Commémoration de l’annexion des territoires de l’Est du pays

écrit par francois.detry
le 30/05/2014
La tour du Signal de Botrange

A l'initiative de Monsieur Paul DANDRIFOSSE, Président fondateur du Front commun des Résistants au Nazisme dans les Régions annexées à l'Allemagne nazie et de son comité de soutien, la commune de Waimes a posé en ce dimanche 18 mai sur le site du Signal de Botrange, point culminant de la Belgique et des ex-régions annexées, le premier jalon d'une action visant à enfin faire reconnaître par l'Etat belge l'annexion au IIIe Reich de nombreux territoires situés à l'Est de la Belgique et ses conséquences, tragiques, pour leurs populations. Il s’agit d’un message criant de vérité au sujet de cette annexion et tout particulièrement de l'enrôlement forcé dans les armées allemandes, tel que décrit dans « le Carnaval des Ombres » cette, pièce de théâtre créée et jouée par Serge Demoulin, un enfant de la commune de Waimes et professeur d'art dramatique à Bruxelles, qui est devenue un véritable antidote au mal qu'est le mutisme toujours observé par l'Etat belge au sujet des causes et des conséquences de l'annexion. La preuve en est que dans toutes les salles où le spectacle se joue depuis deux ans, les langues se délient, les souvenirs se transmettent et les générations qui ont succédé à celle de la guerre se réapproprient cette partie occultée de notre histoire.
Ainsi, cette pièce de théâtre a été le détonateur de la décision prise par la commune de Waimes.
Dans une période propice aux commémorations qui débuteront bientôt pour le centenaire de la première guerre mondiale, à l'issue de laquelle les Cantons de l'Est deviendront belges suite à la consultation populaire controversée, organisée par le Général Baltia -, l’inauguration de cette plaque commémorative de l'annexion de 1940 et de ses suites sans nom se justifie pleinement.
En présence des élus de la commune, du Bourgmestre de Malmedy et d’un nombreux public, M. Paul Dandrifosse, initiateur de la démarche, et M. Stoffels, Premier élu de Waimes, ont dévoilé cette stèle. Sous le titre de « Terres volées, histoire occultée, identité bafouée », la plaque commémorative traduite également en langue allemande reprend le texte explicatif ci-après : « Le 18 mai 1940, par ordonnance, Hitler annexe les cantons d’Eupen, de Malmedy et de Saint-Vith ainsi que Neu - Moresnet. Le 29 mai 1940, les communes de Baelen, Gemmenich, Henri-Chapelle, Hombourg, Membach, Montzen, Plombières, Sippenaeken et Welkenraedt ( suivies en 1941 par des parties d’autres communes ) tombent à leur tour dans l’escarcelle nazie. Le 9 juillet 1940, la frontière administrative établie le 1er juin 1940 devient frontière d’Etat. Elle sépare la Belgique occupée militairement des entités annexées. Le 25 septembre 1941, la nationalité allemande est imposée aux habitants des Cantons de l’Est. ; les citoyens des autres entités annexées deviennent allemands sous réserve d’approbation. Dans les Cantons de l’Est, aux excès de l’école nazifiée, à la mobilisation forcée des enfants et des adolescents dans le mouvement des jeunesses hitlériennes s’ajoutent désormais la mobilisation, dès l’âge de 18 ans, dans le service du travail et l’enrôlement dans les armées allemandes ( 8000 hommes au total dont 3200 ne reviendront pas). Par contre – effet de ces mesures, le réfractariat à l’enrôlement se développe, provoquant le redoublement des vexations et des exactions à l’égard des familles réputées anti – nazies. En septembre 1944, les populations annexées, à genoux, attendent la libération du joug nazi. Toutefois, à la joie des premiers jours de la libération succède une répression aveugle d’un incivisme présumé général dans les Cantons de l’Est. Ce 18 mai 2014, au nom de toutes les victimes directes et indirectes du régime nazi, et de sa philosophie pernicieuse considérée comme criminelle dans le préambule du tribunal de Nüremberg, à l’initiative de M. Paul Dandrifosse ( Président fondateur du Front commun des Résistants au nazisme dans les Régions annexées à l’Allemagne nazie ), la commune de Waimes pose un geste symbolique fort, prélude à une demande de reconnaissance – attendue depuis la fin de la guerre – par l’Etat belge du fait de l’annexion de 1940 et de ses conséquences pour la population. »
©François DETRY
..
..
Les autres reportages Ardenne Web de François Detry

  • La tour du Signal de Botrange
  • La stele commemorative
  • La butte Baltia permettant d' atteindre 700 m, point culminant du pays
1441 lectures
Portrait de francois.detry
francois.detry