notre-Dame et Séminaire de Bastogne fusionnés) un groupe « flexible et informel », mais dont le cœur est d’or. Son projet : mener à bien des actions humanitaires en Inde.
Ce 22 février, les responsables de ce groupe ont rameuté plus de 200 personnes à un souper aux saveurs de l’Inde, gracieusement préparé par le Clos marine.
L’occasion de se rendre compte du profit qu’a pu retirer la population du Tamil Nadu (région de Pondicherry) des fonds récoltés par les élèves de l’école bastognarde.
Achats de machines à coudre pour des veuves, de fournitures scolaires, d’uniformes pour des enfants orphelins (condition sine qua non pour pouvoir entrer à l’école, dans ce pays aux traditions anglaises) : voilà des choses bien concrètes, dont les résultats ont été mesurés sur place l’année suivante par une délégation de trois élèves.
Toute cette action humanitaire s’effectue avec un relais privilégié : le père Dhana Pragasam, un prêtre catholique indien, qui dispose de 220 antennes pour se tenir informé et venir en aide aux plus défavorisés.
Ainsi, grâce à de l’argent récolté à Bastogne, a-t-on pu acheter un terrain à usage de la vie collective d’un village.
Ainsi, un groupe de 10 jeunes est-il intervenu pour aider à reconstruire des maisons détruites lors du tragiquement célèbre tsunami : ces maisons n’avaient pas pu être reconnues comme sinistrées parce que trop éloignées de la côte, mais ce cataclysme les avait bel et bien anéanties.
Ainsi, trois jeunes de la Haute Ecole Blaise Pascal ont-ils fait leur stage en donnant un cours de français à des jeunes indiens.
Ces jeunes débordent de conviction et d'enthousiasme. Ils ont la volonté de poursuivre leur action.
Ils ont besoin de vous.
Pour vous sensibiliser, du 15 au 21 mars 2008, ils organisent une exposition permanente, avec entrée gratuite, à l’hôtel de ville de Bastogne.
On épinglera :
Dimanche 16, à 16h. : L’Inde ambitieuse, atouts et faiblesses, par Philippe Falisse
Mardi 18 à 18h. : Initiation à la cuisine indienne
Mercredi 19, à 14h. : Traditions (henné, sari)
Jeudi 20, à 20h. : Cinéma Bollywood
Vendredi 21, à 20h. : Grand concert traditionnel indien
Infos : Régine De Coster 0486/767997 ou Joëlle Leponce0479/793126.

René Dislaire