Gastronomie et Houblon en Renault Scenic.

écrit par patrickthibaut
le 24/04/2012
Brasserie de Silly

Le Houblon, un délice…

Visite gastronomique et brassicole au Kokejane d’Alexandre Willems à Herne et à la Brasserie de Silly.

Notre ‘fil rouge’ sera, outre notre Renault Scenic, le houblon…
En effet, pas de bière sans houblon et pas de merveilleux moments gastronomiques non plus.

Le Houblon :
« Un des produits typiques de chez nous, qui annoncent le printemps, sont les jets de houblon. C'est vraiment 'la' délicatesse de l'avant saison. Les jets de houblon sont les jeunes pousses de la racine de la plante du houblon. C'est en mars, quand le temps est clément, qu'ils montrent le bout de leur nez. La saison s'arrête déjà à mi-avril, elle est donc très courte. Ce produit est une exclusivité belge et alsacienne, on ne la trouve pas ailleurs. »
Les jets de houblon sont devenus une vraie délicatesse en Belgique. Ceci en raison du peu de champs de houblon encore existants dans le pays et du également au fait que la récolte des jets est très intensive et compliquée. Chaque jet pèse à peu près 1gr. Il faut donc couper, manuellement, 1 000 jets des racines pour obtenir un kilo de jets. De plus, la récolte ce fait souvent en plein champ.
Leur goût est très terreux et frais et se situe entre l'asperge et le salsifis, avec des notes de noisette et de chicon. On les cuisine un peu comme des asperges blanches. Les accompagnements classiques sont les oeufs pochés où durs, la sauce mousseline, les riz de veau, la crème, le poisson à la sauce au vin blanc, la bière blanche, les crevettes, le saumon, le pigeon. Alexandre Willems du Kokejane les proposent avec un oeuf poché et une mousseline de Blanche (40,00 € - cher mais un délice).

Pour la bière. Seuls les cônes de houblon de la plante femelle du houblon sont utilisés en tant que matière première essentielle pour la bière. Les cônes femelles du houblon contiennent de la poudre de lupuline, dans laquelle sont présents de nombreux composés, qui confèrent une saveur amère à la bière et qui font également office de conservateurs naturels.

Brasserie de Silly.

Au siècle dernier, les grosses fermes du Hainaut brassaient l'orge et le houblon.
Silly, village situé dans le triangle Ath, Enghien, Soignies, traversé par la Sylle, qui lui donne son nom, possède une brasserie, qui fondée en 1850. Dès 1947, la Brasserie prit le pas sur la ferme et elle ne produisait encore que des bières de haute fermentation telles que la Grisette, la Saison et le Scotch. L'année 1975 est marquée par le rachat de la Brasserie Tennstedt Decroes à Enghien ce qui lui permet d'ajouter à sa gamme la Double Enghien, aujourd'hui existant en deux versions: brune et blonde.
1990 voit la création de la Blanche Titje qui elle aussi contribue avec la Saison de Silly, la Double Enghien et la Divine au développement de cette entreprise familiale indépendante, pleine de tradition.
Mais rien ne s'arrête et grâce à la recherche, aujourd'hui, la dernière née est une bière blanche fruitée au pamplemousse rose: la Pink Killer, promise à un bel avenir.
On peut citer la Titje blanche, l'Abbaye de Forest, une triple blonde de 6,5% vol.alc. (médaille de bronze à l'International Beer Award en Australie), la Pink Killer, rosée légère au jus de pamplemousse et aux écorces d'orange, la Cré Tonnerre aromatisée au rhum ou encore la capiteuse Divine de 9,5%. Mais comment ne pas évoquer l'originelle et originale Saison Silly ambrée, née avec la brasserie. Ce grand classique de la maison, de 5% vol. alc., présente un goût caractéristique un peu suret; elle mérite mieux que sa réputation actuelle, ancrée essentiellement dans la région. Et comment surtout ne pas déguster le Scotch maison, bien foncé, onctueux, caramélisé. L'un des meilleurs exemples de ce type de bière... belge malgré son nom. La Brasserie de Silly dispose d’une salle de brassage remise à neuf au début de ce siècle et réalise une production annuelle de 11 000 hectolitres. Elle est aussi propriétaire d’une cinquantaine de cafés de la région (www.silly-beer.com).

