Inauguration œuvre monumentale urbaine de Jean-Pierre Bredo et Norbert Huppertz

Jean-Pierre Bredo et Norbert Huppertz, Stavelot Jean-Pierre Bredo et Norbert Huppertz, Trois-Ponts Jean-Pierre Bredo et Norbert Huppertz, Stavelot

Inauguration œuvre monumentale urbaine (en deux parties) « Porte-Voix/Voie » ce lundi 5 juin 2017 à 11h devant l’Administration communale de Trois-Ponts et à 12h à Stavelot sur l’Esplanade de l’Abbaye.

Naissance de l’œuvre
Dans le cadre de la mise en place d’une coopération culturelle entre la commune de Stavelot et la commune de Trois-Ponts, le Centre culturel a mené, auprès des habitants de Stavelot et de Trois-Ponts, une vaste enquête territoriale (*) visant à mettre en exergue les liens entre la population, la culture, l’art, la vie sociale, l’économie, le tourisme, et toutes les particularités de notre territoire semi-rural.
Nous avons recueilli, à cette occasion, de nombreux témoignages et avis que nous avons précieusement consignés et qui nous ont donné une représentation subjective de notre bassin de vie.
Nous avons souhaité rendre à la population, de manière symbolique, le résultat de cette enquête.
Pour ce faire, nous avons confié à deux artistes de la région (Jean-Pierre Bredo et Norbert Huppertz) le soin d'imaginer et de créer une œuvre contemporaine et pérenne qui prendra place dans l’espace public, au cœur même du milieu de vie des habitants. L’idée qu’ils ont développée est celle d’une sculpture en métal « porte-voix » (ou « porte –voie »), en deux parties, qui se répondent, l'une à Stavelot, l'autre à Trois-Ponts.
Les deux artistes se sont imprégnés des résultats de l’enquête et les ont réinterprétés pour créer cette œuvre originale. De nombreux éléments faisant la fierté des stavelotains et des tripontains ont été intégrés à l’œuvre : la nature, l’eau, le Ravel, le folklore, Apollinaire, la centrale de Coo, le circuit de Spa-Francorchamps, la musique, la gare de Trois-Ponts, les ânes, la ruralité,… Mais aussi leurs besoins : le besoin de recréer du lien, d’améliorer leur cadre de vie et la mobilité, de répondre aux injustices sociales.
L’œuvre (en deux parties) est située à Stavelot sur la partie haute de l’Esplanade et à Trois-Ponts, devant l’Administration communale. Chacune des parties a été placée sur un même axe et orientée l’une vers l’autre, de façon à ce qu’elles puissent « dialoguer ». Elle laisse, de par sa structure, une place au mouvement et au son (par le vent ou par la main du passant).

L’œuvre est inaugurée ce lundi 5 juin à 11 heures à Trois-Ponts et à 12 heures à Stavelot. La population y a été largement invitée.
Le partenariat établi avec les Villes de Stavelot et de Trois-Ponts est un beau succès puisque le projet a été très bien accueilli et que les Villes, en plus de nous faire une totale confiance dès le départ, ont souhaité participer à l’élaboration du projet. Les services techniques ont notamment participé à l’installation et au transport des œuvres.

Les artistes
La réalisation de l’œuvre est confiée à Jean-Pierre Bredo et Norbert Huppertz. Tous deux sont membres du collectif Ostbelgien Kunst depuis de nombreuses années. C’est la première fois que Jean-Pierre et Norbert travaillent ensemble. Et ce qui étonne, au-delà de leur totale complémentarité, c’est leur complicité artistique… devenue presqu’amicale. « Il faut être un peu amis pour travailler main dans la main comme nous le faisons ici » nous ont-ils même confié.
Ils ont également assuré toute la médiation autour de cette création artistique : les portes de l’atelier Pépin étaient grandes ouvertes, la population pouvait y circuler librement, s’interroger sur le travail et sur la finalité de l’œuvre. Les artistes étaient également inscrits au « Weekend Wallonie Bienvenue » qui avait lieu les 22 et 23 avril. Et enfin, ils ont accueilli les journalistes et les classes qui ont souhaité découvrir leur travail.

Jean-Pierre Bredo est stavelotain et a fait ses études à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles. Il s’intéresse fortement aux problèmes de contrastes de son pays d’origine qu’est la Belgique et le fait sentir à travers ses oeuvres. Il compose des objets, des montages d’objets, des installations et des peintures. Ses œuvres sont exposées en Belgique mais également en France, en Allemagne, au Luxembourg, en Suisse et en Pologne.

