Une décision antidémocratique pour les habitants de Vaux-sur-Sûre, Ste-Ode et Tenneville

statistique du site web ardennes magazine 30 avril 2008

Avec plus d’un million de visiteurs sur notre site, la moyenne de cette année au mois d’avril 2008, on peut certainement affirmer que nous sommes bien une presse régionale, digne de ce nom, vraiment utile à la population des Ardennes.
Toutefois, cela ne plaît pas à tout le monde.
Les autorités communales de Bertogne, Vaux-sur-Sûre, Ste-Ode et Tenneville ne considèrent pas “Ardenne Web” magazine comme une presse régionale digne de ce nom, car il n’est pas distribué toutes les semaines, voire tous les mois, dans chaque boîte aux lettres.
Devenu mensuel depuis quelques années, nous éditons uniquement 9 fois annuellement, car cela est largement suffisant pour diffuser les activités régionales, sans pour cela abattre plus d’arbres qu’il n’en faut sur notre planète.
Ces trois communes ne sont donc plus distribuées qu’en boulangeries pour permettre aux plus défavorisés d’avoir également les infos régionales attendues.
Ces trois communes ignorent volontairement que tout le monde n’a pas internet. Cela pénalise encore une fois de plus les plus démunis qui n’ont plus droit à une information de proximité.
Ces habitants frustrés par une telle décision antidémocratique, peuvent toutefois se rendre à pied, à cheval ou en vélo à la Bibliothèque Royale Albert, Boulevard de l’Empereur 4, à 1000 Bruxelles, pour consulter nos éditions papier qui y sont toutes soigneusement archivées pour assurer une information aux générations futures.
Pourtant, ce magazine papier n’est qu’un sommaire des nombreux reportages qui sont publiés en direct chaque jour sur la toile, en photos et en vidéos.
A dater de ce numéro réf. 224 aw18 du 30 avril 2008, le tirage de notre distribution mensuelle variera en fonction des demandes communales, lorsqu’un événement important s’y déroulant mériterait un reportage bien au-delà de la commune.

Cette nouvelle taxe doit être appliquée à toute la presse aux mêmes conditions.
Notre magazine doit payer 10 fois le prix demandé à d’autres publications, car elles sont disitribuées toutes les semaines.
C’est peut-être dicté par une instance supérieure afin de renforcer le monopole de l’information sur les Ardennes à certains plus qu’à d’autres.
Les autorités provinciales obligent avec raison les communes à taxer les toutes-boîtes et les publicités qui encombrent les boîtes aux lettres.
Mais faut-il encore savoir ce que presse régionale veut dire !
De 80 pages, nous nous sommes volontairement limités à 32, afin d’éviter d’abattre trop d’arbres, car nos reportages sont publiés instantanément sur la toile, où nous offrons depuis toujours l’agenda des manifestations, les petites annonces, les remerciements, les annonces de décès, les rôles de garde, etc... ce qui est consulté par plus de lecteurs que d’habitants dans la province.
Si cette décision n'est pas reconsidérée, nous ne nous retrouverons plus que dans les meilleurs boulangeries et points de vente qui en feront la demande.
Abonnez-vous ou réservez dès à présent notre magazine chez votre commerçant-détaillant qui sera approvisionné par nos soins dès la prochaine édition.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~
lien vers la statistiques du jour
http://www.ardennesmagazine.be/meteo/statistiques.htm
~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

Le 18/11/08 13:35, «

Le 18/11/08 13:35, « Cécile NEUFCOEUR » a écrit :

Monsieur Lesage,

Votre courriel du 18 septembre 2008 m’est bien parvenu et a retenu ma meilleure attention.

Je vous prie de trouver ci-dessous les renseignements utiles à la compréhension de ce dossier.

De prime abord, je voudrais porter à votre connaissance que le projet de règlement transmis aux communes par ma circulaire est le résultat de négociations entre différents secteurs dont les intérêts étaient totalement opposés. Il est donc normal que les avancées, fruits des différentes concessions, ne répondent pas totalement aux attentes que d’aucuns pouvaient en espérer.

D’autre part, il n’a pas été possible de tenir compte de la situation particulière de chacun car le droit fiscal étant nécessairement réducteur dans ses catégories, il ne peut appréhender l’infinie diversité des situations de fait. Par nature le droit fiscal opère par catégorie et, en l’espèce, celle de l’écrit émanant de la presse régionale gratuite est définie selon des critères qui me semblent opportuns.

Le règlement initial comportait un nombre minimal de parutions fixé à 40.

Bien que ce dernier critère soit apparu, au sein du groupe de travail, comme une des garanties du caractère récent des informations véhiculées, il n’en est pas moins vrai qu’il a constitué aussi une sérieuse menace pour l’activité et même la viabilité des petits éditeurs indépendants. Ce premier modèle de règlement a suscité de nombreuses plaintes et, quelques éditeurs n’ont pas hésité à attaquer, devant le Conseil d'Etat, certains nouveaux règlements-taxes. Cette situation était contraire à l’objectif poursuivi, établir une paix fiscale dans ce secteur, et surtout, nuisait à tout le monde. Afin de régler ce problème, le nombre minimal de parutions a été ramené à 12 pour justement tenir compte des petits éditeurs.

Je voudrais enfin porter à votre connaissance que ce nombre de 12 parutions a été proposé par l’UCM ainsi que par la FEBELGRA.

Je vous prie d’agréer, Monsieur Lesage, l’assurance de ma considération distinguée.

Philippe COURARD
Ministre des Affaires intérieures

Cher Monsieur Vous êtes un

Cher Monsieur
Vous êtes un homme précieux comme on en trouve peu dans la profession, hélas !.
Merci de votre collaboration,
R.Balsaux

Envoyé : mercredi 14 mai 2008 7:04
Ce n’est pas la première fois que des lecteurs crient au secours suite aux articles que vous faites publier dans notre magazine.
Nous les orientons toujours vers votre asbl
Lorsqu’on parle d’un sujet notre article est toujours premier sur google.
Les lecteurs qui le découvrent car ils sont dans des épreuves, prennent notre tél car souvent ils n’ont pas internet, et un amis lecteurs qui leur transmet le notre à la place du votre
Comme nous avons plus d’un million de lecteurs en moyenne nous sommes très bien référencé.
Il est donc très utile de publier des articles comme le votre
Au plaisir
JM Lesage

Le 13/05/08 18:50, « Balsaux Robert » a écrit :
Merci d’avoir orienté Madame Huberty vers notre services juridique bénévole, j’espère que nos conseils juridiques et documentations sortiront son ami du mauvais pas où l’a plongé sa famille. Une épreuve dont hélas on ne sort pas toujours intact.
Cordialement,
R.Balsaux www.apia-senior.be