Le renouveau du restaurant Le Ravenstein avec Nicoletta

écrit par admin
le 13/10/2009
4372

Providentiellement situé face au "Square" (Palais des Congrès) flambant neuf et à proximité du Palais des Beaux-Arts, ce lieu vénérable retrouve une jeunesse que l'on aurait pu croire enfuie à jamais.

Lien vers reportage complet de 30 photos + 5 vidéos

Un peu d'histoire

Tous les Bruxellois connaissent bien cette maison ancienne en briques rouges, voisine du Palais des Beaux-Arts et de l'Impasse Villa Hermosa, hantée par Baudelaire. Chacun se pose la question de savoir quelle est l'origine de cette maison historique. En vérité, l'Hôtel Van Cleef-Ravenstein est le dernier hôtel seigneurial de l'époque bourguignonne qui subsiste encore à Bruxelles. Il fut construit sur l'emplacement d'un manoir que la famille Meldert avait édifié au XIVème siècle, au coin de l'Escalier des Juifs, devenu la rue Ravenstein actuelle. Cette artère dans son état présent ne date que du début du siècle dernier. Auparavant, elle était beaucoup plus étroite et deux fois moins longue. Sa moitié la plus basse était formée d'escaliers. Si l'on y est attentif, on remarquera qu'ils sont encore visibles à proximité de la Maison qui nous occupe. Elle a donné, en 1853, son nom à la rue. Au XVIIème siècle, on prit l'habitude de lui donner le nom d'une auberge qui s'y était installée, Saint-Laurent, non qu'elle gardera jusqu'à son changement d'appellation. La partie droite de l'hôtel Ravenstein, lorsqu'on le regarde de face, fut dévolue à un restaurant durant de nombreuses années. En 2009, elle retrouve pour le plaisir des gastronomes, sa vocation première bien après l'époque bourguignonne.

Un homme entreprenant
Personnage dynamique et entreprenant, DANIEL VERHOEFT (Etterbeek 30/10/1948) remporte brillamment un diplôme d’ingénieur industriel. A vingt et un an, il se lance en tant qu’indépendant comme entrepreneur en construction et plus spécifiquement l’étude et la rénovation. Au bout de quelques années, il se trouve à la tête d’une entreprise qui emploie deux cents personnes. Elle est présente partout en Europe. Daniel construit , outre en Belgique, dans le Midi de la France, à Ibiza ou en Suisse. La première expérience dans le domaine de l’Horeca date de 1985, époque à laquelle, il s’associe avec le groupe Blaton, De Pauw, Dupuis dans l’exploitation du « Parc Savoy » qui ne tarde pas à obtenir une Etoile Michelin. En février 2002, il rencontre Lucilène, une jolie brésilienne qu’il épouse. Ensemble, ils ouvrent un restaurant-spectacle « Show Brasil » (17 rue de la Fourche). En 2005, Daniel Verhoeft est nommé Ambassadeur de la Diplomatie Démocratique du Brésil en Belgique. En mars 2007, il relance « Chez Stans », fort de ses relations dans le monde des arts et du spectacle. A présent, cet "entrepreneur entreprenant" n'a pas résisté au charme du Ravenstein qu'il a fondamentalement rénové en étant attentif à certains vestiges retrouvés au cours des travaux.

Le décor
Le quartier étant dévolu aux escaliers, c'est très logiquement par une volée de marches que l'on accède dans la première salle de restaurant bâtie en marge du bâtiment séculaire, claire et avenante et dotée d'un mobilier contemporain respectant la tradition.
En contrebas, la salle ancienne nous permet d'apprécier ce que furent ces lieux à l'époque bourguignonne. Rien n'y a pratiquement changé, si ce n'est un rafraîchissement bénéfique. On remarquera un tableau de Altenhoven, miraculeusement déniché dans une vente quelques jours avant l'ouverture officielle du restaurant.

Le chef Alain Bohné
Né à Ostende le 15 mars 1971, Alain Bohné a débuté un métier qu'il pratique comme un sacerdoce, depuis l'âge le plus tendre. A 11 ans, il aide son frère, cuisinier, dans un hôtel-restaurant en Ardennes, "Le Pont Saint-Lambert" à Vresse-sur-Semois où se réunissent de nombreux artistes et écrivains. A cet égard, on se souviendra du retentissement d'une bonne maison telle que "Les Glycines". A l'âge de 15 ans, il entre à l'Ecole Hôtelière de Coxyde où il travaillera sous la direction de l'Abbé Noterdaeme et de René Menu. En 1989, il est sacré deuxième "Jeune Maître d'Hôtel de Belgique". Désireux de connaître toutes les techniques du métier, il devient Maître en Vins de France Sopexa en 1991. Il commence une série de stages, d'abord au "Bijgaarden" puis à "La Villa Lorraine" avec Freddy Vandecasserie et Henry Van Ranst. Sous l'égide de Alain Ducasse, il travaille au "Louis XV" à Monaco avant de rejoindre "De Karmeliet" à Bruges et d'être engagé par Pierre Wynants durant six ans au "Comme Chez Soi". De 2000 à 2002, il reprend "La Cravache d'or" rendue célèbre par Abel Bernard et donne son nom au restaurant. En 2006, le guide GaultMillau lui attribue le titre de "Grand de demain", ce qui lui vaut d'être engagé chez Jacky Zia à "La Villa d'Este", d'obtenir la cotation de 15/20 au GaultMillau et un Bip Gourmand au Michelin. On remarquera que Alain Bonhé a consolidé sa formation durant dix ans dans des 3 Etoiles. Régnant sur les fourneaux du "Ravenstein", son but est d'en faire un grand restaurant à petits prix. Bref, d'en arriver à un rapport qualité/prix imbattable.

Marc Danval

"RAVENSTEIN"
1 rue Ravenstein
1000 BRUXELLES
Tél et Fax : 02/512 77 68
leravenstein@leravenstein.be
www.leravenstein.be
Ouvert tous les jours sauf le dimanche

Alain Bohne le chef du restaurant Ravenstein avec Nicoletta - video 01
Daniel Verhoeft et Nicoletta au restaurant Le Ravenstein - video 02
Michel Hasselwander du Fun in Brussels pocket magazine parle du restaurant Le Ravenstein - video 03
Laurent Brihay du TrendsNetworking - video 04
Marc Danval et Claude Delacroix - video 05

  • 4372
  • 4360
  • 4355
  • 4356
  • video 01
  • video 02
  • video 03
  • video 05
  • video 05
  • Restaurant Le Ravenstein
4106 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.