L'exposition internationale itinérante "Ocean Plastics Lab"

Esplanade du Parlement europeen : Espace Solidarnosc Les conteneurs de l'Expo Les conteneurs de l'Expo Pollution plastique Pollution plastique Pollution plastique Pollution plastique Pollution plastique Pollution plastique Pollution plastique Pollution plastique Pollution plastique en fond de riviere Recolte des dechets pour analyse Recolte des dechets pour analyse Apres analyse Apres analyse Apres analyse Une amibe victime de la pollution plastique Microorganismes victimes de la pollution plastique Une tortue victime de la pollution plastique Les microplastiques au fond et les microplastiques flottent Constat Constat Emballage stupide : Des oranges epluchees dans des barquettes plastiques Emballage stupide : Bien joue, Coco ! Emballage stupide : Des avocats prédécoupés (et gluten free !) Emballage stupide : Des emballages emballants. Emballage stupide : Des pommes de terre en robe de chambre en plastique. Emballage stupide : Double protection Emballage stupide : Grâce au plastique, les bananes restent fraiches (un peu comme si elles avaient une peau finalement) Emballage stupide : Je mets le contenu dans un contenant puis le contenant dans un autre contenant. Emballage stupide : L’aluminium, je vous le mets dans du plastique  Emballage stupide : La conserve conserve le crabe et le plastique conserve la conserve. Emballage stupide : Minicarte mémoire, mais gros carton. Emballage stupide : Trois emballages, un cachet. Emballage stupide : Un bonbon, un emballage.

Cette exposition internationale itinérante "Ocean Plastics Lab" a occupé l'esplanade du Parlement européen à Bruxelles durant une semaine. Elle a été inaugurée par quelques parlementaires européens de l'intergroupe Searica. Elle a déjà voyagé à Turin et Paris et prendra également ses quartiers au Canada, à l'occasion du sommet du G7 en juin, à Washington et Berlin.
Les visiteurs ont pu y découvrir où en est la recherche sur la pollution des océans, apprendre ce qu'est le gaspillage, connaître l'impact de celui-ci sur la faune et la flore des océans et finalement apprendre à contribuer eux-mêmes à endiguer le problème. Les initiateurs espèrent ainsi sensibiliser les citoyens.
L'exposition présentait différentes méthodes utilisées par les scientifiques du monde entier pour combattre le problème des déchets dans les mers et les océans. Les visiteurs ont pu en savoir plus sur ces projets, réaliser des expériences et découvrir des initiatives scientifiques citoyennes.

Il nous faut savoir que toutes les heures, l'équivalent de 35 conteneurs maritimes remplis de plastique est rejeté dans les mers et les océans, soit huit milliards de kilos tous les ans. La science et la société doivent trouver ensemble des solutions", souligne l'Ocean Plastics Lab.
Bouteilles, sacs et bouchons en plastique, cotons - tiges, ...: les plastiques sont "les premiers prédateurs des océans", affirme l'association Surfrider qui publie un rapport détaillant la pollution sur cinq sites français et espagnols, situés en Bretagne et au Pays basque.
Avec l'aide de centaines de bénévoles, l'ONG a mené en 2015 ce premier recensement des déchets qui polluent plages, littoraux, océans et fonds marins, dans le cadre d'une initiative visant à collecter et à analyser des données à l'échelle européenne.

Chaque jour, 8 millions de tonnes de déchets finissent dans l'océan. 80% de la pollution qui touche nos mers est d'origine terrestre et est issue de l'activité humaine, avec des répercussions terribles sur la biodiversité et l'ensemble de notre environnement. Le plastique constitue "plus de 80%" des déchets sur la plupart des cinq sites analysés, constate l'ONG. Sur la plage de Burumendi, à Mutriku ( Espagne ), 96,6% des 5.866 déchets collectés sont du plastique et du polystyrène. À Anglet ( Pyrénées-atlantiques ), sur la plage de La Barre, le plastique et le polystyrène représentent 94,5% des 10.884 déchets collectés.

