Triplé Porsche, Couwberghs-Maes-Sluys-« Heinz » (NGT) triomphent aux Menzo 24 Hours of Zolder 2008.

Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin

C’est sous un soleil estival et devant des tribunes bien garnies que s’est élancé, samedi à 16h00, le peloton des 27 bolides engagés dans les Menzo 24 Hours of Zolder.
Surprenant le poleman Vincent Radermecker dès le premier freinage, Jeffrey Van Hooydonk bouclait les premiers tours en tête aux commandes de la Dodge A+ avant de rentrer dans le rang puis dans… le mur après que son équipier Robert Dierick ait été privé de freins à l’épingle. La liste des abandons était officiellement ouverte.
Leader durant quelques rondes lors de la première heure, Fred Bouvy perdait tout le bénéfice d’un excellent début de course en écopant d’une double pénalité pour vitesse excessive dans les stands, ce qui coûtait très vite quatre tours à la F430 Francorchamps Motors-Delahaye rétrogradant au 16e rang. Profitant d’un premier ravitaillement effectué sous Code 60 (neutralisation de la course à 60 km/h) et d’un double relais de toute bonne facture de Vincent Vosse, une autre Ferrari prenait les commandes. La voiture de Sport Garage luttera pour la première place jusqu’au milieu de la nuit, avant de perdre une heure suite à la sortie de route au Canal du Suisse Steve Zacchia.
Pour les Mosler, la course tourna vite à la catastrophe avec l’abandon à la tombée de la nuit de la G&A de Kenis suite à un accident et les soucis à répétition de la MI Gravity. Malgré un départ très prudent de Vincent Radermecker, Bert Longin rentrait une première fois avec ses freins en feu. Remontée un moment en 5e position, la voiture sur laquelle roulait également Anthony Kumpen rétrograda à nouveau suite à des soucis électriques et de cardan avant d’abandonner définitivement durant la matinée avec un nouveau début d’incendie provoqué par le système de refroidissement des freins.
Comme prévu, la victoire allait donc se jouer entre Porsche. Leader au moment d’allumer ses phares, la GPR N°1 entamait au début de la nuit un véritable chemin de croix avec quatre bris de cardans, un changement d’autobloquant (et donc de boîte), de moyeu puis un bris d’embrayage poussant Soulet-Franchi-Leinders-Kelders à jeter le gant à l’aube.
Peu avant 22h, c’est donc la Prospeed qui prenait la direction des opérations. Confiée à un équipage rapide et homogène, la 997 Cup S de Stéphane Lémeret, David Loix, Rudy Penders et Franz Lamot menait durant toute la nuit, portant son avance jusqu’à huit tours. Mais après l’heure du déjeuner dominical, patatras. L’embrayage rendait l’âme. Après trois quarts d’heure de réparation, la N°52 reprenait la piste en 5e position et alignait les meilleurs tours en course pour remonter au deuxième rang avant de s’immobiliser à nouveau longuement à son stand en début d’après-midi suite à un deuxième bris d’embrayage. Adieu veaux, vaches et podium…
La 996 RS MPM sur laquelle Jos Menten et Markus Palttala se relayèrent durant tout la nuit retardée avant midi par un bris de cardan, la voie royale était tracée pour la 997 Cup S NGT de Bart Couwberghs, Rubens Maes, « Heinz » et Ward Sluys. Adoptant d’emblée un rythme de 24H pour tirer ses relais jusqu’à 1h35, ce team aura le mieux joué la carte de l’endurance. Hormis un bac à sable et des petits soucis de pompe à essence, aucun problème à signaler pour la voiture qui se sera arrêtée le moins de fois à la pompe et aura passé le plus de temps sur la piste. Le secret du succès sur un double tour d’horloge.
Un an après la victoire en Division 2, le team NGT décrochait une superbe victoire (sa première au général) dessinée dès les essais. Un superbe coup réussi par Bart Couwberghs et Ruben Maes, ce dernier s’imposant quinze ans après son papa Rudy.
A l’arrivée, la Porsche victorieuse s’imposait avec 16 tours d’avance sur la Porsche 997 Supercup First Motorsport de Niels Lagrange, François Verbist, Pascal Nelissen Grade et Kevin Leest, lauréats en Division 3.
Malgré un remplacement de démarreur et une boîte de vitesses récalcitrante les obligeant à disputer le dernier quart de l’épreuve sur les seuls quatrième et cinquième rapports, la Ferrari Francorchamps Motors – Delahaye de Fred Bouvy – Damien Coens – Vanina Ickx et Alexandra Van de Velde profitait du bris de pont et de l’abandon à trois heures du finish de la Viper des frères Wauters et de Jan Heylen, longtemps en lice pour le podium, pour remonter au troisième rang. Mais, sans frein et avec une auto tournant sur quatre cylindres, Fred Bouvy ne pouvait résister au rush final de la RS de Markus Paltalla qui le doublait à 9 minutes du drapeau à damiers. Les pilotes de la belle italienne se consolaient volontiers avec le premier accessit en D1 synonyme de nouveau leadership au championnat Belgian GT. Classée à un honorable 8e rang absolu, la Porsche 996 Supercup de Van Rompuy-Jeuris-Van Rompuy-Belien complétait la joie du team First Motorsport en remportant la Division 2 avec neuf tours d’avance sur la Porsche Speedlover Van Beurden-Van Uytsel-Van Loo-Matot. En Division 4, celle des « Guests », les trois Ginetta G50 ont trop vite abandonné, victimes du même problème de refroidissement de pont.
Enfin coup de chapeau aux deux GT4 au départ et à l’arrivée, l’Aston Martin Vantage N24 (3e en Division 2) et la Ford Mustang se classant respectivement aux 15e et 17e rangs.

Classement :
1. Couwberghs-Maes-Sluys-« Heinz (Porsche 997 GT3 Cup S), 800 tours ; 2. Lagrange-Nelissen Grade-Verbist-Leest (Porsche 997 GT3 Cup) à 16t (1ers D3) ; 3. Palttala-Pulinx-Menten-Fumal (Fin-Bel-P-B-Bel/Porsche 996 RS) à 20t ; 4. Bouvy-Coens-V. Ickx-Van de Velde (Ferrari F430 GT3) à 21t ; 5. Van Hover-Langeberg-Tavernier-Raus (Porsche 997 GT3 Cup) à 33t ; 6. Lumbeek-Van de Plas-Werckx-Kuus (Bel-Bel-Bel-P-B/Dodge Viper) à 33t ; 7. Penders-Lamot-Loix-Lémeret (Porsche 911 GT3 Cup S) à 33t ; 8. Van Rompuy-Van Rompuy-Jeuris-Belien (Porsche 996 Supercup) à 36t (1ers D2) ; 9. Van Beurden-Van Uytsel-Van Loo-Matot (Porsche 996 GT3 Cup) à 45t ; 10. Derdaele-Vanierschot-Dujardyn-Marchal (Bel-Bel-Bel-P-B/Porsche 996 Biturbo) à 46t

(Patrick Davin et com.)

Pour plus de photos, cliquez www.racing-pictures.be

GD