Norbert Huppertz est à la base électromécanicien. Ses thèmes de prédilections : la vie, l’homme, les événements de tous les jours, un brin de critique sociale, de l’humour, du sérieux, de l’érotisme, … Norbert Huppertz est autodidacte et est séduit par les matériaux de récupération. Il a un talent pour les anoblir. Il a été invité à participer à de nombreuses expositions en France et à l’étranger. Ses œuvres figurent dans des collections privées et officielles. En 2011, il avait réalisé une œuvre présentée dans une cour privée rue Haute à Stavelot pour le projet « À Pas de Loup ».

Matériau
Les métaux ont été le principal, pour ne pas dire le seul, matériau utilisé. Les métaux de récupération (provenant soit du patrimoine rural, soit des métaux industriels) ont été soudés et détournés afin de pouvoir les intégrer à l’œuvre. Chaque pièce, chaque soudure, a sa raison d’être et son histoire.

QR Code
Un QR Code a été mis en place. Il renverra l’utilisateur vers une carte interactive de l’œuvre. Six points ont été sélectionnés sur chacune des œuvres. Pour chacun des points, une courte vidéo sera disponible afin d’expliquer le choix des objets intégrés à l’œuvre, par les artistes eux-mêmes.

Le vernissage
À 11 heures, inauguration de l’œuvre devant l’Administration communale de Trois-Ponts.
À 12 heures, inauguration de l’œuvre à Stavelot sur l’Esplanade de l’Abbaye. L’inauguration est suivie du verre de l’amitié sur l’Esplanade de l’Abbaye de Stavelot.
Avec la complicité des musiciens de Jazz Pirine.

* Les résultats de la grande interrogation territoriale sont visibles sur notre site Internet www.ccstavelot.be

Discours Camille Lilin.
Bonjour Mesdames et Messieurs bienvenue au vernissage des œuvres « Porte Voi(e)x ». C’est un beau projet que nous célébrons aujourd’hui, non pas seulement d’œuvres artistiques, mais aussi nous célébrons un mariage si je puis dire, entre le centre culturel de Stavelot et l’espace culturel de Trois-Ponts symbolisé dans ce projet.
A la base, nous avions deux équipes, deux entités, deux communes. Aujourd’hui, comme vous pouvez le constater et l’apprécier nous formons un groupe, nous représentons un territoire culturel qui a du sens.
Avant même le nouveau décret des centres culturels, le rapprochement s’est fait naturellement, par passion commune pour la culture, sympathie l’un avec l’autre et aussi par raison. Puis le décret nous a poussés à officialiser notre union ce qui marqué le début d’un long parcours du combattant, nous pouvons le dire aujourd’hui et féliciter Françoise de ne pas avoir plié sous le poids du dossier.
Une des premières étapes de ce dossier étaient d’interroger la population sur ces envies, ses besoins, ses aspirations. Nous les avons récoltés grâces à différentes actions : Miss trois Pompom, bouteille à la mer, les briques, les sondages, les concertations de groupes. Nous les avons analysés et nous nous en sommes inspirés pour guider notre action culturelle de demain.
Désirant restituer à la population sa parole, votre parole, sous forme artistique, nous avons confié ce projet de Porte-Voi(e)x à un artiste qui nous est cher, Jean-Pierre Bredo et qui a de lui-même proposé l’aide d’un autre artiste Norbert Huppertz.
Jean-Pierre, stavelotain, est un artiste pluridisciplinaire, diplômé de l’académie Royale des beaux-arts de Bruxelles. C’est un curieux, un passionné, qui puise son inspiration dans son travail de tous les jours. Si un jour vous vous rendez en France, en Allemagne, au Luxembourg, Suisse ou encore en Pologne, ouvrez l’œil, vous pourriez y apercevoir les œuvres de JP Bredo qui y sont exposées.
Norbert Huppertz, quant à lui, est un autodidacte. Electromécanicien à la base, Norbert est un passionné des matériaux de récupération qu’il aime assembler dans ces sculptures. Il écume les brocantes, braderies, et vieilles fermes à la recherche de pièces rares, d’époques, qu’il anoblie dans son art.
Merci à tous deux, à vous, pour votre investissement personnels, d’avoir mis votre talent à notre service et aussi et surtout d’avoir été si disponibles, pour nous et pour les citoyens.
Enfin, je terminerai ce discours en aiguillant si je puis me permettre le spectateur. Osez être curieux, mobile, manipulez la sculpture, imaginez là, réinterprétez là car elle vous appartient maintenant. Là est le rôle de l’art contemporain, pousser le spectateur à interroger le monde qui l’entoure !

