Défense d’uriner et de déféquer

Dans quelle commune cette photo, illustrant le reglement de la zone de police de Famenne Ardenne, fut-elle prise?

Il est parfois de bien curieux passages dans les textes des lois et règlements que nous sommes tenus de respecter.
Ainsi l’article 9 du règlement général de police de la zone Famenne Ardenne (arrondissement judiciaire de Marche-en-Famenne).
Il interdit à qui que ce soit, promeneur, scout ou patronné, joggeur ou randonneur, bûcheron, agriculteur ou pêcheur à la ligne, de se soulager du plus petit besoin sur un chemin agricole ou forestier, et sur les sentiers de promenade. De même commet une infraction le chauffeur de poids lourd ou l’ouvrier affecté à l’épandage du sel, qui ferait la vidange de sa vessie sur un parking d’autoroute.
Aucune exception n'est prévue
Aucune exception n’est en effet prévue pour atténuer les rigueurs de l’article 9 : « Il est interdit d’uriner ou de déféquer sur l’espace public ainsi que dans les galeries et passages établis sur assiette privée accessibles au public, ailleurs que dans les lieux destinés à cet effet ». L’article 1er précise bel et bien que l’espace public est « la voie publique, les terrains ouverts au public (…) » et que la voie publique est « la partie du territoire de la commune affectée en ordre principal à la circulation des personnes ou des véhicules et accessible à tous (…) ».
Nul n’est censé l’ignorer, et pour que nul ne l’ignore, les bourgmestres ont envoyé le texte complet du règlement dans « tous les foyers » de leurs communes. En précisant bien que ce texte « n’est pas destiné à réduire nos libertés mais bien au contraire à fixer la base des règles indispensables au bon fonctionnement de notre vie en société, dans le respect mutuel de chacun d’entre nous ».
L’exception flamande et hollandaise
Sans doute parce que la zone de police Famenne Ardenne couvre la grande région touristique englobant des communes telles que Durbuy, La Roche-en-Ardenne, Hotton, Vielsalm, Houffalize, Manhay parmi bien d’autres, a-t-on pris soin de traduire et de diffuser le texte en néerlandais.
Art. 9. Het is verboden elders te urineren of uitwerpselen achter te laten op de openbare
ruimte, alsmede in de galerijen en doorgangen op private grond die voor het publiek
toegankelijk zijn, dan in de daartoe bestemde plaatsen.

Les usagers de nos chemins sont-ils égaux devant la loi? Il semblerait que non.
En français, il est carrément interdit d’uriner et de déféquer, c’est à dire de faire pipi et caca. En néerlandais, on ne peut pas non plus uriner, mais il est permis de faire caca à condition qu’on emporte son petit paquet avec soi.
La morale de cette histoire, c’est que les hommes…
Le sujet de cet article peut paraître léger.
Nul ne verbalisera, espérons-le, un bébé incontinent dans son landau.
N’empêche que cet article 9 a été voté par nos élus détenteurs du pouvoir, et que ne pas l’appliquer décrébilise celui-ci. Et quand l’exercice de l’autorité qu’exige la démocratie n’est plus respecté, la démocratie n’est plus ce qu’elle doit être. Certains pourraient clamer qu’elle n’est plus dans les mains de qui elle le devrait.
Qu’on se rassure : lorsqu’il n’est pas question des êtres humains qui font pipi et caca, le règlement se préoccupe des exceptions. Si vous ne pouvez pas uriner sur un chemin de campagne par souci de salubrité, votre chien quant à lui le peut, comme il peut sans problème déféquer sur un trottoir du centre ville, où vous ne seriez même pas tenu de ramasser ses déjections si vous pouvez démontrer que, du fait d’avoir oublié vos lunettes, vous ne l’avez pas remarqué.

René Dislaire