La trilogie de Marseille : le Vieux-Port, Notre Dame de la Garde et l’OM

restaurant miramar vieux port restaurant miramar - christian buffa restaurant miramar marseille - vieux port restaurant miramar marseille - vieux port restaurant miramar marseille - vieux port restaurant miramar marseille - vieux port restaurant miramar marseille - vieux port restaurant miramar marseille - vieux port restaurant miramar marseille - vieux port restaurant miramar marseille - vieux port restaurant miramar marseille - vieux port restaurant miramar marseille - vieux port restaurant miramar - un must restaurant miramar - un must marseille - vieux port marseille - vieux port marseille - notre dame de la garde

La trilogie de Marseille : le Vieux-Port, Notre Dame de la Garde et l’OM.

Bon jour a touti !

Après 1h30 de vol, l’Avion de Brussels Airlines se pose à Marseille-Marignane, dans le magnifique département des Bouches-du-Rhône. 18° en novembre dernier dans la cité phocéenne.

Marseille, seconde ville de France, est fondée en 600 avant J-C par le marin grec Protis qui tombe amoureux de la princesse ligure Gyptis. De cette histoire d’amour est née Massalia. En 49 avant J-C sous César, Marseille s’appelle Massilia. Marseille et la Provence sont rattachées au Royaume de France en 1481.

Le bus 60 permet d’accéder à Notre-Dame de la Garde sur la hauteur, remarquable édifice romano-byzantin, avec une vue extraordinaire sur le vieux port et les îles, en passant par le Fort Saint Nicolas, l’Abbaye Saint Victor. Le coucher de soleil sur les îles du Frioul est impressionnant de la terrasse de la Bonne Mère. Le train touristique passe également par la vieille ville, la Cathédrale, le nouvel Intercontinental (anciennement l’Hôtel Dieu –édifice du XVIIIe siècle), le Fort Saint Jean et le MuCEM (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée).
A quelques pas du Vieux-Port, le pittoresque Quartier du Panier présente ses jolies placettes et ruelles entrelacées. L’on apprécie le charme et l’ambiance chaleureuse du plus ancien quartier de France.

Le Ferry-Boat, cher à Marcel Pagnol, fait la navette entre la Place de la Mairie et la Place aux Huiles. Les Navettes Maritimes Frioul If Express, situées près de l’Ombrière de Norman Foster, partent du Vieux-Port vers le château d’If et Port Frioul.

L’Estaque, village de pêcheurs jusqu’au XIXe siècle, est la cité des peintres impressionnistes, fauves et cubistes. Cézanne vient voir sa mère à l’Estaque ; il y fait plusieurs séjours. Cézanne apprécie la lumière tout à fait particulière. En 1870, il peint « La mer à l’Estaque ». Ses paysages sont stables et calmes. Le tableau « Maisons à l’Estaque » de Braque a donné naissance au cubisme. Le peintre passe ensuite au cubisme analytique en gommant d’abord toutes les perspectives et aiguille la peinture contemporaine.

L’ambiance du Vallon des Auffes, petit port de pêche préservé, évoque un village de pêcheurs avec ses barques marseillaises traditionnelles appelées « pointus ». Le Port des Goudes séduit par la beauté de son site, loin de la frénésie urbaine. Après quelques virages en corniche côtoyant l’Escalette et le Cap Croisette, le minuscule « fjord » de Callelongue est le point de départ pour l’univers merveilleux des calanques.
Une autre œuvre d’art contemporaine est le nouveau Stade Vélodrome, qui accueille notamment l’équipe de l’Olympique de Marseille (l’OM). Les amateurs du ballon rond sont ravis avec la visite des salons, de la salle de presse, des vestiaires, du studio OM TV et bien sûr du merveilleux stade. La vue du stade en forme de « coquillage » ou de « vague » de la Notre Dame de la Garde est inoubliable.

Le Miramar, chez Christian Buffa, dans le Vieux-Port, mérite à lui seul une visite et demeure un excellent souvenir pour notamment la célèbre bouillabaisse. A l’origine, la bouillabaisse est un plat populaire cuisiné dans les familles de pêcheurs en utilisant les poissons qui ne pouvaient être vendus. Ce plat simple et familial s’est sophistiqué au fil des ans et peut désormais comporter des poissons nobles, tels la lotte (baudroie), le saint-pierre, le rouget grondin, le chapon, le congre et des poissons de roche. Cette préparation est servie dans deux plats différents, l’un pour le bouillon et l’autre pour le poisson. Christian Buffa, maître cuisinier, est à la base de la charte de la bouillabaisse. Quel accueil chaleureux par le patron et son équipe, notamment avec Sébastien. Une coupe de champagne et une assiette de rillettes de sardines, accompagnée de pistou, concentré de tomate, crumble de parmesan, toast aux truffes commencent le spectacle gastronomique du Miramar. Suit la succulente bouillabaisse. Le dessert se nomme « le dessert de la bouillabaisse » composé d’un velouté d’ananas, avec glace, mandarine, confit, pamplemousse… une merveilleuse réalisation du chef pâtissier. Et ce café accompagné d’un limoncello sur glace et de petits gâteaux…Accueil, confort décontracté, produits de qualité, découpe en salle, sourire ! (www.lemiramar.fr)

Et voici les éléments de bonheur pour un Marseillais : boire un verre de pastis en jouant aux boules sous les platanes ! J’ajouterai, moi le Belge : passez au Miramar !

Bon voyage à Marseille.

José Burgeon