Verdun 1916, 300 jours de bataille inutile

écrit par VandenHende
le 19/05/2016
Verdun 1916, 300 jours de bataille inutile

Verdun est une destination idéale pour un weekend ou l’on peut combiner culture, nature et l’histoire de la première guerre mondiale. Pour le centième anniversaire de la bataille de Verdun, nous vous résumons l’histoire et vous donnons un aperçu des lieux importants à visiter.

Un peu d’histoire
Dès le début de la guerre en 1914, Verdun, sa citadelle et la ceinture des forts qui la protégeaient, sont considérés comme une clef du dispositif défensif français. Les stratèges allemands décident donc de la prendre.
En février 1916 (le début de la bataille de Verdun), l'armée allemande est prête à s'engager dans une offensive de grande envergure. Son but étant de réussir une percée décisive, ou tout au moins d'entamer et de réduire sérieusement les forces françaises. Il s'agit d'une opération spectaculaire destinée à remonter le moral des troupes germaniques après déjà deux ans de combats et les échecs de la Marne et de l'Argonne.
L'offensive va se dérouler en trois phases, entre la fin février et la fin août 1916.
La première attaque est brutale, faisant suite à une préparation d'artillerie d'une intensité inouïe. L'avance allemande sera pourtant insignifiante. Elle se soldera néanmoins par la prise du fort de Douaumont, le 25 février. Il ne sera libéré que le 24 octobre... (C'est dans ce fort que le général De Gaulle a été blessé lors de la bataille de Verdun en 1916).
Verdun est menacée. La résistance française va se montrer exemplaire. Renforts et matériels arrivent jour et nuit, acheminés par la seule route possible, celle de Bar-le-Duc à Verdun devenue la Voie Sacrée. Grâce à beaucoup d'abnégation, de sacrifices incommensurables, l'attaque allemande est contenue.
Jusqu'en mars et avril 1916, qui marquent le début de la seconde phase de l'offensive allemande, l'armée du Kronprinz opte pour une nouvelle stratégie, l'attaque par les ailes, qui présente l'avantage d'élargir le front. En vain, le Mort-Homme, la Côte du Poivre, le fort de Vaux résistent, héroïques.
La troisième phase de la bataille de Verdun intervient. Le front s'étend toujours davantage. La guerre devient une guerre de position et s'enlise dans les tranchées. Les attaques allemandes sont permanentes et la bataille atteint son paroxysme. Les pertes humaines sont énormes. L'ultime offensive allemande va échouer, devant la poudrière de Fleury. Désormais, les troupes germaniques reçoivent l'ordre de rester strictement défensives.
Le visage de la guerre a changé. Les offensives russes sur le front de l'Est, l'offensive franco-britannique sur la Somme, obligent les armées allemandes à plus de prudence. Manifestement, elles ont perdu toutes les chances de remporter la décision à Verdun.
C'est au tour de l'armée française de prendre l'initiative et l'offensive. Trois brillantes attaques se succèdent : Douaumont-Vaux, Louvemont-Bezonvaux, Cote 304 et Mort-Homme. Elles ont lieu entre octobre 1916 et septembre 1917.
Il faudra attendre l'offensive franco-américaine du 26 septembre 1918 pour que Verdun et la Meuse soient définitivement libérées.
Le Champ de Bataille de Verdun, par l'authenticité et la richesse de ses vestiges, constitue un patrimoine unique au monde. Ce vaste espace situé en "Zone Rouge", proposé au classement UNESCO, porte les cicatrices saisissantes des combats acharnés de 1916. Il présente également un ensemble de sites remarquables qui permettent de comprendre les étapes de la construction mémorielle nationale. L'ensemble de ce patrimoine historique et mémoriel est un moyen de découverte exceptionnel de ce que fut la Grande Guerre en Meuse.
300 jours et 300 nuits de combats sans trêve, 300 000 morts et disparus, 400 000 blessés français et allemands... La Bataille de Verdun de 1916 est un choc frontal, le plus meurtrier de l'histoire, entre la France et l'Allemagne. Cette lutte d'anéantissement, à travers un duel d'artillerie sans précédent, symbolise et résume la guerre totale.

