Expostion des artistes peintres de Houffalize

Jacqueline Lambin, artiste peintre, et Stephane Depree, animateur culturel de la commune de Houffalize Marie-Rose Lesage. Turquoise. Noir. Sepia. Ambre. Solaire. Nocturne. 9126 9131 9158 9159 9125 9128 9135 9137 9149 9154 9155

Eglise Ste-Catherine, 25 juillet 2011.
Il faut entrer. Seulement pour regarder.
Une tradition estivale qui remonte à 1980 , catéchise Stéphane Deprée, le bras culturel de la commune de Houffalize.
Mieux encore, c’est déjà bien avant, qu’ Arthur Quairiat a conçu et réalisé l’idée d’une exposition des peintres houffalois , va renchérir Jacqueline Lambin, la mythique mémoire de la villégiature découverte par Jules Raeymakers au XIXe siècle.
Jacqueline Lambin, c’est l’art dans la durée : elle est déjà vétéran quand, en 1980, Francine Urbin-Choffray, Remy Lemaire, Jean Pochet, Georgette Collin et elle-même convolent pour mettre au monde cette exposition selon un tempo annuel.

C’est dommage que ce n’est pas mieux…
Par ces mots prononcés face aux deux austères confessionnaux Renaissance, l’impénitent pince-sans-rire qu’est Stéphane Deprée aurait pu surprendre.
C’était pour mieux titiller les fidèles. Pour mieux introduire la litanie des réalisations qui viennent de se succéder sous sa houlette. Et de se référer entre autres à une récente exposition de papillons, à la présence d’Anne Frank parmi les jeunes, à l’opération « je lis dans ma commune ». Et de lever le voile sur un projet culturel permanent dans des locaux de l’école communale. La culture pour tous.

Sept peintres houffalois réunis
Avec une confidence de chacun. Comme un soupçon. Une once.
Marie-Claire Collet, en retraite d’une carrière d’institutrice maternelle à Houffalize : bon amusement à notre exposition !
Christiane Van de Berg, qui solde un paysage imaginaire : dessiner pour moi, c’est faire confiance à ce qui vient…
René Lardinois, qui trempa ses pinceaux dans le lac Balaton, pour faire de la peinture derrière le Mur : pour mon inspiration, la Sologne m’est tout aussi chère qu’à Maurice Genevoix.
Sarah Brison, qui avoue avoir glissé du symbolisme vers l’abstrait : mes artistes préférés sont Van Gogh pour sa fureur, Modigliani pour sa poésie, et Philippe Delsaut pour sa sensibilité.
Christine Lutgen, une débutante, résidant à Villeroux-Chastre, nostalgique de la lumière de Houffalize des vingt-cinq ans de sa jeunesse : la peinture, c’est donner vie, c’est sublimer, par le mélange des techniques et des matières.
Marie-Rose Lesage, tout Voyage intérieur, tout Bourrasque , tout Évasion, tout Espérance : mon travail est un cadeau que j’offre avec respect, parfois joyeux, souvent mélancolique…
Jacqueline Lambin, la marraine tutélaire du salon estival : pour moi, la peinture c’est capter… , c’est saisir… , c’est comprendre… , c’est appréhender…

René Dislaire

Liens, du même auteur
Activités du centre culturel de Houffalize :
2016 Houffalize "belle et naturelle - Exposition du concours de photographies
2016 Houffalize - Les marionnettes du Festival des Marionnettes, dans le vitrines
2013 Atelier « fashion » : Houffalize, le must du stylisme en province de Luxembourg
2013 Houffalize : stylisme et jeunes dentelles
2011 Église Ste-Catherine -Expositions des artistes peintres à l’école des Z’Ateliers
2012 : Achouffe, village des artistes. C’était un temps déraisonnable… Texte RD et photos JML
2013 : Achouffe, village des artistes. Sous le soleil. Texte RD et photos JML

Liens:

Houffalize : le programme des ateliers culturels 2011-2012
Maurice Micha: si votre peinture se rapporte à votre sépulture...
Houffalize comme antan, sous la neige et le soleil

reportage en 43 photos

Sarah Brison

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

On peut faire plus que regarder

Le sous-titre: Il faut entrer. Seulement pour regarder.
Petit démenti.
Ça ne veut pas dire qu'on ne peut pas acheter les oeuvres.
C'est seulement la citation des deux phrases les plus connues de Paul Claudel,
dans les mêmes circonstances.
C'était ça ou "Entrant dans une église, on ne voit d'abord rien..."
mais l'auteur n'en connait pas l'auteur.