MALMEDY Du renfort international pour la Hore Kinon

Le groupe des jeunes batisseurs La Hore Kinon Le rez de chaussee en chantier Fille et garcon en charge d'un meme travail Le chantier du premier etage Le chantier du premier etage Le chantier du premier etage Le chantier du premier etage Le second etage en cours d'achevement Le second etage en cours d'achevement Le second etage en cours d'achevement Le second etage en cours d'achevement La pose du parquet au second etage Une tablee joyeusement animee Une tablee joyeusement animee Une tablee joyeusement animee Simon ( belge et responsable du groupe ) et Gesa ( Allemagne ) Slovaque, taiwanais, francais et allemande engages dans un meme objectif Mei ( pharmacienne et chinoise ) Bomin ( telecomunication et coreenne ) et Alica ( slovaque ) Les suites d'une soiree animee ... Les mecenes du chantier de la Hore Kinon

Depuis deux ans et demi déjà, le chantier de restauration de la Hore Kinon a débuté. L’ASBL qui en est propriétaire, a récolté environ 270 000 €, sur une estimation de 500 000 € au total mais grâce aux nombreux gestes des bénévoles, commerçants, entreprises et associations de la région, les coûts pourraient être ramenés à 370 000 €. Au début du mois de juillet, elle espère pouvoir investir les lieux ainsi rénovés où pourront se poursuivre les ateliers visant à l’intégration sociale, mais aussi l’école de devoirs et la maison de quartier, activités qui concernent plus de 300 personnes. Durant cette quinzaine de Pâques, les travaux de restauration de cette ancienne tannerie ont bénéficié d’un sérieux coup de main puisque onze jeunes bénévoles, issus de Slovaquie, Corée, Allemagne, France, Serbie, Corée, Taiwan, Chine - Hong Kong ainsi que de Belgique ont été enrôlés par l’intermédiaire de l’ « Association des Compagnons Bâtisseurs », basée à Marche-en-Famenne. Âgés de 18 à 35 ans, ces jeunes participent régulièrement des échanges de main-d’œuvre internationale, toujours au profit d’une cause à caractère social. Les apprentis ouvriers ont eu de quoi s’occuper : peinture des cloisons, rénovation des 150 encadrements de fenêtre, installation du plancher des 1er et 2e étages ainsi que le chauffage et les sanitaires sous la conduite de Simon, le responsable belge. En dehors des journées de travail, toujours empreintes de bonne humeur, les bénévoles partagent également leur temps libre pour découvrir la région et ses coutumes. « N’étant pas des professionnels du bâtiment, déclare Aliça , slovaque et animatrice du groupe, ce qui nous intéresse avant tout, ce sont les rencontres et le partage des valeurs, Nous veillons à ce que chacun se parle et se côtoie, et le travail est une bonne façon pour se rapprocher ». Au terme de ces deux semaines, les membres du groupe sont retournés, sur fonds propres, dans leur pays respectif emportant nombre souvenirs et espoir de se retrouver, peut-être un jour sur un autre chantier. ( Photos sur https://picasaweb.google.com/lh/sredir?uname=bronletmwarche&target=ALBUM...

François DETRY