Restaurant Kokejane à Herne (Enghien – 50’ de Bruxelles).

En pleine verdure, au coeur du Pajottenland, le chef Alexandre Willems, qui a repris les commandes de la cuisine, saura mieux que quiconque vous éveiller aux parfums culinaires les plus délicats. Il sait préparer les meilleurs produits en toute simplicité. Avec sa fille Emmanuelle et son fidèle maître d'hôtel Gérard Teuven il vous attend, l'accueil est chaleureux et les conseils des maîtres des lieux judicieux. A moins d'un problème inopiné vous ne pourrez sortir de chez 'Alex' que pleinement satisfait (www.kokejane.be).

Un très bon et même un excellent restaurant à Herne, le "Kokejane", pas très loin de Halle. Qu’il s’agisse des légumes, des fruits, de la viande, Alexandre Willems est sans égal.
A table, on découvre une cuisine mêlant astucieusement modernité et classicisme. Le chef possédant un talent incroyable pour magnifier le goût des aliments en utilisant des ingrédients relativement « simples » et toujours prêt à vous ‘impliquer’ des ses concoctions maisons.
Le Kokejane est un endroit de rêve, pour vrais gourmets et pour les gourmands avertis. Ce n’est pas donné mais c’est en tout cas, une très belle maison où l’on est chouchouté. Elle vaut le détour.

Bon, l’heure du retour a sonné – on rentre à la maison avec notre Renault Scenic.

Renault Scenic.

Pour conserver à distance ses rivaux, le Scenic, leader des monospaces en France comme en Europe en 2011, peaufine son look, enrichit sa dotation et s’offre deux moteurs inédits. Revue de détail.

Renault a tout de même fait un petit geste pour les trois ans du Scenic. En attendant un éventuel autre restylage, les Scenic adoptent un avant rajeuni par des phares intégrant une sorte de paupière, comme sur la Laguna , et un bouclier modernisé abritant des feux de jour à diodes et quelques touches de chrome. Le Grand Scenic essayé ici a un traité plus horizontal, avec une entrée d’air inférieure plus large que sur la version courte.

À bord, peu de changements. On retrouve la planche de bord soignée et les trois sièges arrière rabattables, coulissants et démontables. Seules évolutions visibles : l’autoradio intègre en façade la connectique USB et iPod. Les vrais changements ont donc lieu sous le capot, avec l’arrivée du 1.5 dCi 110 Energy et du 1.2 TCe 115 ch à injection directe et le 1.6 dCi 130 ch. Inchangé, ce diesel performant offre le dynamisme qui convient à un monospace pesant 1.690 kg à vide. De plus, il sait rester discret à vitesse stabilisée comme à l’accélération, et bénéficie d’un "Stop&Start" assez rapide et pas trop bruyant. Enfin, il se montre vraiment sobre. C’est une bonne affaire, il ne devrait pas vous mécontenter c’est pourquoi son association avec le restaurant de Alexandre Willlems est excellente (www.renault.be).

Bon appétit et bonne route.

  • Brasserie de Silly
  • Brasserie de Silly
  • Brasserie de Silly
  • Brasserie de Silly
  • Brasserie de Silly
  • Brasserie de Silly
  • Brasserie de Silly
  • Kokejane, Alexandre Willems
  • Kokejane, Alexandre Willems
  • Kokejane, Alexandre Willems
  • Kokejane, Alexandre Willems
  • Kokejane, Alexandre Willems
  • Kokejane, Alexandre Willems
  • Kokejane, Alexandre Willems
  • Kokejane, votre serviteur
  • Renault Scenic
  • Renault Scenic
  • Renault Scenic
  • Renault Scenic
  • Renault Scenic
  • Renault Scenic
  • Renault Scenic
  • Renault Scenic
  • Renault Scenic
  • Renault Scenic
1108 lectures
User default img
patrickthibaut