Quoi de neuf, à Montreux, en l'an 1867 ?

150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017 150 ans de gymnastique à Montreux 2017

Cette année est caractérisée par une forte tension internationale après la victoire de le Prusse sur l'Autriche l'année précédente.
La France et l'Allemagne sont au bord de la guerre et dès le 1er juillet le prince Otto von Bismark devient chancelier de la confédération de l'Allemagne du Nord (Prusse).
En Suisse, l'année commence par un hiver très doux, suivi d'un printemps très pluvieux et froid. Quant à l'été il fut frais et sec avec de fortes gelées tous les mois, empêchant même l'arrachage des pommes de terre.
Ces mauvaises conditions météorologiques ont certainement contribué à la propagation de la dernière vague de choléra que la Suisse a connue. Venue d'Italie en été 1867 elle fit 112 victimes au Tessin avant de remonter dans le canton de Zurich où l'on dénombra plus de 500 morts.
Puis au Valais, la maladie introduite par des valdotains se propagea à Martigny puis à Fully avant de descendre sur Monthey et jusqu'au Bouveret. Une quarantaine de victimes furent recensées en trois mois.
Pour éviter une propagation, les autorités vaudoises « mettent en place des mesures de police sur les cols et établissent un cordon de sécurité au pont de Saint-Maurice ».
C'est donc dans ce contexte particulièrement troublé où l'Europe n'était pas encore celle que nous connaissons aujourd'hui, que le samedi 8 juin 1867, vingt - deux courageux citoyens de la commune, se sont réunis au café Lamy dans le village de Vernex, pour jeter les bases de la société de gymnastique, dont le 150ème anniversaire est célébré cette année.
Hasard de l'histoire, c'est aussi le 8 juin un peu plus à l'est, à Pest (Budapest) que l'empereur François-Joseph 1er d’Autriche et sa femme l'impératrice Elizabeth de Wittelsbach dite « Sissi » (future hôte de Territet), sont couronnés roi et reine de Hongrie.
Enfin, rendons hommage à ces pionniers et à tous les gymnastes du début qui, dans toute la mesure de leurs moyens, ont fait honneur à notre société de gymnastique de Montreux dans des conditions autrement plus difficiles qu'actuellement et qui ont eu le courage il y a 150 ans, de poser les fondements de la section de Montreux.

150 ans de sport à Montreux
Montreux – lieu de villégiature par excellence – attire à la fin du 19ème siècle quantité de touristes qu’il faut fidéliser et divertir. Ainsi, l’apparition des différents sports ouvre des horizons de détente et contribue au développement touristique de la région.
L’exposition du Musée de Montreux se déroule selon un axe chronologique évoquant d’abord les origines du sport, puis les principaux sports exercés dans cette contrée (comme la gymnastique depuis 150 ans), enfin les stations « phares » qu’étaient en ce temps-là les Avants et Caux.
À Montreux, le terme sport prend tout son sens. Les sports ont en effet grandement contribué à l’essor économique, au dynamisme et au bien-être de toute une région. Développés au départ surtout pour attirer et divertir les touristes, les sports ont rapidement séduit un public local de plus en plus nombreux.
L’exposition du Musée de Montreux se déroule selon un axe chronologique évoquant d’abord les origines du sport, puis les principaux sports exercés dans cette contrée depuis 150 ans, enfin les stations ‘phares’ qu’étaient en ce temps-là les Avants et Caux.
Depuis l’antiquité, la gymnastique est la base nécessaire aux humains pour pratiquer au mieux chacun des sports.

Le 8 juin 1867 au Café Lamy à Vernex. Jules Allamand, président et moniteur, démarre avec vingt-deux membres. La petite société se donnait rendez-vous à Vernex en plein-air, sur un terrain qu’il faut situer à l’actuelle Avenue des Alpes, près de l’entrée du palace. Elle possédait une barre fixe et des barres parallèles.

Qu’était Montreux dans ce temps-là ? En 1867 la Suisse s’ouvrait aux étrangers depuis quelques décennies, l’hôtellerie en était à ses balbutiements, le chemin de fer de la compagnie « Ouest Suisse » soulignait le littoral de son « panache de fumée en effrayant bêtes et gens » et les premiers bateaux à vapeur fendaient le miroir « du bleu léman ». La vie était simple, les plaisirs rares, souvenir de l’époque bernoise. Le dimanche était respecté, les mœurs prudes et les robes longues ! Le ministre et son conseil de paroisse veillaient aux moindres écarts. Pas étonnant que les premiers gymnastes passèrent pour des philistins et qu’il fallut des années pour que ces jeunes exubérants ne fussent adoptés.

En 1891, les membres d’origine suisse alémanique, de plus en plus nombreux sur les bords du Léman, quittent le club et fondent leur propre club « Montreux-Helvétia ». Afin de ne pas provoquer de confusion, le club d’origine devient Montreux-Ancienne. Cette séparation dure vingt-neuf ans jusqu’à la fusion des deux sociétés en 1920, et l’appellation du début refait surface.
Charles Courant, membre de la gym de Montreux, fut vice-champion olympique à Anvers en 1920 et médaillé de bronze à Paris en 1924. Ernst Fivian, qui fit ses premières armes à Montreux, remporta le titre de vice-champion olympique par équipe en gymnastique artistique avec la Suisse à Helsinki en 1952 et René Tichelli, également montreusien fut membre de l’équipe suisse de gymnastique artistique en 1976. Aujourd’hui, le club de gymnastique de Montreux est l’unique centre d’entraînement vaudois formant des gymnastes artistiques féminins et masculins.

La gym de Montreux organisa aussi au cours des ans un nombre impressionnant de manifestations de grande portée ce qui valut à la ville de Montreux le titre de « Mecque de la gymnastique artistique ». En 1981, la Fédération Internationale de Gymnastique (FIG), opte pour la ville de Montreux pour célébrer le centenaire de sa création. Les attaches d’Arthur Gander sur la Riviera, ancien Président de la FIG, ne furent pas étrangères au choix de Montreux pour ce jubilé. C’est d’ailleurs en l’honneur d’Arthur Gander qui personnifiait la gymnastique à l’artistique mondiale, que les gymnastes montreusiens organisèrent 7 éditions du « Mémorial Arthur Gander » de 1985 à 1997 à la maison de congrès et à la salle omnisports du Pierrier réunissant les meilleurs gymnastes de la planète.

En hommage à ces précurseurs qui ont marqué le début du sport à Montreux, le Club de gymnastique de Montreux a souhaité s’associer à l’exposition temporaire « 150 ans de Sport à Montreux » afin de rappeler avec d’autres clubs de sport qui se sont créés par la suite et tous les événements sportifs qui se sont déroulés cette fabuleuse aventure d’un siècle et demi de sport à Montreux.
----------------------------------------------------------------------------------------------------
Et en 2017 :Afin de marquer dignement cet important anniversaire, de nombreux événements sont organisés tout au long de l‘année : - l'exposition temporaire "150 ans de sport à Montreux" ; - une sortie à la montagne pour les familles, - un week-end les meilleurs gymnastes artistiques de Suisse, - une journée commémorative ( 8 juin ), un Championnat vaudois de sociétés gymniques, …et de multiples stylisations des différentes disciplines sur le rivage du Lac Léman.

© François DETRY
Lien vers tous les reportages de François DETRY