Le bonheur des Belges de Patrick Roegiers – Editions Grasset.

écrit par patrickthibaut
le 11/09/2012
Le bonheur des Belges de Patrick Roegiers  Editions Grasset.

Un livre qui vous apporte une fraîcheur avec un humour un peu décalé. Mais une grosse ombre au tableau: tous les Belges 'connus' sont quasiment cités mais pas moi... Je suis déçu, déçu et je dirais même plus déçu... Bonne lecture à tous.

Un héros de onze ans, sans parents ni prénom. Yolande Moreau en mère assassine. Victor Hugo à la bataille de Waterloo reconstituée par une armée de figurants. La naissance du pays chantée par la Malibran et Jacques Brel. L’Expo 58 comme un conte de fées, le massacre des Éperons d’or et la victoire au Tour des Flandres. Quelle aventure ! Vilain Flamand va au diable. Le rexiste Degrelle se prend pour Tintin. On érige un « rideau de betteraves ». L’actualité se précipite. Le pays disparaît. Quelle histoire ! Marc Dutroux patine dans un tableau de Breugel. Les Belges sont-ils vraiment heureux ?

Patrick Roegiers est né à Bruxelles en 1947, et vit à Paris depuis une vingtaine d'années. Romancier (Le mal du Pays, Le cousin de Fragonard, La géométrie des sentiments...), il a publié son oeuvre au Seuil. Dramaturge et spécialiste de l'histoire de la photographie (Lewis Carol, dessinateur et photographe, Diane Arbus ou le rêve du naufrage, Magritte et la photographie...), il est souvent joué en Belgique et collabore en France et régulièrement à de nombreuses revues. Le bonheur des Belges est, de son propre aveu, son "grand roman".

Le titre même de ce roman prend le contre-pied du célébrissime Chagrin des Belges de Hugo Claus. Pour Patrick Roegiers, il s'agit ici de brosser une fresque épique et drôlatique - de la Belgique "qui fut heureuse" - et qui ne l'est plus. Pour ce faire, il choisit de conter les tribulations d'un héros jamais nommé, sans âge, qui se promène dans l'histoire de cet énigmatique "Outre-Quievrin". Ainsi, tel le fameux "juif errant", on le verra aussi bien avec Victor Hugo à Waterloo qu'avec Jacques Brel ou Eddy Merckx. Ce même héros sera également contemporain de la naissance de la Belgique en 1830, avant de fréquenter Annie Cordy, la Malibran, les Quatre fils Aymon ou l'Exposition Universelle de 1958. Ici, le voici dans une échappée du Tour des Flandres ; là, il est dans les tranchées de la guerre de 1914 ou aux côtés de la poétique Yolande Moreau - avant de s'enfuir dans un tableau de Bruegel. Bref, ce roman revendique son désordre et son uchronie. Tintin, Haddock, Simenon, James Ensor, Nadar ou Léon Degrelle (fondateur du fascisme belge) traversent allègrement cette fresque. On rit, on est bousculé, on s'amuse...
Plus que tout, ce roman est porté par une langue éblouissante. Tour à tour picaresque, cruelle, mélodieuse, torrentueuse, c'est elle, d'abord, qui fait de ce livre un objet absolument singulier - et, à maints égards, prophétique à l'heure où vacille l'unité même de la Belgique.

www.grasset.fr

  • Le bonheur des Belges de Patrick Roegiers  Editions Grasset.
  • Le bonheur des Belges de Patrick Roegiers  Editions Grasset.
1360 lectures
User default img
patrickthibaut