Pairi Daiza, la Gastronomie et une Seat Ibiza ou une superbe journée de détente...

écrit par patrickthibaut
le 20/09/2012
Pairi Daiza

La visite d’un superbe parc à thème où la gastronomie n’est pas oubliée et le tout en compagnie d’une charmante espagnole – la Seat Ibiza que rêver de mieux ?

Le Parc Pairi Daiza à Brugelette (1 heure de Bruxelles).

« Pairi Daiza (www.pairidaiza.eu) signifie, en vieux persan, « jardin clos ». Il s’agit de la plus ancienne dénomination jamais donnée au « paradis ». Dès lors, quel plus beau nom que celui-là pour vous accueillir, chers visiteurs, dans notre Jardin extraordinaire ? Un jardin de 55 hectares, rêvé au pied des ruines de l’abbaye cistercienne de Cambron, et protégé du monde extérieur par un mur de trois kilomètres de long ? Entrez… oubliez vos soucis et laissez-vous toucher par ce que vous allez voir. Par la nature, d’abord, avec ses arbres séculaires, ses fleurs si belles, ses plantes luxuriantes venues du bout du monde. Par les trésors d’architecture et d’artisanat, tous authentiques, réalisés par ces hommes aux doigts d’or venus de Chine, d’Indonésie, de Thaïlande,… Laissez-vous toucher par nos 5.000 animaux qui vivent ici en harmonie. Bienvenue dans notre Jardin des Mondes. Bienvenue à Pairi Daiza (Eric Domb - Fondateur de Pairi Daiza) ».

Ce somptueux parc, sans aucun doute un des plus beaux ensemble récréatif de notre Belgique, est divisé en 4 parties bien spécifiques :
Un Jardin des mondes (La Cité des Immortels, …), les Animaux (Tropicalia, …), la Culture (Village de Timor, …) et la Gastronomie (Le Temple des Délices, …).

Mais Pairi Daiza à aussi pour but la Conservation du Patrimoine et une Mission scientifique.
Notre Mission de ce jour est de vous démontrer que Parc Animalier et Gastronomie peuvent aller de consort.
Etrange association, me direz-vous ! Oui, mais pour Pairi Daiza cela rime tout naturellement. Hôtels pour businessmen, parc animalier ou d’attractions ne vous feront pas immédiatement penser à vous y rendre pour y prendre un repas de ‘classe’. Et bien avec Pairi Daiza, le paradoxe devient réalité (tout comme avec le Parc Disneyland Paris bien sûr).

Alors, nous allons essayer de vous faire partager ce coup de cœur.
Paradisio devenu Pairi Daiza tout le monde connaît. Mais faisons-en tout de même le tour, de quoi nous faire revivre de bons souvenirs.

Voilà qui est fait. Il est plus que temps de nous rendre à notre rendez-vous avec le Chef du Temple des Délices. Puisque la Gastronomie est notre but premier. Eric Domb, patron et créateur du Parc a toujours eut le nez fin et il le prouve une fois de plus avec sa décision d’ouvrir un resto de qualité au sein de son Parc. Comme Chef, son choix s’est porté sur Eric Bigonville, qui a fait, entre autre, ses études à l’Ecole Hôtelière de Lausanne. Eric Domb, avant de lui remettre les clefs de son resto Chinois, l’a envoyé sur place pour s’imprégner et apprendre les subtilités locales. Et, cela se goûte à chaque bouchée. En plus la présence du Chef en salle vous permettra de lui poser les questions qui vous tiennent à cœur. Adieu l’insipide et vive les saveurs.