A visiter absolument
L'Ossuaire de Douaumont
Située dans la commune de Fleury-devant-Douaumont, la nécropole nationale de Douaumont est un haut lieu de mémoire de la bataille de Verdun où reposent les restes de 130 000 soldats inconnus.
Le monument se compose d’un cloître de 137 mètres de long qui abrite les tombeaux représentant les différents secteurs géographiques de la bataille de Verdun et recouvrant les restes de 130 000 soldats inconnus français et allemands, d’une chapelle et d’une tour-lanterne de 46 mètres qui offre un panorama sur l’ensemble du champ de bataille. A mi-hauteur de la tour se trouve le musée de guerre qui présente matériel militaire, équipement et uniformes Français et Allemand.
L’ossuaire propose également une projection audiovisuelle Verdun, des hommes de boue (disponible en français, allemand, anglais, hollandais, russe et chinois).
Devant l’ossuaire s’étend l’immense nécropole nationale où reposent plus de 16 000 soldats français. Un mémorial consacré aux soldats de confessions juives, orné d'une bible gravée en lettres hébraïques, se situe à l’ouest du cimetière. A l’est se trouve un monument à la mémoire des soldats musulmans. www.verdun-douaumont.com

Le fort de Douaumont
Le reprise du fort de Douaumont, devenu dès février 1916 le pivot de la défense allemande, a été l’un des principaux enjeux militaires et symbolique de la bataille de Verdun. Construit entre 1885 et 1913 dans le cadre du système Séré de Rivières, le fort de Douaumont est un des forts les plus puissants de la place de Verdun.
Aujourd’hui, films et photographies d’époque, documents d’archives, commentaires et témoignages permettent aux visiteurs munis du guide multimédia, de mieux comprendre l’histoire du fort et de découvrir notamment une chambrée, la tourelle 155 et la nécropole allemande où reposent plus de 600 soldats allemands.

La citadelle souterraine de Verdun
La citadelle de Verdun, construite entre 1886 et 1893 dans le cadre du système Séré de Rivières, a joué un rôle majeur pendant la bataille de Verdun. www.citadelle-souterraine-verdun.fr

Les villages détruits
Neuf villages meusiens situés en première ligne de l’offensive de février 1916 ont été entièrement détruits lors de la bataille de Verdun. Six d’entre eux n’ont jamais été reconstruits.

Le Mémorial de Verdun
Le Mémorial de Verdun est un musée consacré à l’histoire et à la mémoire de la bataille de Verdun.
Depuis sa réouverture en février 2016 il propose une nouvelle scénographie totalement reconçue qui évoque d’une manière très éducative ce que fût « l’enfer de Verdun ». www.memorial-verdun.fr

Des Flammes… à la lumière
Ce spectacle d’envergure, le plus grand son et lumière d’Europe sur la Grande Guerre, se déroule sur une scène de 2ha à proximité du champ de bataille de Verdun. Il propose une succession de tableaux historiques particulièrement émouvants, grâce à 250 acteurs, 900 costumes, 1100 projecteurs, 40 km de câbles, des effets spéciaux… une fresque grandiose dans un site exceptionnel à Verdun. www.spectacle-verdun.com

Saillant de Saint-Mihiel
A quelques kilomètres de Verdun, des authentiques tranchées françaises et allemandes dans la forêt autour de Saint-Mihiel : tranchée des Bavarois, Bois Brulé…. Tout près vous pouvez aussi visiter le Mémorial de Montsec, mémorial dédié aux soldats américains.

Ou dormir et manger?
HOTEL RESTAURANT LES ORCHIDEES
Rue Robert Schuman - 55100 VERDUN
03 29 86 46 46
http://www.orchidees-hotel.com
HOSTELLERIE DU CHATEAU DES MONTHAIRONS
26 Route de Verdun Le petit Monthairon - 55320 LES MONTHAIRONS
03 29 87 78 55
http://www.chateaudesmonthairons.fr
Les Jardins du Mess
Quai de la République 22 – 55100 Verdun
03 29801418
www.lesjardinsdumess.fr
Restaurant L’Abri des Pèlerins
La Wavrille - Place Monseigneur Ginisty – 55100 DOUAUMONT
Tél. : 03 29 85 50 58
www.abridespelerinsdouaumont.com
Hôtel-restaurant du Lac de Madine***
22 rue Charles de Gaulle - 55210 Heudicourt-sous-les-Côtes
Tel : 03 29 89 34 80
www.hotel-lac-madine.com

Pour toute information supplémentaire voir :
www.tourisme-verdun.fr - www.tourisme-lorraine.fr - www.verdun2016.orgwww.tourisme-meuse.com

  • Verdun 1916, 300 jours de bataille inutile
  • Verdun 1916, 300 jours de bataille inutile
  • Verdun 1916, 300 jours de bataille inutile
  • Verdun 1916, 300 jours de bataille inutile
  • Verdun 1916, 300 jours de bataille inutile
  • Verdun 1916, 300 jours de bataille inutile
  • Verdun 1916, 300 jours de bataille inutile
  • Verdun 1916, 300 jours de bataille inutile
  • Verdun 1916, 300 jours de bataille inutile
  • Verdun 1916, 300 jours de bataille inutile
  • Verdun 1916, 300 jours de bataille inutile
836 lectures
Portrait de VandenHende
Van den Hende"