L'aménagement du site d' Intermills se poursuit en bordure de Warche

Le Bourgmestre JP BASTIN lors de son intervention M. Yves RIHIR, architecte M. Philippe ROYAUX, Echevin de la Mobilite La passerelle, heroïne du jour L'inauguration de la passerelle Le cadre bucolique la passerelle Le cadre bucolique la passerelle Le cadre bucolique la passerelle Le poudingue Le poudingue Le poudingue Le poudingue En direction de la piscine En direction de la piscine Un panneau informatif Piste a deux voies Le futur parcours en direction de la ville La signaletique directionnelle Le site encore libre Les constructions en cours Les constructions en cours Les constructions en cours Les constructions en cours Un des ponts d'acces

Au mois d’août 2013, l’ancienne cheminée de la papeterie Intermills a été démolie, signifiant la fin de l’entreprise mais marquait le renouveau du site. En effet, racheté par l’entreprise Gehlen, a été inscrit sur la liste des Sites à Réaménager (SAR) par le Ministre de l’Aménagement du Territoire. Depuis, un complexe de salles de cinéma et de réception a été réalisé et d’autres locaux ont été mis à disposition d’entrepreneurs régionaux.
Dans le cadre de la semaine de mobilité, les autorités communales ont inauguré la passerelle franchissant la Warche et permettant la liaison pédestre et cycliste entre Malmedy - centre et le village de Bévercé. Déjà empruntée depuis cet été, cette liaison constitue la concrétisation du projet de sentier cyclopédestre dessiné et réalisé de l’extrémité de la rue de Bavière (où un mur, actuellement «troué» mais voué à, un jour, être complètement abattu) et la piscine « Mon Repos ». On y trouve une structure plate et asphaltée diminuant de la sorte les risques de chute et de crevaison, assez large pour se croiser et surtout à l’écart des voiries pour automobilistes.
Pour le bourgmestre, Jean-Paul Bastin, il s’agit d’ « une passerelle très symbolique » qui permet de lier la ville de Malmedy à la vallée touristique de la Warche, l’auberge de jeunesse, le bike- park, etc. Elle constitue ainsi un des aboutissements d’un travail de longue haleine au niveau du développement du réseau cycliste et pédestre car il semble évident que la tendance à savoir effectuer ses déplacements à vélo, à pied, Malmedy n’aura pas attendu cette modification de nos habitudes et propose dès à présent des infrastructures permettant la circulation sécurisée des cyclistes sur son territoire.
Selon Yves Rahir, l’urbaniste-aménageur du bureau d’architectes qui a collaboré à l’aménagement du centre – ville et à l’élaboration de ce projet, l’e-bike est devenu un atout charme qui permet à tous de se déplacer partout. Le développement de voies de liaison douce s’impose donc.
M Philippe Royaux, Echevin de la Mobilité, procédait ensuite à l’inauguration de ce nouvel outil discret qui se fond parfaitement dans le décor, à la fois sauvage et bucolique à proximité des talus de poudingue, concrétion typique de la région.

Quid de la poursuite d’aménagement du vaste site ?
Alors qu’il y avait lieu de craindre de voir apparaître une surface abandonnée ( 8 ha ), livrée aux dépôts clandestins et autres, les projets laissent entrevoir l’aménagement, à court terme,d’un véritable petit nouveau quartier. Au programme des aménagements: une zone industrielle pour petites et moyennes entreprises (PME) – leur nombre dépendra de l’espace souhaité par chacune –, un bâtiment comprenant quatorze logements ainsi qu’un hôtel opérationnel dès juillet 2019. En plus, avec le nouveau sentier pédo-cycliste, les Malmédiens qui y seront employés dans ces entreprises, pourront se rendre au boulot à vélo, de façon tout à fait sécurisée.» Les logements et l’hôtel sont d’ores et déjà en phase de construction (par des privés).

Des abords à 1,5 million d’euros
L’aménagement du site, dont la Ville de Malmedy a la responsabilité, comprendra: parking, voirie, nouveau pont ( l’actuel dédié aux logements, le futur pour les déplacements des entreprises )… Pour ce faire, les subsides régionaux d’1,25 million d’euros ont été obtenus par les autorités locales, qui débourseront entre 200 000 et 300 000 euros en fonds propres. Le dossier, envoyé à la Région wallonne pour approbation, devraient permettre l’entame des travaux dès le printemps prochain.

François DETRY

© François DETRY
Lien vers tous les reportages de François DETRY