La longue farandole de la St Jean dans les artères malmédiennes

écrit par francois.detry
le 25/06/2016
Visite au Grand Fa ( Photo Denis DOSQUET )

Cette année encore et sous un soleil avare de ses rayons, la coutume de « La Ronde de la St Jean » a été respectée par les élèves des établissements scolaires de la Ville. Ainsi, les élèves du niveau primaire se sont rassemblés dans la cour des écoles, tous vêtus de blanc, les garçons arborant une bandoulière de couleur vive tandis que les filles portent sur la tête une couronne de fleurs tressées (des reines-marguerites ou « fleurs de la Saint - Jean). Encadrés par leurs titulaires et accompagnés par des instrumentistes bénévoles, ils ont déambulé en longues farandoles dans les artères du centre sur fond musical de la chanson d’Olivier Lebierre intitulée comme il se doit « Ronde de la St Jean ». Après un passage au « Grand Fa » pour saluer nos aînés, cette sortie festive qui a maintenant pris place dans le calendrier mensuel des manifestations locales, s’est clôturée dans les écoles respectives où une petite restauration bienvenue attendait les enfants.
Les origines de cette sortie célébrant St Jean ne sont pas précises. Dans une étude s’intéressant aux coutumes mensuelles de Malmedy, il est dit que durant l’après-midi, les jeunes faisaient des farandoles (les « trèhes » = les tresses de St Jean) en chantant et dansaient des rondes sur les places publiques dont le sujet était tout naturellement l’amour. Ensuite, ils rentraient en famille ou étaient invités pour déguster la « trûlée » (le plat traditionnel de cette fête consistant en un mélange de lait, de caillebotte et de petits morceaux de pain noir, édulcoré par du sucre fin et de la cannelle). En soirée, jeunes gens et jeunes filles se promenaient et dansaient sur les places publiques accompagnés par un violon ou un accordéon.
Il faut savoir que la fête de St Jean est célébrée en de nombreux endroits et pays par l’organisation de grands feux, et fait l’objet d’une littérature abondante et de superstitions.
Autrefois d’ailleurs, à Bernister, Bellevaux et Burnenville, il est dit que les enfants tressaient des couronnes de marguerites et après s’en être parés, les jetaient sur les toits afin de préserver la demeure familiale de la foudre (selon H. Bragard - Wallonia).

François DETRY

Album complet des photos de Denis DOSQUET : https://www.facebook.com/422391557951403/photos/a.475393332651225.107374...

Vidéos 2016 de Freddy FRECHES :
https://www.youtube.com/watch?v=GFURvIPrzPY
https://www.youtube.com/watch?v=rSllrSkW3PQ
https://www.youtube.com/watch?v=2CZv6WyQ2Cg

© François DETRY
Lien vers tous les reportages de François DETRY

  • Visite au Grand Fa ( Photo Denis DOSQUET )
  • Preparatifs a l'ecole ( Photo Denis DOSQUET )
  • Visite au Grand Fa ( Photo Denis DOSQUET )
  • Farandole en ville ( Photo Denis DOSQUET )
  • Preparatifs a l'ecole ( Photo Denis DOSQUET )
  • Farandole en ville ( Photo Denis DOSQUET )
  • Farandole en ville ( Photo Denis DOSQUET )
  • Les musiciens benevoles ( Photo Denis DOSQUET )
  • Farandole en ville ( Photo Denis DOSQUET )
  • Farandole en ville ( Photo Denis DOSQUET )
  • Farandole en ville ( Photo Denis DOSQUET )
  • Depart du cortege ( Photo Denis DOSQUET )
  • Petite restauration finale ( Photo Denis DOSQUET )
  • Petite restauration finale ( Photo Denis DOSQUET )
  • Depart du cortege ( Photo Denis DOSQUET )
669 lectures
Portrait de francois.detry
francois.detry