Le BIFFF 2014 est mort, vive le BIFFF

écrit par admin
le 30/04/2014
BIFF - 01

Le BIFFF 2014 a vécu. Et bien vécu. Avec différentes animations organisées chaque soir. Un concours de maquillage visage et un autre consacré au body painting qui, depuis que le BIFFF a pris ses quartiers aux Beaux-Arts, a pour thème les tableaux vivants. Un Concours de Cosplay. Un Bal des Vampires. Un ZomBIFFF Day avec sa ZomBIFFF Parade, et une ZomBIFFF Night. Et des films, beaucoup de films, dont pas moins de cent longs-métrages ! Le palmarès de cette 32e édition du Festival a été dévoilé le dimanche 20 avril, lors de la séance de clôture, qui s'est tenue dans la salle Henry Leboeuf du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.

Le palmarès

Longs-métrages
Prix du public : Witching and Bitching de Alex de la Iglesia
Prix 7e Parallèle : LFO de Antonio Tublen
Une Mention spéciale pour Wrong Cops de Quentin Dupieux
Prix Thriller : Monsoon Shootout de Amit Kumar
Méliès d'Argent : Let us Prey de Brian O’Malley
Corbeaux d'Argent : Rigor Mortis de Juno Mak et Horror Stories de Min Kyu-dong, Kim Sung-ho, Kim Hui et Jung Bum-shik
Corbeau d'Or : Witching and Bitching de Alex de la Iglesia
Une Mention spéciale pour Control de Kenneth Bi

Courts-métrages
Prix du Jury Jeunesse : Figures de Miklos Keleti
Prix Fedex : Babysitting Story de Vincent Smitz
Prix La Trois : Interférence de John Danvoye
Prix Sabam : Figures de Miklos Keleti
Prix Be TV : Figures de Miklos Keleti
Prix UPCB (Union de la Presse Cinématographique Belge) : Babysitting Story de Vincent Smitz
Et une Mention spéciale pour Boules of Dead de Manuel Janssens
Mélies d'Argent : Lilith de Maxim Stollenwerk
Grand Prix : Lilith de Maxim Stollenwerk

27e Concours International de Body Painting
Thanee Andino Mejia remporte le concours, devant Sandrine Lahou et Jemimah Raty. Une Mention spéciale «Originalité» est attribuée à Jana Van Der Veken.

31e Concours de Maquillage Visage
Océane Thys remporte le concours dans la catégorie amateur. Catherine Nicaisse termine quant à elle première dans la catégorie semi-pro. Et Cindy Durand s'impose dans la catégorie reine, puisqu'elle est lauréate du Prix Effets spéciaux de ce BIFFF 2014.

Les masterclass
et les invités

Quatre masterclass ont été données cette année. Autour du créateur d'univers qu'est Jean-Pierre Jeunet (L'élixir de Jeunet) et de Tonino Benacquista (Il était une fois un caméléon), deux personnages que les organisateurs du Festival affectionnent particulièrement et auxquels ils ont souhaité rendre hommage. Ils avaient déjà été invités à venir au BIFFF mais n'étaient pas libres. Benacquista, auteur des romans puis scénariste des films Malavita, La boîte noire, ou encore Les morsures de l'aube faisait par ailleurs partie du Jury Thriller. Quant à Jeunet, il avait à coeur de venir à la rencontre des Festivaliers dans le cadre d'une masterclass donc, ou « classe de maître » pour reprendre ses termes. Deux autres masterclass se sont tenues. Autour de Star Wars et des effets spéciaux (De Star Wars 77 à Star Wars 2015). Et de la Ligue des Droits de l'Homme (1984 : Retour sur le présent). Le BIFFF fait décidément bien plus que présenter des films !

Rayons invités, il ne fallait pas rater cette année le Q&A de George Sluizer, le réalisateur de Dark Blood, film vieux de vingt ans mais qui n'avait jamais pu être terminé suite au décès de River Phoenix en 1993. Il a réussi à faire un film en rassemblant les images qu'il avait de son acteur. Et vingt ans plus tard, il sort une version en essayant de faire le maximum avec tout ce dont il disposait. Et en rajoutant différents éléments. La Scream Queen et double James Bond Girl Caroline Munro, que l'on a pu voir dans Maniac faisait, elle aussi, partie des invités du Festival, aux côtés de Benoît Delépine, Philippe Nahon, Sergi López (membre du Jury International) et autres Lloyd Kaufman.

Les films

Cette année était une année très asiatique Plusieurs blockbusters inconnus chez nous ont été donnés à découvrir aux spectateurs. Tels Cold Eyes et The Fives, en tête du box-office en Corée du Sud. Ou encore The Raid 2, qui a cartonné en Indonésie . On commence à en entendre parler à présent, même si la sortie du premier opus n'avait pas marché chez nous. D'autres blockbusters étaient aussi présentés, comme Tom Yum Goong 2, avec Tony Jaa, ou encore Police Story 2013, qui clôturait cette édition 2014. Ces films à succès issus du continent asiatique sortent très rarement dans nos cinémas. Des films à découvrir, donc. Des films plus personnels comme Rigor Mortis ou encore Control (Corbeau d'Argent pour le premier et mention dans le cadre du Corbeau d'Or pour le second, comme précisé plus haut). Sans parler d'Albator (Space Pirate Captain Harlock pour le titre international), qui a lui aussi donné bien du plaisir à des spectateurs qui retrouvaient là un des personnages phares de l'animation nippone ayant bercé bien des enfances et adolescences.
Le Festival accordait cette année une attention particulière à l'Inde, avec un focus sur son cinéma de genre. Il devait au départ y avoir plus de films indiens que les quatre proposés cette année. Faute d'aide directe, notamment. Et à cause d'Europalia, qui a pompé une bonne partie des budgets. Le BIFFF représentait un prolongement de cette manifestation puisque hormis l'une ou l'autre rétrospective, peu de films avaient été présentés dans ce cadre. Parmi ceux-ci, ne figurait aucun film de genre. En Inde, ce cinéma a commencé à se développer voici environ cinq ans. Quatre films complètement différents les uns des autres figuraient au programme. Le réalisateur de Monsoon Shootout est venu présenter son film au Festival et en est reparti avec le Prix Thriller. Les festivaliers ont également pu découvrir Ugly, du réalisateur de Les gangs de Wasseypur. Le BIFFF avait à coeur de montrer que le cinéma de genre est en train de se développer avec succès actuellement dans le deuxième pays d'Asie le plus densément peuplé. Chaque année, le BIFFF met l'accent sur quelque chose de différent. En Inde, c'était maintenant ou jamais puisque nul ne peut prédire ce qu'il s'y passera par la suite. Rester attentif à ce qui se passe dans cette filmographie s'avère ainsi capital. C'est d'ailleurs comme cela que le cinéma asiatique s'est développé.
Trois coups de coeur

Monsoon Shootout, d'Amit Kumar ***
Film phare du Focus Inde du BIFFF 2014, Monsoon Shoutout part d'un principe assez simple, le « what if » ? Et si ce jeune flic n'avait pas tiré sur ce truand qu'il pourchasse au détour d'une ruelle. Et si justement il l'avait tué ? Ou plutôt simplement arrêté ? Tout naturellement le film se découpe en quatre parties, la première est commune aux trois possibilités et amène le protagoniste vers son choix. Puis le film repart plusieurs fois du même point pour développer une autre version de l'histoire. Pour se terminer avec un plot twist relativement inattendu. Au delà de l'intrigue en elle-même, ce film d'Amit Kumar est aussi l'occasion pour nous, spectateurs occidentaux, de nous plonger dans la société indienne. La police corrompue, les rites funéraires, les célébrations de mariage, tout est sujet à découverte et c'est aussi ce voyage dans l'inconnu qui fait de ce film un must see !

The Machine, de Caradog W. James ***
L'intelligence artificielle, voilà un thème vu et revu dans la science-fiction au cinéma. Et pourtant, avec The Machine, dès la première scène, le ton est donné. Ici, pas de progrès bénéfique à l'ensemble de l'humanité mais bien le début de sa perte. Même si l'ensemble souffre un peu de son manque de moyens évident, Caradog W. James s'en sort assez bien et nous livre un thriller technologique en huis-clos des plus angoissants. À noter aussi la présence de quelques visages connus comme ceux de Toby Stephens (le fils de l'excellente Maggie Smith) et Caity «Arrow» Lotz (assez inattendue en robot torturé).

The Raid 2, de Gareth Evans ****
Avec The Raid 2, le BIFFF tient son carton de l'année ! Ce film est l'exemple parfait de l'obstination d'un réalisateur talentueux. Suite à des problèmes de financements, Gareth Evans (également producteur de Killers, autre tuerie du BIFFF 2014) avait du renoncer au film qu'il avait déjà terminé d'écrire. Mais là où d'autres auraient abandonné, lui accepte de revoir ses ambitions à la baisse et nous livre The Raid premier du nom. Un scénario réduit au simple prétexte, des scènes d'actions chorégraphiées au millimètre et des plans-séquences déjà extraordinaires. Autant d'éléments qui en font un succès inattendu. Fort de cette réussite, les vannes financières se rouvrent et Gareth Evans reprend son histoire où il l'avait laissée. Après quelques réarrangements, The Raid 2, suite directe du premier, est l'aboutissement de son idée enfin arrivée à maturité.
Et le résultat dépasse toutes les attentes ! Bien plus profond et complet que le premier, The Raid 2, tout en gardant son avalanche d'arts-martiaux, se plonge dans la psychologie de ses personnages d'une manière très convaincante. Paradoxalement, le seul personnage qui semble délaissé est le protagoniste principal. Mais loin de déranger, ce héros mystérieux renvoie comme un coup de poing dans la figure aux héros de westerns tels que L'homme à l'harmonica, interprété par Charles Bronson.
Le film contient quelques scènes d'anthologie, comme ce plan-séquence interminable, digne d'un Cuaron, d'un combat de prisonniers dans la boue, bestial et primitif, à l'opposé de la maîtrise et de l'élégance du Pencak-Silat, art-martial indonésien pratiqué par le héros du film.
Sans aucun doute la meilleure surprise de cette 32e édition du BIFFF !

© Jean-Philippe Thiriart et Simon Van Cauteren

Merci aux stagiaires presse de Jonathan Lenaerts : Pauline, Valentine, Gurpreet et Hélène !
Et à lui !
~~~~~~
légendes photos

01=Le 32e BIFFF, une page qui se tourne....
02=Rémy Legrand, icône du BIFFF.
03=Un maquillage corps signé Thanee Andino Mejia.
04=Un maquillage visage signé Cindy Durand.
05=Lloyd Kaufman, venu fêter les 40 ans de Troma avec Return to Nuke 'em High Volume 1.
06=The Raid 2, une des bombes du Festival !.
07=Monsoon Shootout, le thriller indien de ce 32e BIFFF !
08=The Machine, le début de la perte de l'humanité.
09=Les stagiaires presse de Jonathan Lenaerts Pauline, Valentine, Gurpreet et Hélène

  • BIFF - 01
  • BIFF - 02
  • BIFF - 03
  • BIFF - 04
  • BIFF - 05
  • BIFF - 06
  • BIFF - 07
  • BIFF - 08
  • BIFF - 09
1366 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.