La Main de Joseph Castorp – Editions Viviane Hamy.

écrit par patrickthibaut
le 30/09/2013
La Main de Joseph Castorp  Editions Viviane Hamy.

Tout commence au Portugal, dans un petit village isolé. Nous sommes le 25 avril 1974. C’est la Révolution des Œillets, qui fait tomber le régime de Salazar et naître la démocratie lusitanienne.

Armé d’un fusil, Celestino quitte son domicile, puis disparaît. Sa voisine alerte tous les villageois qui se mettent instantanément à sa recherche. Quand on le retrouve… il est mort. Ce drôle de bonhomme était arrivé là, dans cette zone rurale, quelque quarante ans auparavant comme sorti de nulle part, blessé et auréolé de mystère. Très vite, il avait noué des liens avec le médecin du coin, Augusto, qui le soigna et l’aida à s’installer. Ils avaient fini par l’adopter, malgré sa singularité et ses zones d’ombre…

Le roman de João Ricardo Pedro a pour point de départ les mésaventures de Celestino, puis s’élargit à l’histoire, qui se déploie sur trois générations, de la famille d’Augusto Mendes, son ami médecin. On fait ainsi la connaissance du docteur, de son fils – un vétéran traumatisé par la guerre coloniale – et de son petit-fils, Duarte, un pianiste surdoué. Ils ont tous été profondément marqués par les longues décennies de dictature salazariste. Duarte grandit au milieu des silences et des anecdotes des uns et des autres, autant joyeuses que tragiques. Il découvre notamment l’existence d’une énigmatique relation épistolaire entre son grand-père et un de ses vieux amis, Policarpo. Mais les secrets et les mystères du passé persistent…

Qu’est-il arrivé à Celestino ? Pourquoi et comment la rencontre de la petite et de la grande histoire font-elles émerger un passé enfoui dont les répercussions perdurent ? Dans quelle mesure la mémoire familiale façonne-t-elle les êtres ? Qui est vraiment Duarte ?

Ce roman foisonne d’histoires, de scènes insolites et de personnages forts, très attachants. L’ironie, l’humour, sans oublier la tendresse signent la belle entrée en littérature d’un jeune auteur, João Ricardo Pedro. Grâce à un sens étonnant du détail, du quotidien, de la psychologie, il parvient à sublimer le banal et nous donne à voir un Portugal disparu, peuplé de fantômes – du début du Salazarisme à la fin du XXe siècle –, ainsi qu’une Europe aux utopies évanouies… Le lecteur est fasciné, inquiet, dérouté, captif de la première à la dernière page.

La Main de Joseph Castorp a remporté le Prix Leya 2011 du meilleur premier roman lusophone. Il a séduit plus de 30 000 lecteurs au Portugal. Il est en cours de traduction dans plusieurs pays.

João Ricardo Pedro est né près de Lisbonne en 1973. Fort d’un diplôme en Ingénierie électronique, il a travaillé plusieurs années dans les télécommunications. C’est quand il a fait partie d’une grande vague de licenciements qu’il s’est mis à écrire, et la critique le compare déjà à Saramago ou encore à Garcia Marquez…

www.viviane-hamy.fr – 224 pages – 19,00 €.

  • La Main de Joseph Castorp  Editions Viviane Hamy.
693 lectures
User default img
patrickthibaut