La Havane, pendue à un fil, au Bout du monde

écrit par ReneDislaire
le 24/04/2010
La Habana vieja

Suspendus à des pinces à sécher, des draps fatiguent des branches timidement bourgeonnantes. Nous sommes à l’auberge du Vieil Engreux, à Houffalize.
El famoso fotografo anonimo, Jim Sumkay le Liégeois, expose La Havane.
Tout est noir ou blanc, avec des ombres graves, des ombres légères, comme elles sont là-bas, comme elles sont en nous.
On a dit qu’avec Sumkay, le banal devient exceptionnel. Pourquoi pas le contraire ? L’exceptionnel fait partie du quotidien.
La Habana vieja. La Havane est une vielle femme.
Dépêchez-vous de profiter d’elle : c’est pour vous que Sumkay l’a saisie.
Suspendus à un fil, des zestes d’humanisme ravigotent les branches indéfiniment bourgeonnantes, au Vieil Engreux.
Hasta siempre.
René Dislaire

Du 24 avril au 24 mai 2010. Fermé le lundi et le mardi.
Photos des photos perturbées par l'échelle de Beaufort: pardon l'artiste!

  • La Habana vieja
  • En la luna
  • cucurucucu, palomos
  • Hasta siempre, Ernesto
  • La Habana vieja
  • La Habana vieja
  • La Habana vieja
  • La Habana vieja
  • La Habana vieja
  • El Engreux viejo
  • La Habana vieja
  • La Habana vieja
1322 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire