Détours végétaux, une exposition de Sandrine de Borman

écrit par admin
le 28/03/2011
une exposition de Sandrine de Borman

Durant un an, le Jardin botanique national de Belgique a accueilli Sandrine de Borman, une artiste plasticienne talentueuse qui nous livre aujourd’hui le fruit de son travail à travers une remarquable exposition. « Détours végétaux » nous immerge dans le monde des végétaux et du vivant, du concret et de l’inattendu… par la combinaison des éléments naturels glanés dans le domaine du Jardin botanique.

Le monde végétal est souvent peu visible dans notre course quotidienne, dans notre espace-temps rectiligne, quadrillé d’écrans et de cloisons… Ce monde végétal nous invite pourtant à un détour, à la sinuosité des déambulations, à un rythme saisonnier qui dévie du calendrier surchargé, aux surprises courbes du subtil déploiement de la vie. « L’œil magique est capable de transformer une mauvaise herbe en merveille, et on lui trouve alors des charmes capables d’orienter une existence » témoigne ainsi le botaniste français Francis Hallé. Cette exposition est le carnet de ce voyage-là, de ses détours végétaux durant une année.

A la rencontre de nos entours
C’est pour laisser une chance à cet œil magique de se révéler que Sandrine de Borman, artiste citadine, est venue plonger durant ces quatre saisons au Jardin botanique. Pour observer et par là tenter d’étoffer un « entour végétal » autant protecteur qu’étonnant en se détournant de son environnement minéral et numérique habituel. « L’épiderme, l’habit, la maison, l’identité sociale et professionnelle, et enfin la Nature et la Terre… ce sont nos « entours » tels que définis par l’artiste Hundertwasser, explique Sandrine de Borman, entours protecteurs, où nous nous apaisons, mais aussi ouverts sur la surprise, la curiosité, l’étonnement où nous repartons pour un tour… » N’est-ce pas aussi ce que les visiteurs viennent chercher au Jardin botanique, s’extraire du quotidien pour rencontrer une autre temporalité, un autre rythme ?
Sandrine de Borman nous invite ainsi à une rencontre des entours végétaux du Jardin botanique (détails en annexe 1), à travers ses moissons végétales en lien avec les personnes qui y travaillent et en écho aux saisons… Le fruit de ce travail, de remarquables œuvres et compositions alliant végétaux, objets botaniques et pulpe de papier : dentelles de nénuphars, impressions d'aristoloches,  traces de spores de fougères, herbier de lichens, broderie de graines, robes d'érables, carnet des chemins… Une exposition végétale qui vaut… le détour !

Le catalogue
Le catalogue de l’exposition est, lui-même, une œuvre en soi. Il se présente comme un carnet de voyage d’une année de l’artiste en résidence, un carnet de ces (ses ?) détours végétaux. Il est composé de trois parties, de trois niveaux d’observations des entours végétaux du Jardin, du plus commun au plus intime, qui se sont révélées magiques pour Sandrine de Borman :
La Nature avec les chemins du Jardin ; qui correspond à l’espace commun, à la rencontre avec des éléments naturels ;
L’entour professionnel avec quelques métiers et départements du Jardin ; qui se veut l’écho de la richesse des rencontres humaines, cachées du public
L’habit, avec les robes, nids et autres rondeurs végétales ; qui sont davantage des espaces intimes, des résonances plus personnelles…

Infos : Détours végétaux, une exposition de l’artiste plasticienne Sandrine de Borman.
Du 2 avril au 2 octobre 2011, au Jardin botanique national de Belgique.
Visites de l’expo en présence de l’artiste les dimanches 8 mai, 5 juin et 4 septembre à 15h, ou sur rendez-vous pour des groupes.
Atelier avec l’artiste le dimanche 15 mai.

En pratique :
Du 2 avril au 2 octobre 2011 au Jardin botanique national de Belgique
Jardin botanique national de Belgique. Domaine de Bouchout - Nieuwelaan, 38 - 1860 Meise (à 3 km de l’Atomium).
Ouvert tous les jours à partir de 9h30.
Entrée : 5 €; + 60 ans et handicapés: 4 €;  – 12 ans et étudiants: gratuit. 
Le ticket donne accès à l’exposition et l'ensemble des collections dont les serres.
Autoroute A 12 Bruxelles-Anvers, sortie 3 "Meise". A partir de la Gare du Nord de Bruxelles ou de la station de métro Roi Baudouin (ligne 6), prenez le bus 'De Lijn' 250 ou 251.

Détail du contenu et des espaces de l’exposition
L’exposition est composée de trois parties, trois niveaux d’observations des entours végétaux du Jardin botanique, du plus collectif au plus intime :

1. Carnet des chemins du Jardin aux quatre saisons
Des éléments chus des arbres et arbustes du Jardin ont été précieusement glanés et sertis dans de la pulpe de papier. A l’occasion de cette année 2011, décrétée Année internationale des Forêts par l’ONU, une forêt a été reconstituée au rez-de-chaussée du donjon médiéval. Sur les troncs sont accrochés 64 planches d’herbier présentant ces éléments, 16 planches par saison… Cet étage correspond à l’espace commun, à la rencontre avec des éléments naturels.

