Les 100 Violons Tziganes de Budapest

écrit par admin
le 11/11/2010
Les 100 Violons Tziganes de Budapest

« Un programme brillantissime qui mêle la tradition du violon tzigane hongrois et des œuvres du répertoire Classique de Johannes Brahms, Pablo De Sarasate, Frantz Liszt, Johann Strauss, Gioacchino Rossini, Piotr Tchaïkovski.
Le tout magistralement interprété, sans partition, par 100 musiciens tziganes venus de Budapest, tous virtuoses et fascinants. Un Orchestre étonnant qui enflamme le public partout sur la planète.
Un enchantement ! »

Direction : Sandor Buffó RIGÓ & Jószef Csócsi LENDVAÏ
www.100violins.com

Infos pratiques : Points de location

• Beaux-Arts - Bruxelles : Lundi 24 janvier 2011 à 20h00
www.bozar.be
www.fnac.be
www.ticketnet.be
Tarifs : de 35€ à 56€

• La Philharmonie : Luxembourg : Jeudi 27 janvier 2011 à 20h00
www.philharmonie.lu
Tarifs : de 27€ à 70€

• Les Beaux-Arts – Charleroi : Samedi 29 janvier 2011 à 20h
www.pba-eden.be
www.fnac.be
www.ticketnet.be
Tarifs : de 38€ à50€

• Le Forum – LIEGE : Dimanche 30 janvier 2011 à 15h00
www.leforum.be
www.fnac.be
www.ticketnet.be
Tarifs : de 34 à 50€

L’ORCHESTRE SYMPHONIQUE DES 100 VIOLONS TZIGANES DE BUDAPEST restitue, sous la plus époustouflante virtuosité, l'âme de tout un peuple. Un programme brillantissime qui mêle la tradition du violon tzigane hongrois et des oeuvres de Khatchatourian, De Sarasate, Brahms, Strauss, Bizet. Le tout magistralement interprété, sans partition, par 100 musiciens tziganes venus de Budapest, tous virtuoses et fascinants. Un Orchestre étonnant qui enflamme le public partout sur la planète. Un enchantement !
Des violons, des violoncelles, des contrebasses, des cymbalums et des clarinettes, tous unis pour porter jusqu’à nous les accents entraînants et déchirants d’une bouleversante tradition, celles des tziganes et d’un art d’interprétation qui n’appartient qu’à eux.
La constitution de cette formation ressemble à une légende. En 1985, l’inoubliable soliste et chef tzigane hongrois, le Primas Sandor JAROKA ( le Primas des Rois et roi des Primas ) meurt. A son enterrement la communauté se retrouve. Les musiciens sont venus nombreux dans le froid et sous la pluie avec leurs instruments pour saluer une ultime fois la mémoire de leur chef spirituel.
D’une sérénade mélancolique sur une tombe va naître cet orchestre fabuleux, celui des 100 VIOLONS TZIGANES DE BUDAPEST.
Depuis l’Orchestre n’a cessé de jouer et a obtenu un énorme succès dans quelques-uns des plus fameux théâtres et festivals classiques et notamment en Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, Danemark, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hollande, Hongrie, Irlande, Italie, Japon, Lettonie, Luxembourg, Monaco, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Russie, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse et Turquie.
Ce qui éblouit le public, c’est cet art qui n’appartient qu’à ces musiciens de jouer sans partition, cet art de la virevolte, de la variation qui ne trahit en rien la composition mais l’enrichit. Ils transmettent au spectateur l’énergie d’un peuple qui a choisi la musique comme langue universelle. Instinctif comme une veillée populaire tzigane, rigoureux comme un concert viennois, en smoking noir ou en costume traditionnel, l’Orchestre donne autant à voir qu’à écouter.
Il est sans conteste l’Orchestre Symphonique le plus excitant de notre temps, le plus grand Orchestre au Monde de Musiciens Tziganes.

HISTORIQUE
Un Arc-en-Ciel Hongrois
La constitution de cette formation pas comme les autres, qui porte aux quatre coins du monde l'énergie d'un peuple qui a choisi cette langue universelle qu'est la musique, ressemble à une légende. En 1985, l'inoubliable soliste et chef tzigane Sandor Jaroka, "Primas" comme on l'appelle, c'est à dire un interprète exceptionnel, soliste qui est désigné à la fois comme chef, chef d'orchestre mais aussi comme chef spirituel, ce grand maître meurt. A son enterrement, la communauté se retrouve. Il pleut sur le cimetière. Une pluie froide et coupante comme grésil. Mais les musiciens sont là, qui jouent, saluent une ultime fois Sandor Jaroka, Roi des Primas. Pour qui a vécu cet instant, il est inoubliable.. D'une sérénade mélancolique sur une tombe, va naître cet orchestre fabuleux, celui des 100 Violons Tziganes de Budapest.
L'ORCHESTRE DES 100 VIOLONS TZIGANES DE BUDAPEST était placé sous la direction de LASLZO BERKI chef de l'Orchestre National de Hongrie jusqu'à sa disparition brutale durant l'automne 1997. Sous son impulsion, les plus prestigieux musiciens du pays se regroupent, qui, pour beaucoup, appartiennent à de véritables dynasties de la musique : BERKI, BOROSS, CSOCSI, LAKATOS, entre autres.
Désormais sous la direction de Monsieur SANDOR RIGO BUFFO, son Président et de Monsieur JOZSEF LENDVAI CSOSCI, Maître de Violons, l'Orchestre a pu surmonter ce douloureux manque.
Depuis l'orchestre n'a cessé de jouer et obtenu un énorme succès dans quelques-uns des plus fameux théâtres et festivals dans le Monde et notamment en Allemagne, Autriche, Belgique, Croatie, Danemark, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hollande, Hongrie, Irlande, Italie, Japon, Lettonie, Luxembourg, Monaco, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Russie, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse et Turquie.
A chacune de leurs apparitions, les musiciens déclenchent l'enthousiasme par leur virtuosité et leur énergie fantastique, leur instinct et leur intelligence, laissant derrière eux un souvenir inoubliable.
Ce qui bouleverse le public, c'est que, par-delà l'harmonie d'un choix de pages musicales enivrantes, émouvantes, entraînantes, gaies ou mélancoliques, mais toujours touchantes, c'est l'harmonie même de l'orchestre, cette entente exceptionnelle, cet accord vibrant qui unit tous les interprètes. Tous virtuoses, tous rares, mais se fondant dans un ensemble fascinant pour le seul bonheur de livrer au monde quelques secrets indicibles : ceux qui ne passent que par la musique, ceux que seule la musique peut exprimer.
Ce qui éblouit le plus le public, c'est la manière tzigane. Cet art qui n'appartient qu'à ces musiciens de jouer sans partition, cet art de la virevolte, de la variation qui ne trahit en rien la composition mais l'enrichit.

LES TZIGANES SENTENT AUTANT LA MUSIQUE QU'ILS LA JOUENT, DE MANIERE INTUITIVE, PRESQUE INSTINCTIVE, DONNANT AU PUBLIC A VOIR AUTANT QU'A ECOUTER.

  • Les 100 Violons Tziganes de Budapest
  • Les 100 Violons Tziganes de Budapest
  • Les 100 Violons Tziganes de Budapest
2124 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.