Ford Galaxy 2.2 TDCi.

écrit par patrickthibaut
le 05/12/2009
Ford Galaxy 2.2 TDCi.

AUTO Essai: Ford Galaxy 2.2 TDCi.

Le Galaxy revient en force avec sa nouvelle motorisation Diesel de 2.2.

Un peu d’histoire :

Henry Ford commence par construire un moteur, en 1893, avant de se lancer dans la production d’un quadricycle (1896). En 1908, la Ford T révolutionne l’industrie automobile. Elle sera produite à 15 millions d’exemplaires en 19 ans. Dès 1911, le constructeur produit des voitures en Europe (www.ford.be).

Le précédent Galaxy était un clone du VW Sharan et du Seat Alhambra.
Quelque trois ans après la naissance du couple S-Max et Galaxy, ce dernier adopte une nouvelle motorisation Diesel de 2.2 litres qui propose 175 cv capables d’emporter de belle manière 2 500 kg quand la famille s’invite au grand complet (1 800 kg à vide).
Le S-Max s’adresse aux pères de famille pressés et le Galaxy aux pères de famille nombreuse qui ont par définition besoin d’espace à bord.

Malgré des dimensions généreuses, 4,82 mètres de long pour 1,76 de haut, le Galaxy a su garder une ligne générale élancée.

Avant l’arrivée de ce 2.2, deux Diesel existaient sous le capot du Galaxy : le 2.0 TDCi de 140 cv et le 1.8 TDCi de 125 cv. Le nouveau bloc proposé par Ford, nettement plus discret, fait partie du groupe PSA/Ford. PSA l’utilise dans sa version HDi de 173 cv avec deux turbocompresseurs séquentiels à géométrie fixe. Ford le livre avec un simple turbo à géométrie variable qui délivre deux chevaux de plus. Le couple est disponible sur une large plage allant de 1 600 à 3 600 T/m. Son filtre à particules, sans entretien se contente de satisfaire les normes actuelles Euro IV. Common Rail de la troisième génération, la pression est portée à 1 800 bars.

Le silence à bord, la réserve de puissance et le confort d’utilisation sont des atouts qui rejaillissent autant en conduite en ville que sur autoroute.
Ford est réputé pour ses liaisons au sol de qualité et la tenue de routes de ses produits est bien connue. Le Galaxy ne déroge en rien à ces qualités. Le châssis partagé avec le S-Max est efficace les suspensions, à vocation familiale, sont confortables. La direction se révèle précise et incisive dès que l’on prend de la vitesse. Les autoroutes restent le domaine de prédilection du Galaxy.

Petite ombre au tableau, les finitions parfois légères et quelques assemblages plus ou moins précis. Mais la politique appliquée par Ford au niveau tarif peut expliquer cela.
Le Galaxy offre des équipements non proposés chez les autres constructeurs à ces niveaux de prix. La visibilité est excellente pour tous les passagers installés dans des fauteuils confortables et les commandes, dans le cockpit, sont toujours bien lisibles. Le seuil de chargement du coffre est bas facilitant ainsi les chargements.

Tenons compte que les deux sièges du troisième rang seront destinés, pour de longs trajets, à des enfants. Le Ford Galaxy offre pas moins de 31 espaces de rangement.
Il est livré de série avec sept places et avec de nombreux rangements au plafond, ce qui assure un plus manifeste au niveau familial. La modularité est un de ses points forts mais il est évident qu’une fois sept personnes à bord la contenance réservée aux bagages rétrécit fortement. Mais la rapidité de métamorphose de l’aire de chargement est réelle grâce aux sièges des deuxième et troisième rang qui s’escamotent sous le plancher.

Pour conclure:

Il semble qu’avec l’arrivée de ce 2.2 Ford vise à reprendre le flambeau tenu pendant tant d’années par le Renault Espace.

  • Ford Galaxy 2.2 TDCi.
  • Ford Galaxy 2.2 TDCi.
  • Ford Galaxy 2.2 TDCi.
  • Ford Galaxy 2.2 TDCi.
  • Ford Galaxy 2.2 TDCi.
  • Ford Galaxy 2.2 TDCi.
  • Ford Galaxy 2.2 TDCi.
  • Ford Galaxy 2.2 TDCi.
  • Ford Galaxy 2.2 TDCi.
  • Ford Galaxy 2.2 TDCi.
1459 lectures
User default img
patrickthibaut