Le soleil est revenu et les oiseaux ont disparu…

et chacun s‘active au jardin laissant éclater son besoin de liberté, fenêtres ouvertes. Qui ne rêve d’un calme sans avion, un boisson glacée à portée de main, en particulier le week-end. Alors que le voisin extériorise sa petite personnalité mesquine en diffusant à tous vents un rap infernal ou en conduisant avec la rage d’une formule 1 sa tondeuse pétaradante et polluante. Tandis qu’un fermier profite de la sortie de la messe pour déverser le purin pour rappeler qu’on est à la campagne… La légalité ne concerne-t-elle vraiment plus que les autres ?
Ce qui devrait être une courte période de calme ravive les vieilles chamailleries datant du grand-père : Les Justices de Paix sont submergées par ces habituelles querelles de voisinage dont souvent personne ne peut définir l’origine. Un esprit malsain encouragé à jouer les détectives photographie les faits et gestes des voisins, en dépit de la protection “constitutionnelle” de la vie privée, confie les clichés à un œil bienveillant. Evitez de brûler un vieux papier dans votre jardin car on a là, preuve à l’appui, de quoi vous condamner lourdement même sans vous soulager sur le GSM..
Les policiers de quartiers ne sont guère formés à gérer ces différents et commérages et passent en voiture, le plus rarement possible, en se gardant de tourner la tête. Tandis la presse se régale après coup de ces joutes à coups de balais, de déversements de poubelles et plus rarement de violences sanglantes.
Bien que ces situations pourraient être aisément évitées par un effort de compréhension, de politesse et de savoir-vivre (consultez le dico), un sourire et un signe amical de la main, on voit fréquemment des locataires mis à la rue et des propriétaires condamnés à abattre leur immeuble après une “bonne explication” et une expertise judiciaire !.

Pourtant des stratégies simples, gratuites existent permettant de solutionner la majorité de ces situations à l’amiable avec cette paix que chacun prétend souhaiter dans le monde.
www.apia-senior.be Tél. 04 250 43 31