épuration des eaux usées en zone rurale

écrit par admin
le 29/03/2011
Epuration des eaux usees en zone rurale.

Si l’épuration des eaux usées en Région wallonne a connu ces 10 dernières années un sérieux coup d’accélérateur, les ruisseaux restent à la traîne et sont bien oubliés. L’épuration des eaux est avant tout urbaine ; elle est conçue comme telle et permet de traiter de gros volumes d’effluents d’eaux résiduaires. Par contre, en zone rurale, les moyens investis dans l’épuration demeurent marginaux et ne tiennent pas compte des spécificités de l’habitat et des modes d’exploitation de l’espace. Les ruisseaux méritent pourtant une attention aussi soutenue que les rivières et les fleuves, ne fût-ce que par leur haut potentiel pour la reproduction de la truite Fario, poisson indigène et emblématique de Wallonie dont les populations sont bien précarisées.

Pour en savoir plus, au travers d’un exemple
La situation vécue par le groupe Qualeau du Plan Communal de Développement de la Nature (PCDN) de Beaumont a suscité notre intérêt.

La proposition de ce groupe de citoyens est de protéger le Ruisseau des Claires Fontaines en épurant les eaux usées du village de Thirimont dans un lagunage et en nettoyant ce ruisseau de 3ème catégorie non entretenu par la Commune, complètement pollué et mort. Ce ruisseau était autrefois peuplé de truites et de leur faune d’accompagnement. Il était également une excellente frayère pour la Hantes, dont il est le dernier affluent important en aval de son cours. Après bien des réunions, lectures et contacts officiels, force est de constater :

1° que le classement en zone d’épuration autonome de ce village ne repose sur aucune étude sérieuse ;
2° qu’il est impossible de faire valoir que, même lorsqu’ils sont agréés, les systèmes d’épuration individuelle n’offrent pas de garanties suffisantes en matière d’efficacité et de durabilité ;
3° que des systèmes collectifs efficaces et durables existent, comme à Hestrud, commune française limitrophe de Beaumont ;
4° que l’égouttage en zone rurale peut être plus léger et moins coûteux que celui des villes même si les directives européennes et les contrats d’égouttage conclus ne parlent que « d’assainissement des eaux résiduaires urbaines ». (C’est nous qui soulignons.) 

Les problèmes rencontrés à Beaumont ne sont ici qu’à titre exemplatif. Il nous paraît en effet évident que ces difficultés se retrouvent en maints endroits de la Wallonie rurale, en particulier dans les petites communes à faibles revenus.

Nous demandons qu’au niveau wallon :

1° les priorités environnementales d’épuration (i.e. zones de captage, de baignade, Natura 2000 et à moules perlières) soient élargies aux hôtes naturels de nos ruisseaux (truite Fario, autres poissons, insectes et crustacés d’accompagnement). En termes de biodiversité et d’environnement, ce patrimoine vaut bien la moule perlière - pour laquelle un programme de restauration et de sauvegarde spécifique Life+ a été consacré – ne serait-ce qu’à cause de la raréfaction exponentielle qui l’affecte.

2° Nous demandons aussi que soit enfin prise en compte par les Organismes d’assainissement agréés (OAA), la Société Publique de Gestion de l’Eau (SPGE) et le Service Public de Wallonie (SPW) une réponse du Ministre Philippe Henry (27/04/2010) à la question parlementaire de M. C. Eerdekens : « La petite épuration rurale recouvre l’assainissement des agglomérations de moins de 2.000 EH. Lorsque ces agglomérations sont équipées d’un système de collecte, leurs eaux usées doivent faire l’objet d’un traitement approprié afin de respecter les objectifs environnementaux du milieu récepteur. Cette obligation est dictée par l’article 7 de la Directive 91/271/CEE relative au traitement des eaux résiduaires urbaines ».

3° Il est primordial aussi que le nouveau « Service public d’assainissement autonome » soit plus largement mandaté que pour son rôle « d’organiser et d’encadrer l’épuration individuelle » (même réponse à la question parlementaire de C. Eerdekens).

A défaut de ceci, nous craignons que l’épuration des ruisseaux qui nous servent d’égouts ne soit jamais qu’une « patate chaude » renvoyée aux citoyens par des Pouvoirs Publics frileux, pauvres et trop peu responsables. Pendant ce temps-là, et pour très longtemps encore, bien des ruisseaux wallons « n’en finiront pas de mourir ». Les ruraux, quant à eux, continueront de payer une taxe sur des égouts que l’on rechigne à considérer comme tels, le coût-vérité de l’eau qu’on refuse de leur épurer et les emprunts et/ou coûts d’entretien des stations de leurs centres-villes auxquelles ils n’ont pas la possibilité d’accès mais le devoir de participer.

Fédération Sportive des Pêcheurs Francophones de Belgique ASBL
web : www.fspfb.be

  • Epuration des eaux usees en zone rurale.
  • Epuration des eaux usees en zone rurale.
1854 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.