Vasco (T24), Le village maudit de Chaillet et Toublanc – Le Lombard.

écrit par patrickthibaut
le 07/02/2012
Vasco T24 Le village maudit de Chaillet et Toublanc  Le Lombard.

Vasco (T24), Le village maudit de Chaillet et Toublanc – Le Lombard.

Toujours au service de son oncle, le banquier siennois Tolomeï, Vasco est envoyé en Bretagne avec pour mission de récupérer une somme d’argent auprès d’un seigneur. En chemin, il sauve un curé d'une rapine sauvage et le confie aux bons soins d'une jeune guérisseuse muette. L’accueil qu’il reçoit à Kergoat est à l’image de ce village déchiré par de vieilles rancunes envers son seigneur alcoolique et ruiné, en proie aussi à une lutte entre religion et superstitions locales. Huissiers ou pas, le remboursement de la dette s'avère délicat... Un excellent polar historique, en droite ligne de l'œuvre écrite et dessinée pendant près de 30 ans par son créateur Gilles Chaillet, qui signe ici son dernier scénario. « Le Village maudit » est le 24e album de « Vasco », bande dessinée apparue en 1980 dans les pages du journal « Tintin » C’est aussi le dernier épisode écrit par le créateur de la série. Gilles Chaillet s’est en effet éteint le 14 septembre 2011. Riche, beau, fougueux, charmeur, Vasco vit au 14e siècle, en pleine Renaissance italienne. Issu d’une riche famille de banquiers siennois, il est régulièrement envoyé en mission par son oncle, pour régler différents conflits de par le monde. Au fil de ses aventures, on découvre ainsi un univers médiéval troublé dans lequel les banquiers, très influents, détiennent le pouvoir.

Dans ce 24e épisode, on retrouve bien sûr une fidélité exemplaire à la période de la Renaissance chère à Gilles Chaillet, mais cette fois encore, la rigueur historique ne nuit en rien au rythme de la narration. L'intrigue est vive, riche en rebondissements et pleine de suspense. L’ensemble est parfaitement mis en images par Frédéric Toublanc qui, depuis le tome 22, a pris la relève au dessin, héritant du souci extrême du détail que le créateur s’imposait dans les reconstitutions à l’instar de son maître Jacques Martin. Tant par son graphisme réaliste typique de l’école franco-belge que par l’intérêt culturel de ses scénarios très documentés et parfaitement rythmés, « Vasco » a su se hisser au rang de classique incontournable du 9e Art.

www.lelombard.com – 48 pages – 12,00 €.

  • Vasco T24 Le village maudit de Chaillet et Toublanc  Le Lombard.
1268 lectures
User default img
patrickthibaut