Découvertes Brassicole & Gastronomique avec la Peugeot 308 CC.

écrit par patrickthibaut
le 26/08/2012
Brasserie de Brunehaut

Une journée festive, de part et d’autre de la frontière française, encore une fois riche en dégustations.

Brasserie de Brunehaut (à 2 pas de Tournai).

Fondée en 1890 dans le village de Brunehaut, en Belgique (Brunehaut est le nom de la chaussée romaine en cours d'exécution entre Amiens, en France, jusque dans Cologne, Allemagne). En 1990, pour son 100e anniversaire, la brasserie a été transférée dans de nouveaux locaux spécialement construits, permettant de perpétuer, au mieux, la tradition en utilisant des équipements modernes (www.brunehaut.com).
L’histoire de la brasserie remonte à 1096, en pleine période de peste noire et de famine à Tournai. En ces temps où l’hygiène est très approximative, la bière est déjà connue pour être plus sure que l’eau. Brasserie artisanale et indépendante, Brunehaut utilise d’anciennes recettes de brassage, datant de la 1ère croisade et dont l’origine remonte à 1096. Combinant la traditionnelle refermentation en bouteille avec des moyens de production moderne, l’actuel Maître brasseur, Damien Delneste, signe aujourd’hui des bières traditionnelles doubles et triples de haute fermentation dans l’esprit de la tradition séculaire belge de fabrication de la bière.

Chacune des bières biologiques de Brunehaut a obtenu la certification officielle européenne « produit de l’agriculture biologique ». La brasserie cultive d’ailleurs son propre orge et blé sur le même terroir que la brasserie. Historiquement, la brasserie produisait une vingtaine de bières incluant certaines spécialités et d’autres bières brassées occasionnellement. En 2006, la brasserie a changé de propriétaire et s’est recentrée sur ses marques les plus fortes. Aujourd’hui, la brasserie produit et exporte 10 bières différentes réparties en 3 familles de produit. 2007 et 2008 furent deux années riches en récompenses pour la brasserie Brunehaut : l’Abbaye de Saint-Martin blonde et brune remportèrent 2 médailles d’argent et de bronze à Chicago en 2007. La Mont-St-Aubert gagne la médaille d’argent à la « World Beer Cup en 2008 » (USA) ainsi que la « 2008 Australian International Beer Award » (Melbourne - Australie). En 2009, l’Abbaye de Saint-Martin Triple récidive en Australie avec une médaille de bronze.

Restaurant « Le Bagacum » à Bavay – France.

Bagacum: le nom de la cité romaine devenue... Bavay. Pas étonnant que cette jolie grange du 19es. , rustique et joliment champêtre, cultive le goût de la belle tradition.

Un joli jardin arboré constitue le cadre agréable de cette ancienne grange. Le décor, rustique et soigné, laisse apparaître des poutres, des bas-reliefs et une multitude de bibelots. La cuisine est celle d’un chef, Pierre Lesne, qui a fêté en 2011 sa trentième année passée derrière les fourneaux d'une adresse que l'on peut considérer aujourd'hui comme une institution (www.bagacum.com). Le tout dans une ambiance feutrée et raffinée ,avec fond musical sélectionné pour y déguster le poisson et bien d'autres suggestion en fonction du marché.

Peugeot 308 CC HDi.

Un Diesel avec un Stop&Start très abouti, un nouveau visage : la 308 CC s’offre un petit coup de jeune et une homogénéité qui progresse (www.peugeot.be).

Pendant quelques mois, la 308 CC s’est fait voler la vedette par son cousin coupé, le RCZ. Avant de revenir sous les projecteurs, à la faveur d'un restylage. La poupe massive du coupé-cabriolet au Lion n'est guère modifiée. Tout comme l'habitacle, qui affiche une qualité de fabrication et une présentation soignées. En revanche, de face, les évolutions sautent aux yeux. La bouche, plus petite, évoque la 508, des feux de jours en boomerang font leur apparition, et les phares adoptent un fond "titane". Et sur cette version 1.6 e-HDi 112, la cure de jouvence concerne également la mécanique. Si le Diesel reste inchangé, il est désormais associé à un Stop&Start, et pas n’importe lequel.

Grâce à son alternateur réversible, qui remplace le démarreur, ce système PSA possède une longueur d’avance sur la concurrence. En décélération, le moteur se coupe dès 20 km/h et redémarre en un rien de temps, dans une discrétion remarquable, même à froid. De plus, l’usage de la climatisation et de la direction assistée sont conservés, y compris avec le quatre-cylindres arrêté. La consommation est la première à en profiter. Et plus besoin de supporter les claquements du Diesel au feu rouge, lorsque le toit est rabattu (et aucune turbulence). Dommage que le HDi se fasse encore trop attendre à l’accélération et que les performances aient régressé.

Il sera préférable de rétrograder pour dépasser sereinement. Une opération que la commande de boîte accrocheuse s’emploie à compliquer. Mais dans la cadre d’une conduite décontractée, cheveux au vent, on apprécie la souplesse de ce petit Diesel. Côté châssis, les ingénieurs de la marque au Lion ont été bien inspirés. Certes, on regrette toujours la fermeté des suspensions. Mais on retrouve avec bonheur le train avant incisif et le comportement efficace à souhait. Le tout moyennant une augmentation de tarif modérée.

Bonne journée.

  • Brasserie de Brunehaut
  • Brasserie de Brunehaut
  • Brasserie de Brunehaut
  • Brasserie de Brunehaut
  • Brasserie de Brunehaut
  • Brasserie de Brunehaut
  • Brasserie de Brunehaut
  • Brasserie de Brunehaut
  • Restaurant Bagacum
  • Restaurant Bagacum
  • Restaurant Bagacum
  • Restaurant Bagacum
  • Restaurant Bagacum
  • Restaurant Bagacum
  • Restaurant Bagacum
  • Restaurant Bagacum
  • Restaurant Bagacum
  • Restaurant Bagacum
  • Restaurant Bagacum
  • Restaurant Bagacum
  • Peugeot 308 CC
  • Peugeot 308 CC
  • Peugeot 308 CC
  • Peugeot 308 CC
  • Peugeot 308 CC
  • Peugeot 308 CC
  • Peugeot 308 CC
  • Peugeot 308 CC
  • Peugeot 308 CC
971 lectures
User default img
patrickthibaut