Malmedy Le carillon de la Cathédrale

Les tours de la Cathedrale : celle de gauche abrite le carrillon - celle droite accueille les 4 bourdons L'interieur de la tour du carillon L'interieur de la tour du carillon Les points d'ancrage pour la construction de la tour La magnifique charpente en bois Le toit du transept et les poutres marquees La coupole cote recto Le transept cote recto La coupole cote verso Le mecanisme du carillon automatique Le mecanisme du carillon automatique Le tambour du carillon automatique et les pointes actionnant les musiques des melodies Le tambour marque " Lejoncqe " et " 1786 " Le clavier du carillon manuel utilise lors du " Triboledge " en octobre Le carillon manuel et ses fils de fer Le clavier du carillon manuel, ses pedales et ses manettes Les partitions des melodies arrangees par Sylvain MICHEL La partition de " Lu Payis d' Mamdi " La partition de " O be Payis " Les cables sur toute la hauteur de la tour Les cables sur toute la hauteur de la tour Les cables sur toute la hauteur de la tour Une poutre marquee Les battants des cloches du carillon actionnes par un fil de fer Des cloches du carillon frappees par un marteau Des cloches du carillon frappees par un marteau Des cloches du carillon frappees par un marteau Des cloches du carillon frappees par un marteau Cloches et clochettes ... Le sommet de la tour Cloches du carillon et leur fil de fer Cloches du carillon et leur fil de fer Le mecanisme des aiguilles de l' horloge Vue de la ville a travers les abat-sons du sommet de la tour

Malmedy Le carillon de la Cathédrale

Dans la cadre des journées du Patrimoine 2010, la ville de Malmedy autorisait l’accès exceptionnel au carillon de la cathédrale dont elle est propriétaire. Classé en 1965, cet édifice dédié aux Sts Pierre - Paul - et – Quirin est l’ancienne église abbatiale de la localité. Succédant aux églises du monastère, il fut construit de 1776 à 1782 en pierre locale sur les plans de l’architecte Charles – Antoine Galhausen, originaire de St Vith. La cathédrale présente une nef unique, coupée par un vaste transept et un chœur au chevet galbé. Depuis 1786, un carillon a été placé dans la tour gauche, tandis que la tour droite abrite les 4 bourdons. Le système d’horlogerie et du carillon a été construit par le Verviétois J.G. Lejoncque, un système qui a été électrifié et raccordé à une horloge – pilote en Allemagne qui commande les sonneries du carillon. Les 35 cloches du carillon ont été fondues par le Malmédien Martin Legros entre 1781 et 1783, carillon qu’il a offert à sa ville en guise d’ultime cadeau. Cinq nouvelles clochettes ont été ajoutées en 1952 pour augmenter la portée du carillon manuel. L’ensemble des cloches pèsent modestement 2400 kg ( celui de Malines totalise quant à lui 48000 kg ). A chaque quart d’heure, le mécanisme actionne les sonneries qui interprètent des partitions de chants malmédiens et wallons dont « Lu Payis d’ Mâmdî » pour l’heure et « ô qué bê payis » pour le quart d’heure. L’accès au sommet de la tour impose la montée de 190 marches aux dimensions variées ainsi que le passage au-dessus du transept. ( 34 photos )

François DETRY