Jean Pécourt, l’architecte maître sculpteur de Houffalize

La partie superieure droite (epitre) de l'autel actuel - La Vierge et Sebastien - Ph. J.M. Lesage. L'autel tel que jusqu'en 1944 - Cliche IRPA

Qui est et de qui est ce saint que l’on a peine à voir, haut perché du côté de l’épître à l’endroit le plus sombre de l'autel de Sainte-Catherine à Houffalize ?
Saint Sébastien, sculpté par Jean Pécourt aux alentours de l’an 1700.
Un Saint-Sébastien unique au monde, qui va vous être présenté comme il ne fut jamais possible.
Cela, grâce à Jean-Marie Lesage, auteur des quelques photos performantes récentes que vous allez découvrir, aux travaux d’historiens et de critiques d’art des 60 dernières années et suite à l’évolution de la société.
Qui est Jean Pécourt ?
Un document publié par Alfred Dubru en 1980 est incontournable pour parler de ce personnage, houffalois d’adoption comme bien d’éminents artistes qui ont vécu et sont morts chez nous.
Jean Pécourt serait d’origine allemande.
Certitudes : il a sculpté les autels de Cowan et de Houffalize, et est mort à l’Ermitage en 1726.
Cowan, c’est « l’église paroissiale » de Houffalize, et l’église de Houffalize est celle du prieuré « privé » Ste-Catherine. L’Ermitage est le lieu qui porte toujours ce nom, où se succédaient en permanence deux moines du prieuré, dans un abri lieu de pèlerinage, important producteur de ressources en ces temps-là.
Indiscutablement, Pécourt est un maître de la sculpture et de l’art religieux, qui a dû de toute évidence faire des années de formation à l’étranger et y acquérir une culture considérable.
En plus de sculpteur, il fut « architecte décorateur » : la conception de tout l’autel de Houffalize, son œuvre, en témoigne.
Pécourt à Houffalize
Jean Pécourt « fut à Houffalize avant 1698 », soutient Alfred Dubru, et « fut à Cowan après 1710 ».
Il aurait eu son atelier à Houffalize, lieu de son établissement à demeure. Mais il a certainement quitté plusieurs fois la cité de l’Ourthe pour des travaux commandés dans un périmètre englobant notamment la Rhénanie.
Homme sobre et modeste, le grand artiste ne travaillait pas pour s’enrichir, mais au tarif d’un charpentier, qu’il était également.
Les rémunérations pouvaient se faire à l’époque « en livres de truites, de beurre et de lard, en brebis grasses, en porcs » …
Il était vraisemblablement célibataire.
Comme de coutume à l’époque, il devait avoir quelques apprentis dans son atelier.
Il est mort le 16 septembre 1726 à l’Ermitage et ses funérailles ont été « concélébrées » dirions-nous aujourd’hui par le curé de Cowan-Houffalize et les religieux de Ste-Catherine.
Nul ne sait s’il est enterré à Cowan au cimetière des Houffalois ou, vu son statut, au cœur du prieuré Ste-Catherine, peut-être même dans le chœur.
***
Il nous a paru utile de présenter Jean Delcourt pour mieux comprendre nos prochains articles sur l’autel de Houffalize, et notamment sur son Saint-Sébastien. Et parce qu'il le mérite.
Cette présentation est donc une sorte de préface « à suivre ».

René Dislaire © Houffalize, le 14 mai 2017

Premier d’une série d’articles sur le maître-autel de l’église Sainte-Catherine à Houffalize, particulièrement sur sa pièce moins connue, un Sébastien sculpté dans un seul bloc de chêne.

Liens: Jean Pecourt, sculpteur houffalois du XVIIe siècle, son saint Sébastien...
Trois articles, chacun peut être lu indépendamment l'un de l'autre, ou dans cet ordre:
* 1. Saint Sébastien, autel de Ste-Catherine à Houffalize : Jean Pécourt - 2017
* 2. Le St-Sébastien de Jean Pécourt : Houffalize rencontre l’homoérotisme. Jean Pécourt - 2017
* 3. Houffalize. Un culte gay-friendly? - 2017

Du même auteur, sur Sainte-Catherine à Houffalize
La Ste-Catherine à Houffalize: histoire, légende et traditions
Expressions sur Ste-Catherine en wallon
Photos de la foire Ste-Catherine en 2007
Une histoire d’aigle, pas à Pathmos mais à Houffalize