Houffalize: festivités, victimes de guerre et hot-dogs

écrit par ReneDislaire
le 28/10/2011
Impossible de photographier le monument aux morts de face.

Monsieur G. Padboll vient de nous écrire
"Je me consacre à un petit livre à la mémoire mon arrière-grand-père, un Houffalois mort au champ d’honneur en 1918.
Quel déboire quand j’ai voulu prendre une photo du monument aux morts de la Grande guerre, en face de l’hôtel de ville !
Voilà plus d’un mois que je reviens chaque week-end, mon Hasselbad H4D à bout de bras. Impossible de prendre un cliché de la stèle sacrée: une camionnette-friterie-sandwiches-thuringers- hot-dogs-tout-pour-les-festivités immobilisée depuis des semaines en masque la vue.
La population intriguée se perd en conjectures!
Je ne vous raconte pas…" (et, après cet artifice oratoire, enhardi, Monsieur G. Padboll raconte...)

Un nième kot du CPAS ?
"Dans un premier temps, il s’est dit que, estimant le seuil de xénophobisation de l’artère principale loin d’être atteint, et après avoir épuisé toutes les possibilités légales du marché immobilier, les joueurs de monopoly dissimulés derrière l’acronyme CPAS avaient décidé de fixer un mobilhome qui enrichisse autant que faire se peut son potentiel de logement social.
Et chacun s’en félicitait.
L’emplacement, au beau milieu du parking juste en face de l’hôtel de ville, est stratégique, de nature à donner à l’action du Centre d’action un centre de surcroît de visibilité idéale.
Bien visibles sont en outre les aménagements intérieurs entamés : le chantier que l’on perçoit par les nombreuses fenêtres indique qu’un spécialiste du bricolage est à l’œuvre.
Mais la stagnation des travaux depuis plus d’un mois sans intempéries ne pouvait associer plus longtemps le CPAS, un maître d’ouvrage hyperchevronné, à une opération apparaissant foireuse."

Un lieu de sensibilisation à la pédophilie ?
"On se souvint du Circuit des légendes.
Une autre rumeur se répandit : autre promoteur, autre génie, autre programme.
L’objectif poursuivi serait de mettre un outil pédagogique sensibilisant les jeunes à la problématique de la pédophilie.
Quel prodigieux projet, que cette pédophiloëchthro-boutique !
Une camionnette : rien de tel que le leurre de ces prédateurs que furent Fourniret et Marc Dutroux, dont il semble toutefois que l’Histoire telle que l’écrivent les apôtres de la laïcité retiendra qu’ils furent des enfants de chœur à côté de Vangheluwe et autres acolytes de Monseigneur Léonard."

Un « plus » pour le circuit des légendes ?
"Depuis cinq ans, le circuit phare du développement rural, appelé l’ODLMT, l’orbite-des-dix-lunes-mères-de-la-Tranquillité, est pour la localité une attraction lucrative.
Il a boosté le commerce local qui a la chance d’en être riverain.
Mais la fourgonnette reconvertie en centre de pédagogie pointue pour les hôtes qu’attire la cité des enfants dépassera toutes les espérances.
La rue de Schaerbeek dans un an ?
Aux rez-de-chaussée, business et picaillons.
Kotteurs du CPAS aux balcons.
La fascination d'un nouveau pôle du patrimoine majeur wallon."

Un véhicule piégé ?
"Le mutisme des autorités sur le phénomène immatriculé aux quatre roues bien gonflé, l’absence totale de communication dont elles sont d’habitude si généreuses lorsque des subsides vont tomber du ciel, ça peut générer les pires rumeurs.
Et si la camionnette, épicentre de l'eldorado rêvé par les métiers et négoces, était un véhicule piégé ?
Et si cet intérieur en chantier, que l’on observait comme porteur d’une initiative bénéfique des pouvoirs publics, était bourré de charges explosives dissimulées dans un brol qui comporte même des poubelles ? Dans une étuve où si les mouches qui tourbillonnent évoquent l’existentialisme de Sartre, les vers qui prolifèrent n’ont rien des calligrammes d’Apollinaire?"

Que fait la police?
"À Houffalize, frissons et convulsions meurtrissent les corps.
Nervosité, panique, épouvante saisissent les esprits…
Mais que fait la police ?
La police, se dit-il, a autre chose à faire que de poursuivre les terroristes.
« C’est vrai, nous n’avons que très peu de policiers communaux », murmurait le commun, et, m’apprit-on, « le bourgmestre les a réquisitionnés, depuis des mois, pour défendre l’intégrité de la secrétaire du CPAS. »
Il a fallu qu’on m’exhibe des coupures de presse, notamment du 29 janvier, pour que je le crusse : cette femme qui aime son métier a été menacée de mort. C’est pourquoi le bourgmestre a fait en sorte qu’un membre de la police locale est stand by prêt à intervenir. Et il l’a proclamé urbi et orbi, pour épouvanter la racaille."

Et ma photo ?
"Moi je ne pense qu’à ma photo", conclut Monsieur G. Padboll.
"Fourniret ou pas, terroriste ou pas, quand pourrai-je photographier le monument sans la camionnette dans mon champ de vue ?
Un enfant des écoles avait raconté mes déboires à son aïeul, un homme voûté de s’être incliné une longue vie durant à toutes les cérémonies patriotiques.
Certes l’ancêtre débloque-t-il, jusqu’à confondre, allant et venant au cimetière, la tombe des soldats du Commonwealth et la sépulture du peintre Maurice Micha!
Certes a-t-il perdu la raison, puisque son conseil, que le gamin m’a transmis, est de m’adresser à Jean Bock ou à vous.
J’ai joué à pile ou face, et le sort est tombé sur vous. »

Fin du courrier de Monsieur G. Padboll. Réponse suivra.

René Dislaire ©

Liens:
Notre réponse à Monsieur G. Padboll:
Houffalize: une vue (enfin dégagée) du monument aux morts de la guerre

Du même auteur : l’Offensive dite des Ardennes (Houffalize, Bastogne, Baraque de Fraiture…)
Houffalize, ground zero (impacts des bombardements)
La grande gueule de Patton (peinture de Marie-Élise)
Bastogne, ses vainqueurs et ses artistes (de Fernand Léger à Marie-Élise)
Le testament de l’officier allemand
Le Kamfgruppe de Peiper (présentation d’un livre, en français)
Inauguration du monument érigé par le C.R.I.B.A. à la Baraque de Fraiture (2007)
Battle of the Bulge memories - Inauguration at the Baraque de Fraiture (2007)
Les mots allemands rescapés de guerre en Ardenne
Interview (2010) : Paul Delsemme, le plus jeune prisonnier de guerre houffalois
Paul Delsemme, le dernier ancien prisonnier de guerre houffalois, est mort (2017)
Houffalize, monument aux victimes de guerre et hot-dogs

  • Impossible de photographier le monument aux morts de face.
  • Attentat possible? En tout cas, dissuasion de se parker contre! Ici, face nord.
  • Attentat possible? En tout cas, dissuasion de se parker contre! Idem face sud. N.B. Lire "Thuringer".
  • Vue de la sortie de l'ecole.
  • Le brol interne, visble de tous les passants.
  • Houffalize: festivités, victimes de guerre et hot-dogs
1254 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire