L'argent de poche: pour quoi, combien, qui, comment?

écrit par ReneDislaire
le 18/02/2010
L'argent de poche: pour quoi, combien, qui, comment?

L’argent de poche : peut-être le dernier des moments intéressants que l’on vit avec son enfant avant qu’il sorte du nid.
Car c’est bien là le but, certains diront le seul but de l’argent de poche : apprendre à vivre autonome le moment voulu.
Si l’octroi d’argent de poche se poursuit après l’autonomie, c’est que le franchissement a été mal préparé.

Cet argent est un outil de la démarche éducative ; il ne peut donc être donné que par celui qui détient l’autorité parentale, les parents.
Ce que peut donner à l’occasion un "mon oncle" n’est pas de l’argent de poche à prendre en compte: il ne peut remplacer celui des parents.

En espèces, svp : pas sur un compte en banque! Un geste de main à la main, qui relève de l’affectif, ce dont un automate est encore incapable.

Premier principe : les parents doivent savoir, en gros, à quoi il sera affecté. C’est d’ailleurs un principe général dans la vie : toute demande, tout octroi, doit être motivé.

Deuxième principe : il ne doit pas être systématiquement constant. Ce n’est pas une rente mensuelle. Cela doit être chaque mois l’occasion de mises au point. Jamais un droit acquis.
Si un enfant croit que dans la vie, il y aura toujours quelqu'un qui lui versera une somme mensuelle sans qu'il ait rien fait pour, il est temps de le détromper!

Troisièmement, il doit être insuffisant. Cela est très important. C’est même une règle du jeu essentielle. Pourquoi ?
N’oublions pas le but de l’opération : apprendre à vivre en autonomie. Quand on gagne sa vie, chacun, quels que soient ses revenus, sait qu’il ne peut se payer tout ce qu’il veut : confort de la maison, vacances, voiture de ses rêves… Plusieurs fois par mois, la personne vivant en autonomie doit choisir, donc renoncer.
L’argent de poche apprendra au jeune que tout ce qu’on désire ne peut être acquis.
Au projet de son mois, il y a 2 sorties avec un budget de 25 € chacune, une carte de gsm de 25 €, et une fringue de 25€. Tiens, en voilà 75 : ou tu dépenses moins en sortie, ou tu téléphones moins, ou tu remets ta fringue au mois suivant, ou tu rognes un peu sur les quatre. Mais tu apprends que jamais tu ne pourras satisfaire tous tes besoins.

Quatrième principe : il doit être juste.
C’est tellement juste qu’on n’en dira guère plus : aucun enfant ne doit se sentir victime d’une discrimination.
La somme peut être différente, selon certaines circonstances, mais cela doit alors être discuté avec la collégialité des enfants. Si déséquilibre il doit y avoir, il sera prévu de réparer au plus tôt.
La justice, ça peut aussi tenir compte de facteurs extérieurs. « Tu gagnes un peu d’argent dans un orchestre, tu as un job de vacances particulièrement bien payé ». De tels arbitrages ne peuvent être faits que par les parents.
Mais il serait injuste de dire : tu reçois moins que ton frère parce que tu vas bisser…

Selon des sondages récents, 60% des jeunes de 19 ans (donc faisant des études supérieures) reçoivent de l’argent de poche, et en moyenne 50 euros par mois. Les autres, souvent par volonté personnelle, n’en veulent pas. Dans les 60%, beaucoup donnent une partie à du social, à une action humanitaire.

Une note macho : il est préférable que la relation don-réception se fasse père-enfant.
Point de vue de l’enfant : « notre père est plus généreux que notre mère, tout en étant plus autoritaire ». Réaction du père : « j’obtiens plus facilement une franche discussion, un homme représente davantage dans leur esprit le meilleur conseiller et le meilleur décideur en matière d’argent ».
Ainsi, le financier vicomte Etienne Davignon nuira donc encore pour longtemps à une saine perception de l’égalité des sexes… C’est une autre histoire.

René Dislaire (ex-président de l’association des parents d’élèves de l’ISMA ; notes prises lors d’un séminaire)

  • L'argent de poche: pour quoi, combien, qui, comment?
  • L'argent de poche: pour quoi, combien, qui, comment?
  • L'argent de poche: pour quoi, combien, qui, comment?
4266 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire