Exposition de dessin en noir et blanc de Guido Crepax à la Galerie Champaka

écrit par admin
le 05/03/2013
Guido Crepax  Galerie Champaka

L’Italien Guido Crepax (1933-2003) crée « Valentina » (dont le physique est inspiré de Louise Brooks), en 1965, dans la revue « Linus ».
Éric Losfeld, éditeur d’avant-garde, publie l’album en 1968. Crepax s’affirme dès le départ comme le géant du dessin en noir et blanc et l’érotisme cérébral trouve son Grand-Maitre. Aucune exposition-vente de ses planches magistrales n’a pris place à Bruxelles depuis le début des années ’80. « Fragments de Valentina » est donc exceptionnelle à bien des égards. 40 planches originales de qualité muséale seront accessibles à l’achat. Dès que 15 d’entre-elles auront trouvé un amateur éclairé, la possibilité d’acquérir un de ces chefs-d’oeuvres prendra fin. Mais le plaisir des yeux continuera pour les visiteurs !
Guido Crepax se destinait à une carrière d’ingénieur. Et sans doute son univers de dessinateur, peuplé de machines diverses, particulièrement celles, très sophistiquées, destinées aux supplices, porte-t-il la trace de cette première vocation. Crepax sort diplômé de la faculté d’architecture de Milan en 1958. Sa première bande dessinée dans le Tempo Medico date de 1959. Et c’est en 1965 que paraît Valentina. Son activité sera considérable : Valentina compte plus de vingt albums. Parallèlement, le dessinateur publie les aventures d’autres personnages féminins : Bianca, Belinda et Anita. À partir de 1970, il est reconnu comme un maître de la bande dessinée érotique. Ses adaptations d’Histoire d’O (1975), Emmanuelle (1979), Justine (1982) et Vénus à la fourrure (1985) lui valent une renommée internationale. Son oeuvre est incontournable. Elle avait d’ailleurs été remarquée en son temps par des écrivains
comme Alain Robbe-Grillet et des philosophes comme Roland Barthes. Tout intéressait Crepax : l’Odyssée, la Tétralogie, le Graal, les pirates, la guerre, la mode, l’art moderne, la sémiologie, le fantastique et la science-fiction, le jazz et l’opéra. Crepax a redonné souffle au 9e art. C’est un héritier des Encyclopédistes du siècle des Lumières (durant lequel il aurait aimé vivre). Le haut niveau de son dessin, ses audaces de cadrages et de récits, sa culture plurielle, l’aspect cérébral et sensuel de son univers, tout cela fait de lui un maître de la bande dessinée moderne.
L’érotisme de Crepax, selon Roland Barthes, ne serait pas à chercher dans ce qu’il décrit, ni dans ce qu’il raconte, mais dans sa manière de suggérer l’obéissance du corps nu offert aux punitions et supplices comme le degré zéro du dialogue. Grande sagesse anthropo-ethnologique de Crepax. Il est exact que le supplice (et ses tortures inquisitoriales) fut inventé pour faire parler ceux qui s’étaient éloignés des codes du pouvoir et de la culture. On est loin des interprétations psychanalytiques en la matière (le maso, c’est maman ; le sado, c’est papa !). Mises à nu, écartèlements, coupures, fixations sadiques fétichistes abondent dans les images de Crepax. La Justine de Sade et Histoire d’O furent ses modèles et il les aurait inventées si nécessaire.
Avec Mc Cay, Eisner et Fred, Crepax compte parmi les plus grands novateurs de toute l’histoire du 9e art en matière de découpage des cases du récit. Celles-ci se fragmentent dans tous les sens, s’allongent, s’obliquent, se fixent, se répètent. Ainsi la mise en pièces des corps s’accompagne-t-elle d’une fragmentation par le média lui-même.
Texte (extraits) de Pierre Sterckx - Catalogue de l’exposition « Sexties » à Bozar (2009).

Guido CREPAX
Exposition-vente Fragments de Valentina
15.03.2013 > 07.04.2013

Galerie Champaka
27, rue Ernest Allard
B-1000 Bruxelles
Belgique
Tel : + 32 2 514 91 52
www.galeriechampaka.com
• Mercredi à samedi : 11h00 à 18h30
• Dimanche : 10h30 à 13h30

  • Guido Crepax  Galerie Champaka
  • Guido Crepax  Galerie Champaka
  • Guido Crepax  Galerie Champaka
1955 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.