Orval, Farce et Attrape Kyrie Eleison

Illustration originale de J.M. Lesaqge, illustrant notre article de 2013. Illustration accompagnant l'article "fake" de 2017. Illustration accompagnant l'article "fake" de 2017. Illustration accompagnant l'article "fake" de 2017. Illustration accompagnant l'article "fake" de 2017. Illustration accompagnant l'article "fake" de 2017. Illustration accompagnant l'article "fake" de 2017. Illustration accompagnant l'article "fake" de 2017.

Comme la truite de la Fontaine Mathilde qui resurgirait pour détendre l’atmosphère et la refroidir quand on craint tant de la voir se réchauffer, le fake d’Orval refait surface.
F.A.K.E., Farce et Attrape, Kyrie Eleison
On ne va pas se priver de références dévotes pour plaisanter à propos de la bière des calotins.
Bière des calotins, ainsi appelle-t-on plaisamment cette bière monastique qui allèche tant les élites lors des rinchinchètes en Gaume et en Lorraine.
Bière des calotins, expression qu’on ne qualifiera plus d’anticléricale - ce ne serait pas correct- mais bien de laïque, qu’utilisent les sans-Dieu pour se faire pardonner de trinquer avec ce breuvage issu de la fameuse bouteille calibrée par un joueur de quilles.
Et quoi ?
Dans le langage faussement administratif et rébarbatif d'un tractage sur le net, avec prière de diffuser, l’Orval est présenté(e ?) comme un remède à tous les maux de la terre, aussi bien du bas que du haut clergé.
Elle est recommandée selon une posologie de douze fois par jour, un nombre bien apostolique. Et pourquoi pas treize, question de ne pas tenir la consœur Judas à l’écart?
Buvez-en en vous levant, avant et après les repas, avant et après un travail de quelque importance : on croit relire les préceptes du petit catéchisme préconciliaire.
L’Orval se boit aussi, avec componction et un morceau de fromage éponyme et des sossons qui ne le sont pas, chaque fois que les Diables Rouges gagnent, que le Standard perd, que Nafissatou fait parler d’elle par un saut à la perche ou la reine Mathilde par un nouveau chapeau.
Et nous, et nous, et nous ?
Les effets bénéfiques d’un casier par jour -sauf le Mercredi des cendres et le Vendredi saint- sont attestés par l’Unité de Génétique Mycobactérienne de l’Institut Pasteur paît mes agneaux, paît mes brebis avec accent circongénuflexion.
Dixit le Fake.
Fake, car par souci professionnel plus que de santé publique, Ardenneweb avait indagué en 2013.
Et une réponse aussi impérative qu’une bulle nous était parvenue, promulguée par Dom Didier Mazel, Directeur du Département Génomes et Génétique (Unité "Plasticité du Génome Bactérien" - CNRS UMR3525): « c’est un canular ». Là, rien de plus sérieux.
Ami André, ami André, lève ton verre...
Nous venons de contacter l’archevêque e.r. Breveté d’État Cador Qu’adore André Léonard.
Nous avons plaidé une dérogation à la bulle pasteurisée, et voici la réponse pastorale.
« Par la grâce de l’Esprit-Saint nous avons vécu en songe la perspective gomorrhéenne d’un été caniculaire et d’un tarissement complet de la Cara Pils de chez Colruyt, et pour parer la contrition de nos paroissiens, boire de l’Orval en été 2017 reçoit notre bénédiction ».
Sympa, Dédé.

René Dislaire © Houffalize, le 5 juin 2017.

Liens : articles ardenneweb en relation avec le fake Orval
Les vertus de l’Orval. Article de 2013. Intervention olographe de l’Institut Pasteur (3.500 lectures en juin 2017)
L’Orval F.A.K.E Farce et Attrape Kyrie Eleison article de 2017

Présentation: Réponse humoristique à un message canular nénuphar version 2017 recommandant de boire de l’Orval sans sagesse .