Houffalize, Stavelot, Verviers... pour les homes, Danielle Pirotte chante Edith Piaf

écrit par ReneDislaire
le 28/05/2011
6818

Il nous a été donné un cadeau : celui d’entendre Edith Piaf, avec Jeanne Moreau en lever de rideau.
Un cadeau de rêve. Un flot de poésie. Une rivière de textes ciselés comme une parure de bijoux andalous.
Danielle Pirotte chante Piaf et Moreau.
Sans façons : c’est l’anti-diva. Sans contrefaçon : elle n’imite pas.
Elle met son public en état de grâce. En communion avec ces gloires d’un autre âge, qu’elle revisite à sa mode. L'artiste rajeunit la salle admise dans son intimité.
Danielle Pirotte a un pied dans chaque province de l’est de la Belgique : originaire de Lierneux, elle habite à Gouvy. Pardon, elle est venue de Sart s’installer à Bovigny.

Des publics sages nostalgiques de femmes folles
Danielle n’a rien de la saltimbanque gouailleuse, de la fêtarde agitée, de la Môme que déprimèrent tant de jeunes hommes. Ni d’une étoile, une star dressant l’oreille aux trompettes de la renommée, comme le fit la Bâtarde de la Nouvelle Vague. Et elle n’ambitionne aucun voyage avec un Jean Cocteau.
Elle ne s’est jamais vue en haut de l’affiche, et même pas en bas.
Sa fierté, son CV, ce sont les seniors en salle commune mangeant la tarte que tolèrent leurs prothèses dentaires accompagnée d'un déca supporté par des coeurs souvent nases. Dans les homes de Houffalize, de Stavelot, de Verviers, de Malmedy...
Une visibilité toute confidentielle.

Un spectacle qui chavire
Habillée d’une robe à six pans isabelle évasée à fleurs , assortie à une coiffure automne, elle se lance.
Les musiques et les paroles remontent à la surface de mémoires qui flanchent. C’est le Tourbillon de la vie : on se connaît on se reconnaît quand elle enjôle sans bracelets bling bling à chaque poignet.
Voici Piaf : Danielle Pirotte situera chaque chanson dans son contexte dramatique.
Petit à petit, elle dansera la java en chantant l’accordéoniste. Ça donne envie de pleurer, le souffle suspendu, c’est physique.
On vient, comme Milord, s’asseoir à sa table. On frémit avec la fiancée de l’Homme à la moto. On virevolte avec la femme emportée par la Foule. On saccade à l’unisson les syllabes de Padam. L’Hymne à l’amour nous aspire enfin vers l’éternité.
La gageure de Danielle Pirotte, c’est de colporter du bonheur.
Elle fait ses livraisons à des groupes intimes.
Elle coalise, elle harmonise, elle grise.
Elle offre quelques instants de Terre promise.
Quand Mademoiselle ne chante pas, elle est professeur de religion.

René Dislaire

Lien:
Lien vers les vidéos

  • 6818
  • 6821
  • 6823
  • 6826
  • 6828
  • 6832
  • 6834
  • 6836
  • 6820
  • 6830
  • 6829
  • 6827
  • 6834
2552 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire