Houffalize. Elvis charme la Résidence de l’Ourthe

écrit par ReneDislaire
le 30/10/2011
"Elvis". Residence de l'Ourthe, Houffalize

Houffalize. Maison de repos Résidence de l’Ourthe, le 30 octobre 2011.
Ils étaient tout en affaire, depuis le matin, pour voir et écouter chanter Elvis.
Voilà qu’entre, sans qu’on y prête attention, quelqu’un qui ne fait vraiment pas « star ».
Je me présente : je m’appelle Franz Goovaerts et je viens ici par respect.
À ma surprise, on m’a dit un jour que j’ai une voix qui ressemble à celle d’Elvis. Depuis, bien sûr que je l’ai travaillée. J’y ai consacré dix ans aux Etats-Unis, et parmi les 80.000 personnes au monde qui imitent Elvis, j’ai été classé le premier au grand concours, à Memphis Tennessee, en 2006. Mais je n’imite pas Elvis. J’ai sa voix. Et cette voix ne m’appartient pas. Vous avez le droit d’en profiter. C’est pour ça que je suis venu.

Aussitôt l’après-midi a changé de tournure : on n’écoutera pas chanter Elvis, on va aimer Franz Goovaerts qui chante Elvis.

Le chanteur n’a rien d’un people.
Il aime les gens, et ça se voit.
On s’attendait à un show. On obtint une rencontre d’hommes et de femmes. Cordiale. Chaleureuse. Apaisante.
Il est dommage qu’on associe Elvis Presley exclusivement à un personnage mythique du rock, ajoute Franz Geevaerts.
Pourtant, il a arrêté le rock quand il est venu à Wiesbaden. C’était en 1960. Subitement. Pendant son service militaire. Il venait de perdre son père. Un Italien chante ’O Sole Mio. Il se le fait traduire. Un immense succès. Ce jour-là, il a tourné définitivement la page du rock.
Elvis comprend que sa voix est faite pour donner de l’amour au gens. Pour les rapprocher.
Sa vie, ce sera désormais le Gospel, le chant de l’amour de Dieu et de l’espérance. La Country. Le blues.
C’est ainsi qu’il il a sauvé beaucoup de vies. Qu’il a rapproché les Blancs des Noirs. Et tous les hommes de la Terre.

Marcher dans les pas d’Elvis est devenu la raison d’être de Franz Goovaerts.
Les pensionnaires de la Résidence de l’Ourthe l’ont apprécié. Un grand moment de communion intérieure. De confidences.
It’s now o never. Falling in love with you. Love me tender. Dans le home, tant de moments de tant de vies ont refait surface!
À l'invitation de Carine et de Delphine, les soignantes hôtesses, le chanteur a fait un bis rien que pour Jules et Thérèse, dont les yeux s’étaient clos la veille.
À la sortie, Frantz demande l'autorisation d’embrasser "toutes les dames". Albert revendique le même statut pour les messieurs. Quand il l’obtient, il réclame un autographe. Jamais content : pas comme ça, sur une photo, s’il vous plaît !
- Je n’en ai pas sur moi. Mais c’est promis, je reviens demain, et tout le monde sera servi.
C’est ainsi que des gens qui s’aiment se complimentèrent, Résidence de l’Ourthe, le 30 octobre 2011.

René Dislaire

Liens vers des articles du même auteur sur Houffalize: visite d'Elvis Junior, Halloween 2011, et un atelier de bricolage pour enfants:
Houffalize: Il était une fois, atelier de bricolage pour enfants
L’atelier de bricolage « Il était une fois prépare Halloween »
Houffalize: Houffalloween 2011: profil des participants et classement du jury
Houffalloween, Elvis et les enfants : organisation et ambiance 2011

  • "Elvis". Residence de l'Ourthe, Houffalize
  • "Elvis". Residence de l'Ourthe, Houffalize
  • "Elvis". Residence de l'Ourthe, Houffalize
  • "Elvis". Residence de l'Ourthe, Houffalize
  • "Elvis". Residence de l'Ourthe, Houffalize
  • "Elvis". Residence de l'Ourthe, Houffalize
  • "Elvis". Residence de l'Ourthe, Houffalize3973
  • La Residence de l'Ourthe, maison de repos.3998
  • "Elvis". Residence de l'Ourthe, Houffalize3980
  • "Elvis". Residence de l'Ourthe, Houffalize3984
  • "Elvis", Patricia Lemaire, et les enfants: Jefferson, Maeva, Leon, Louise (atelier de bricolage: Il etait une fois...)
  • La Residence de l'Ourthe, maison de repos.3999
  • Houffalize. Elvis charme la Résidence de l’Ourthe
  • Houffalize. Elvis charme la Résidence de l’Ourthe
  • Houffalize. Elvis charme la Résidence de l’Ourthe
3224 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire