Thimister - Ushuaia et retour ( Etape 6 : NICARAGUA )

écrit par francois.detry
le 17/05/2015
280  Bienvenida a Nicaragua

1. Bienvenida a Nicaragua !
( Photo 280 )

Après avoir dit au revoir à Rob et Liam, je me rends à l’aéroport de Cancun où j’attendrai 4 heures mon vol pour Mexico city, mon poncho bariolé comme seule protection face au froid polaire de cet aéroport sur-climatisé.
Arrivée à la capitale à 4 heures du matin, la connexion est prévue pour 9 h et je m’octroie une « siestita » ( = mini-sieste ), me vautrant sur les confortables sièges d’aéroport ( !!! sarcasmes !!!).
Une brave dame s’inquiétant de me voir baver sur mon sac à dos depuis un moment ( oups! ) me sort de mon rêve pour me demander si, par hasard, je n’étais pas cette Élisabeth, manquant à l’appel pour le vol à Boston…
Un coup d’œil à l’horloge pour me rendre compte qu’il est temps de trouver ma porte d’embarquement.
Et c’est parti, direction Managua !
L’arrivée à Managua est aisée, l’immigration ne te cuisine pas pendant 30 minutes pour savoir ce que tu comptes faire au Nicaragua. Seul hic, la taxe d’entrée au pays !
De moins en moins assidue à mon organisation habituelle, je n’étais pas au courant qu’il fallait payer une taxe d’entrée en US dollars ! Me voilà donc escortée par deux vigiles peu commodes en dehors de l’aéroport pour retirer de l’argent ( re-oups )!
À première vue, Managua n’est pas une ville qui séduit et cette première impression se confirmera par la suite. Ravagée par le tremblement de terre de 1972, il ne reste que peu de chose de l’ancienne ville. Cœur actif du pays, Managua reste néanmoins la ville la moins sûre du Nicaragua.
Je ne m’y sens pas très bien et j’espère la quitter rapidement.
Avant toute chose, je devais régler quelques détails concernant mon volontariat au nord du pays, attendant désespérément des nouvelles de la coordinatrice du projet depuis quelques semaines.
Après un échange d’emails peu concluant, je prends la décision de renoncer au volontariat, déçue car j’étais très enthousiasmée par ce travail de collaboration avec les locaux dans les cultures de café.
Bref, je remballe « mes clics et mes claques » et prends le bus très tôt le lendemain pour Léon. ( Photo 281 )
Léon est une jolie ville coloniale, déplacée sur son site actuel après avoir été frappée à plusieurs reprises par les éruptions du volcan Momotombo. ( Photo 282 )
Après la déclaration d’indépendance du pays, Léon fut la capitale du nouvel état, capitale disputée avec Granada.
Finalement, située entre les deux, Managua fut déclarée « nouvelle capitale du Nicaragua ».
Contrairement à Managua, Léon est une ville paisible, pas trop touristique et proposant différentes escapades à proximité : les plages du Pacifique, prisées par les surfeurs, ainsi que les volcans environnant comme le Cerro Negro, Telica et El Hoyo. ( Photo 283 )
Pour ma part, je passerai un après-midi à las Peñitas avec mes colloc’ de dortoirs et m’essaierai au Volcano boarding sur le Cerro Negro : excellente activité qui consiste à monter au sommet du volcan armé d’une sorte de luge et d’une combinaison ultra sexy pour descendre un flan en se laissant glisser sur les cendres du volcan. ( Photos 284 et 285 )
Bon, ne vous attendez pas aux sensations les plus extrêmes de votre vie mais l’expérience en vaut la peine !
Tellement fun que j’y suis remontée une deuxième fois. ( Photos 286 et 289 )

2. GRANADA
( Photo 290 )

Après une expérience unique de « volcano boarding » et un séjour bien sympathique à Léon, j’embarque dans un de ces minibus m’emmenant à Granada, ville coloniale dominée par le volcan Mombacho.
Magnifique ville, nommée de la sorte car son architecture est largement inspirée du style andalou. ( Photos 291 et 292 )
Il fait chaud, très chaud. Nous profitons donc des matinées pour visiter et les après-midis se transforment rapidement en siesta jusqu’au coucher du soleil.
( Photos 293 à 297 )
Nous prendrons une petite barque pour une balade à travers les Isletas, petites îles formées suite aux éruptions du volcan Mombacho.
( Photos 298 à 303 )

3. ISLA OMETEPE
( Photo 304 )
Le lendemain, nous quitterons très tôt Granada, direction Ometepe, une île du Lac Nicaragua culminée par deux volcans ( Maderas et Concepcion ).
On embarque dans une de ces " lanchas " ( petits bateaux ), deux fois moins chers que le ferry. Le bateau est vétuste et nous nous asseyons entre des caisses de savons et des sacs de poulets congelés, une odeur non identifiée nous piquant les narines.
Un gars m’avait dit qu’il fallait éviter ce type d’embarcation si on souffrait du mal de mer et préférer le ferry, quitte à payer plus cher.
Cherchant toujours la solution la plus économique et la plus locale, j’ignore son commentaire et saute dans la lancha.
Après s’être éloigné de la côte, le bateau prend de la vitesse et fait front aux vagues, nous balançant en tous sens et en nous envoyant des jets d’eau dans la face.
Et là, à ce moment précis, je me dis que j’aurais mieux fait d’écouter ce bonhomme et prendre le ferry.
Mon café soluble du matin me remonte à la gorge et je lutte de toutes mes forces pour ne pas être malade et éviter un carnage, me concentrant sur un point précis à l’horizon…
Arrivée au port de Moyogalpa, ouf !
À peine débarquées, nous sautons dans le premier « chicken bus » ( = bus où les passagers sont entassés ) en partance pour l’autre côté de l’île.
Difficile de trouver un logement car apparemment la haute saison bat toujours son plein et toutes les auberges sympas et économiques s’annoncent fully-booked ! ( = complètes )
Après deux jours de changement, nous nous installons au Jardin de Buho, sympathique auberge tenue par un couple de hippies, située au centre d’une finca ( = ferme ), entourée de végétation et offrant un accès au lac et une vue spectaculaire sur Concepcion ( volcan de 1700 m ) !
( Photos 305 à 309 )
Ometepe est une île magnifique et paisible, un paradis pour les amoureux de la nature aspirant à un séjour relaxant et tranquille. Les habitants d’Ometepe sont de nature joviale, sereine, paisible et décontractée.
Après trois jours, Lily décide de partir pour le Costa Rica mais je ne me sens pas prête à quitter l’île de sitôt.
Le petit village de Santa Cruz offre une plage de sable idéale pour se baigner ou pour une longue balade, quelques auberges et comedores ( = cantines), une supérette et c’est tout!
Il est également possible de pratiquer toutes sortes d’activités comme la randonnée à pied ou à cheval, du kite surf ( = sport de glisse qui consiste à surfer à l’aide d’une planche tout en étant tracté par une voile grâce à un harnais et à une barre de navigation ) ou se lancer dans l’ascension du volcan Maderas.
Une nuit supplémentaire à Santa Cruz avant de retourner au port, centre d’activité de l’île (qui ressemble plus à un petit village qu’à une ville…).
L’auberge dans laquelle je loge est un peu cracra et je me rends compte qu’il faut soit payer des tournées, soit être motorisé pour explorer le coin. Aussi, après m’être perdue maintes fois dans mes balades improvisées à la recherche d’une plage et épuisé toutes les possibilités d’activités "gratuites" ( oui, je suis en période de récession !!! ), je décide de retourner dans la nature, au calme pour mes derniers jours sur l’île.
( Photos 310 à 314 )
Je choisis une auberge au bord du lac et à côté d’une précieuse réserve naturelle : Charco Verde, un petit coin de paradis…
( Photos 315 à 319 )
Après quelques jours passés à apprécier le calme et la nature, je sens qu’il est temps de bouger et de me diriger vers mon ultime destination : « Nica, la côte pacifique " ( Photo 320 )

4. COSTA PACIFICA
( Photo 321 )
Après deux semaines de privation d’air iodé, cela me manque, et c’est avec enthousiasme que je prends la route vers la côte pacifique !
San Juan del Sur, station balnéaire touristique, rendez-vous des surfeurs et des fêtards.
La plage en soit « ne casse pas la baraque », et préférant éviter le célèbre "sunday funday" (= énorme beuverie au bord d’une piscine démarrant à l’aube chaque dimanche matin ), le lendemain, je prends la navette pour la plage Maderas, réputée pour être l’une des plus belles de la région.
( Photo 322 )
J’avais entendu parler d’une sorte de camping uniquement accessible via la plage en marée basse… Je tente ma chance!
Il reste une place dans le camping… Dans une sorte de niche pour chien, nommée " casita "! J’adore et je réserve directement pour 3 nuits !
( Photo 323 )
Ambiance « tranquilou », feu sur la plage, Monopoly en soirée et baignade matinale, une porte s’ouvrant directement sur la plage, bref « Mathilda’s » est une auberge/camping que je recommande fortement. ( Photos 324 et 325 )
Après quelques jours hors du temps, retour sur San Juan pour repartir une journée à Playa Hermosa. ( Photo 326 )

Mon séjour au Nicaragua prend tout doucement fin.
J’ai hâte de rejoindre Virgi, Ysa et Sara pour un périple entre « chicas » ( = filles ) au Costa Rica ! ( Photos 327 et 328 )

© Olivia NOTTURNI

Olivia NOTTURNI

Liens vers les reportages des étapes successives :
Etape 12 : BOLIVIE ( Thimister - Ushuaia et retour )
Etape 11 : PEROU (Thimister – Ushuaia et retour )
Etape 10 : EQUATEUR (Thimister – Ushuaia et retour )
Etape 9 : COLOMBIE ( Thimister – Ushuaia et retour )
Etape 8 : PANAMA ( Thimister - Ushuaia et retour )
Etape 7 : COSTA RICA ( Thimister - Ushuaia et retour )
Etape 6 : NICARAGUA ( Thimister - Ushuaia et retour )
Etape 5 : CUBA ( Thimister - Ushuaia et retour )
Etape 4 : MEXIQUE ( Thimister - Ushuaia et retour )
Etape 3 : USA 2 ( Thimister - Ushuaia et retour )
Etape 2 : CANADA (Thimister – Ushuaia et retour )
Etape 1 : USA ( Thimister – Ushuaia et retour )

A SUIVRE

Site de Olivia NOTTURNI :
http://www.levisa.be/Notturni

  • 280  Bienvenida a Nicaragua
  • 281  Bienvenida a Nicaragua
  • 282  Bienvenida a Nicaragua
  • 283  Bienvenida a Nicaragua
  • 284  Bienvenida a Nicaragua
  • 285  Bienvenida a Nicaragua
  • 286  Bienvenida a Nicaragua
  • 287  Bienvenida a Nicaragua
  • 288  Bienvenida a Nicaragua
  • 289  Bienvenida a Nicaragua
  • 290  Granada
  • 291  Granada
  • 292  Granada
  • 293  Granada
  • 294  Granada
  • 295  Granada
  • 296  Granada
  • 297  Granada
  • 298  Granada
  • 299  Granada
  • 300  Granada
  • 301  Granada
  • 302  Granada
  • 303  Granada
  • 304  Isla Ometepe
  • 305  Isla Ometepe
  • 306  Isla Ometepe
  • 307  Isla Ometepe
  • 308  Isla Ometepe
  • 309  Isla Ometepe
  • 310  Isla Ometepe
  • 311  Isla Ometepe
  • 312  Isla Ometepe
  • 313  Isla Ometepe
  • 314  Isla Ometepe
  • 315  Isla Ometepe
  • 316  Isla Ometepe
  • 317  Isla Ometepe
  • 318  Isla Ometepe
  • 319  Isla Ometepe
  • 320  Isla Ometepe
  • 321  Costa Pacifica
  • 322  Costa Pacifica
  • 323  Costa Pacifica
  • 324  Costa Pacifica
  • 325  Costa Pacifica
  • 326  Costa Pacifica
  • 327  Costa Pacifica
  • 328  Costa Pacifica
1106 lectures
Portrait de francois.detry
francois.detry