Le but est atteint. Oubliez les sempiternels ‘chinois’ où le bœuf, le porc, poisson ou crustacés ont le même goût – enfin si l’on peut parler de goût. Ici, tout n’est qu’explosions de saveurs et pour un rapport qualité/prix indéniable. Jugez plutôt : le Buffet – à volonté (soupes, entrées chaudes/froides/plats principaux et sans limite de temps) est à 23,00 € ! Ce resto et le Parc sont en adéquation : décorum, fraîcheur et qualité des produits, promenade au cœur d’un site où tout est fait pour vous ravir. Tant pis pour la répétition mais c’est vraiment un jardin extraordinaire.
« Le Temple des Délices est, avec sa charpente en bois sculpté inspirée de celle d’un temple taoïste, un espace qui peut accueillir 400 convives sur deux étages. Les artisans qui l’ont bâti sont probablement les derniers capables d’assembler une structure de ce type, uniquement à tenon et mortaise, sans le moindre clou. Tous les bois (du pin Douglas du Canada pour les pièces les plus importantes, car la Chine n’en dispose plus) ont été sculptés à la main en Chine. Quant au contenu, savourez-le: nous avons voulu que la qualité des buffets asiatiques qui y sont présentés soit à la hauteur de la bâtisse et de sa décoration (Eric Domb) ».

Notre conseil ‘malin’ : vous visitez Pairi Daiza et pour votre lunch direction Le Temple des Délices. Si, comme nous, cela vous ravit et désirez y revenir ! A votre sortie, direction le centre d’accueil où vous pourrez prendre une carte d’abonnement au Parc (48,00 € pour 2 personnes adultes moins le prix de votre entrée du jour !!!). Bien sûr, il vous restera à acquitter à chaque visite le prix du parking, comme partout ailleurs.
Il est indéniable que Pairi Daiza était, est et restera la valeur étalon au niveau des parcs ‘récréatifs’ européens.

Voilà, il est temps de quitter ce Jardin extraordinaire. Notre ‘Belle du jour’ la Seat Ibiza est toute prête à nous raccompagner à Bruxelles. Et, comme, il n’est pas poli de faire attendre les ‘dames’, en route…

Seat Ibiza.

Arrivée à mi-carrière, la Seat Ibiza de quatrième génération s’offre une remise à jour dans les règles. Si les nouveautés se montrent purement cosmétiques (en attendant mieux), la citadine espagnole offre toujours des prestations intéressantes.

Trois carrosseries, onze motorisations, trois niveaux de finition, une liste d’options pléthorique… Voilà sans doute le principal atout de la Seat Ibiza : impossible de ne pas trouver un modèle qui réponde à vos besoins ! Du break pour une petite famille à la sportive en passant par le modèle à faible consommation, le choix semble infini (www.seat.be).

La version 90 cv, plus homogène. Pour le reste, on retrouve les qualités habituelles de l’Ibiza, partagées avec sa cousine la Volkswagen Polo : un comportement routier sain doublé d’un confort honorable. Comme l’allemande toutefois, l’espagnole présente une légère tendance au pompage sur route bosselée.

Si l’Ibiza se montre toujours d’actualité sur un plan dynamique, on regrette toutefois que ce restylage ne s’accompagne d’aucune nouveauté technique.
A l’intérieur, les changements sont des plus ténus. On note simplement l’arrivée d’un nouveau combiné de climatisation, en bas de la console centrale. Celui-ci ne modifie pas vraiment la perception de l’habitacle, sérieusement assemblé à défaut d’inspirer une franche gaieté. Tout au moins présente-t-il une habitabilité intéressante, en particulier en version break, dotée d’un coffre généreux (430 litres).
Globalement recommandable, la Seat Ibiza se distingue par des tarifs assez attractifs.

Bon appétit et bonne route.

  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza, Temple des Délices
  • Pairi Daiza, le chef Eric Bigonville
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza,le chef Eric Bigonville
  • Pairi Daiza, le chef chinois
  • Pairi Daiza, Temple des Délices
  • Pairi Daiza, Temple des Délices
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza
  • Pairi Daiza, Temple des Délices
  • Pairi Daiza
  • Seat Ibiza
  • Seat Ibiza
  • Seat Ibiza
  • Seat Ibiza
  • Seat Ibiza
  • Seat Ibiza
2653 lectures
User default img
patrickthibaut