Discours Françoise Servais.
Je suis très heureuse de vous accueillir aujourd’hui, au nom de notre Conseil d’Orientation et au nom de toute l’équipe du Centre culturel pour vous présenter la partie stavelotaine de cette oeuvre « Porte-Voix ».
Cette œuvre est l’aboutissement d’un projet d’expression citoyenne incarné par l’imagination et la poésie de nos deux artistes Jean-Pierre Bredo et Norbert Huppertz.
C’est une œuvre qui parle. Qui parle de notre territoire, de notre identité culturelle, des facteurs d’attachement, des craintes et des espoirs des habitants. Elle porte la parole de citoyens ; de ceux qui se sont exprimés à l’occasion de l’interrogation territoriale que nous avons menée ces derniers mois.
Elle répond à sa moitié – sa « fausse jumelle » ou son double, c’est selon-, placée à Trois-Ponts, à l’autre extrémité d’une ligne imaginaire tracée par les artistes entre nos deux entités.
Au-delà du geste artistique fort que posent nos deux communes en accueillant l’art dans l’espace public, je voudrais ici mettre en évidence notre chance de pouvoir jouir d’une liberté fondamentale qui est celle de la liberté d’expression.
Parmi les droits culturels et droits humains, la liberté d’expression est un droit des plus précieux, elle est à la base de toute démocratie.
Ce projet est un témoin de nos valeurs démocratiques : d’abord parce qu’il a permis à chacun de s’exprimer librement sur son milieu de vie. Et ensuite parce que les artistes ont joui d’une liberté totale au niveau de la création. Ils ont construit l’œuvre sans schéma préalable, « comme une partition, une œuvre de musique écrite note par note » m’a dit l’un d’eux, lors du montage.
Ils se sont imprégnés, inspirés du contexte et à partir de là, ils ont laissé totalement libre court à leur imagination, à leur talent, à leur complicité et à leur faculté de faire raconter une histoire à chaque objet qui compose cette sculpture.
Je voudrais donc les remercier pour l’incroyable engagement qu’ils ont mis dans ces deux créations. Et remercier également les autorités communales qui nous ont accordé une totale confiance et totale liberté tout au long de nos interrogations territoriales et de la création.
J’en profite pour adresser un merci tout particulier à Fabien Legros, notre Echevin des Travaux : d’y avoir cru et d’avoir fait en sorte que tout le processus de création en soit facilité.
Merci aux services logistiques de Stavelot et de Trois-Ponts pour leur aide précieuse et enthousiaste. C’est eux qui ont réalisé les socles, qui mettront en lumière les œuvres et qui veilleront sur elles.
Merci à l’EPN de Trois-Ponts pour la réalisation des vidéos QR code. (j’expliquerai après)
Merci à toute l’équipe du centre culturel de Stavelot -Trois-Ponts et à vous tous, qui avez participé à l’analyse partagée et qui avez ainsi contribué, à la conception des deux portes voix ;
"l'artiste nous prête ses yeux pour regarder le monde" a déclaré Schopenhauer.
On pourrait ajouter "il nous offre aujourd’hui un porte voix, pour dire, pour raconter aux visiteurs, aux passants, ce que nous sommes, ce qui nous touche, ce qui nous rassemble.
Parce que cette création « Porte-Voi(x)e », c’est aussi l’occasion de dire que la culture nous relient, nous habitants de Stavelot et de Trois-Ponts, mais qu’elle relie également chacun de nous, dans la diversité des genres, des traditions, des folklores, des languages,…
Avant de vous inviter à partager le verre de l’amitié, je voudrais passer la parole, ou plutôt « le porte voix », à nos artistes Jean-Pierre Bredo et Norbert Huppertz.

JP Bredo est Stavelotain, diplomé de l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Il aime travailler les couleurs nationales et au travers elles, il questionne les paradoxes si spécifiques à la Belgique. Depuis 2005, ses œuvres sont exposées en Belgique, en France, en Allemagne, au Luxembourg, en Pologne et en Suisse.

Norbert Huppertz est à la base électromécanicien. Ses thèmes de prédilections sont la vie, l’homme, les événements de tous les jours, un brin de critique sociale, de l’humour, du sérieux, de l’érotisme, …
C’est un autodidacte, séduit par les matériaux de récupération. Il a été invité à participer à de nombreuses expositions en France et à l’étranger. Ses œuvres figurent dans des collections privées et officielles.
En 2011, il avait réalisé une œuvre présentée dans une cour privée rue Haute à Stavelot pour le projet « A pas de Loup ».

Les deux artistes se connaissent de longue date ; c’est l’art qui les a réuni. Ils font tous deux parties de l’Ostbelgien Kunstforum. C’est la première fois qu’ils travaillent ensemble.
Et leur travail commun a donné naissance à une création toute à leur image : généreuse, complémentaire, humaine, porteuse d’un message positif et… résolument libre.

Lien •
Lien • Inauguration œuvre monumentale urbaine de Jean-Pierre Bredo et Norbert Huppertz
Lien • Œuvre monumentale urbaine de Jean-Pierre Bredo et Norbert Huppertz