2. Les faces cachées du Jardin
« Entre mes errances sur les chemins, sous les serres, autour des composts du Jardin, j’ai été accueillie dans ses coulisses, là où des personnes s’affairent pour rendre ces entours végétaux agréables et durables, non seulement dans le Jardin, mais aussi par la recherche et les échanges scientifiques, sur notre Terre. » Les bâtiments qui abritent les départements sont en retrait des déambulations des visiteurs-promeneurs. Aussi, beaucoup en ignorent l’existence. Sont nées 4 créations :
Un « Livre de fougères », un livre géant de fougères et empreintes de leurs spores, en écho avec un livre de Thomas Moore de la Réserve précieuse, présenté par une bibliothécaire et en résonance avec la rencontre de la responsable des collections vivantes sous serre.
Un « Herbier de lichens », suite à la rencontre avec la responsable d’une partie de l’Herbier aux 4 millions de spécimens, avec un scientifique lichénologue et une technicienne de surface…
Des « Broderies de Graines », graines disposées dans des boîtes de Petri (récipients de verre utilisés pour les tests de germination) cerclés de tambours de broderie, en écho à la rencontre d’une responsable de la banque de graines, d’un collecteur de graines, d’un égreneur de graines et d’une responsable des tests de germination…  Des « Bocaux à vœux » contiennent des graines et éléments de vie glanés au Jardin et un vœu.
Une « Couture de cactées et d’agaves », en écho avec un jardinier du Palais des Plantes, un historien qui parle de la Serre de Balat et ses agaves…
Ce deuxième étage correspond à l’entour professionnel avec quelques métiers au sein des départements du Jardin botanique. Un écho de la richesse des rencontres humaines, cachées du public…

3. Robes, nids et autres rondeurs végétales
Le 3ème étage abrite des entours qui nous couvrent, nous couvent, nous ouvrent à claire-voie avec cette question : quel est notre lien avec nos entours végétaux, notre manière d’habiter, d’investir, de porter en nous, sur nous les paysages dans lesquels nous déambulons ? Qu’est-ce qui se trame en nous, sur nous, quand nous nous promenons sur les chemins du Jardin, quand nous posons notre regard dans le Palais des Plantes ? En déambulant dans le Jardin, nous suivons les fils des bouts de chemins. Le plan du Jardin est un napperon de dentelle où nouer les matières, lumières, mouvements rattachés à des souvenirs, odeurs, couleurs, saveurs, matières, douceurs… « Je glane tout cela et le sertis dans la pulpe de papier qui devient reliquaire de ces instants d’émerveillements. », explique Sandrine de Borman.

Démarche de l’artiste
« Depuis une bonne dizaine d’années je questionne notre lien aux objets et paysages qui nous entourent, et la trace qu’ils laissent, en nous, sur nous, voire le mouvement qu’ils nous ouvrent. Après avoir travaillé sur les cabinets de curiosités des châteaux du XVème siècle où étaient rassemblés des objets merveilleux, certains naturels et d’autres créés par l’homme, j’en viens à explorer plus attentivement deux objets universels paradoxaux à plus d’un titre : un coquillage appelé cauris ou porcelaine et le sac plastique, tous deux ouvrant aux voyages mais l’un étant investi de nombreux pouvoirs tandis que l’autre en étant peu investi, voire dénié.
Se tissent ensuite autour de ces objets les fils entre habits et habiter, entre les lieux investis et nos enveloppes, nos enrobements.
A travers cela et depuis ma petite enfance, ce sont d’abord les objets naturels qui m’appellent, leur matière, leur vie propre, les histoires qu’ils me racontent. Et surtout le plaisir de déambuler parmi eux, dans la nature, ces filons infinis d’éblouissements, de glanages, d’élans curieux… et apaisants.

Cette appétence pour la matière prend forme artistique en 2000 grâce à une rencontre avec la plasticienne néerlandaise Ria Krol, qui m’a transmis sa passion pour la pulpe de papier. Dans une pâte faite de fibres végétales peuvent alors s’insérer, se sertir les trésors ramassés. Laissant à claire-voie leurs empreintes, diffusant leurs pigments, créant de surprenantes torsions ou autres chorégraphies lors de ces retrouvailles de l’élément végétal, de l’eau et des fibres…

Ce tissage de textures me donne souvent envie de traduire en texte, de poser dans un carnet quelques notes du mouvement que cet objet, cette matière, ce paysage a suscité. Ainsi, le carnet-catalogue présent à l’exposition est le carnet de voyage de cette belle année en résidence au Jardin. »

« Si tu t’accroches à la Nature,
aux petites choses que presque personne ne voit,
qui peuvent devenir énormes et démesurées
de manière si inattendue (…) :
alors tout deviendra plus facile, plus cohérent
et, d’une certaine façon, plus conciliant,
peut-être pas dans ton intelligence,
qui traîne derrière, hébétée,
mais dans la conscience la plus profonde,
dans ton état de veille et de connaissance. »

Rainer Maria Rilke, Lettre à un jeune poète

Sandrine de Borman
http://www.sandrinedeborman.be/

  • une exposition de Sandrine de Borman
  • une exposition de Sandrine de Borman
  • une exposition de Sandrine de Borman
  • une exposition de Sandrine de Borman
  • une exposition de Sandrine de Borman
  • une exposition de Sandrine de Borman
  • une exposition de Sandrine de Borman
  • une exposition de Sandrine de Borman
  • une exposition de Sandrine de Borman
  • une exposition de Sandrine de Borman
2459 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.