Ces matières sont aussi massivement présentes sur la plage de Porsmilin, à Locmaria-Plouzané, dans le Finistère ( 83,3% ) sur laquelle l'association a collecté 2.945 déchets au cours de ses quatre campagnes de prélèvements. Sur la plage de Murguita à San Sebastian ( Espagne ), en revanche, le plastique et le polystyrène ne représentent que 61% des déchets ( 18% de verre ). Enfin, sur celle d'Inpernupe, à Zumaia ( Espagne ), près de la moitié des déchets sont du verre ( 47,9% ), contre 29,1% pour le plastique/polystyrène.

Outre des morceaux de plastique, les bénévoles ont ramassé sur ces différents sites des cordages et filets, des mégots, des emballages alimentaires, des couvercles et bouchons, des bouteilles en verre et en plastique, des emballages de confiserie, des sacs en plastique, des "déchets sanitaires" ( couches...)... De la Bretagne au Pays Basque, les déchets plastiques humains sont clairement les premiers prédateurs de l'océan, car à la différence du bois ou du carton, les matières plastiques mettent plusieurs centaines d'années avant de disparaître.

Et quand elles ne sont pas sous nos pieds à la plage, elles sont ingurgitées par les animaux marins qui s'en étouffent, sans parler des substances toxiques qu'elles déversent et dans lesquelles nous nous baignons ou de leur possible intégration au sein de la chaîne alimentaire.

*******************************************************
1) Ocean Plastics Lab
Les morceaux de plastique sur les plages sont malheureusement un spectacle familier. Mais ce qui se passe sur les rivages n'est qu'une fraction de la pollution des océans: entre 4 et 12 millions de tonnes métriques de terres plastiques dans les océans chaque année. Cela équivaut à environ un conteneur d'expédition rempli de plastique déversé dans l'océan à chaque minute - avec des effets désastreux pour les animaux et la végétation. Il est temps que nous comprenions pleinement les conséquences des macro- et microplastiques pour l'écosystème aquatique. Nous commençons tout juste à VOIR les déchets, à DÉTECTER les impacts et à CONSTRUIRE des co-solutions.

2) VOIR les déchets
Le plastique est partout. Les rivières et les ruisseaux lavent les déchets plastiques dans les océans. 80% de la pollution des océans provient de sources terrestres. Les scientifiques ont détecté des plastiques sur des plages éloignées, au fond de la mer et même dans l'Arctique. Ils filment, collectent, dénombrent et documentent les déchets. Et leur recherche a montré: le plastique ne disparaît pas - il faut des centaines d'années pour se décomposer. Il se désintègre en microplastique. Ce n'est pas toujours visible à l'œil nu, alors quantifier ces plastiques est l'un des défis de la science.

3) DETECTER les impacts
Jusqu'à 1 400 espèces sont affectées par les déchets marins. Qu'arrive-t-il au plastique quand il finit dans l'océan? Certains animaux ont appris à faire face au plastique, d'autres en sont menacés: ils s'emmêlent ou se blessent aux ordures ou confondent le plastique et la nourriture. Ce n'est pas seulement une menace pour les animaux mais aussi pour nous les humains. Les déchets plastiques sont un problème dont nous commençons seulement à saisir l'ampleur. Les scientifiques font face à de nombreux défis. Avec chaque problème résolu, un nouveau apparaît.

4) Construire des co-solutions
Le plastique fait partie intégrante de notre vie quotidienne: emballages, bouteilles, jouets, stylos, sacs - et la liste continue. Nous utilisons tous constamment du plastique. Cela le rend si difficile à éviter. La science et la société doivent trouver des solutions ensemble. Divers projets luttent contre les déchets marins dans le monde entier. Ils ont des approches différentes et se concentrent sur les développements mondiaux ou régionaux. Dans l'ensemble, notre style de vie doit changer pour réduire les déchets plastiques de manière significative. Même de petites actions peuvent faire une grande différence.

Pour mémoire :
8,7 millions de tonnes : la moyenne de plastique rejeté chaque année dans les océans :
= 850 conteneurs maritimes remplis de plastique dans l’océan chaque jour.
= 42 % de l’ensemble du plastique qui provient de l’emballage des produits
= 5,25 billions de particules de plastique qui flottent dans l’océan actuellement dans les océans

1400 espèces sont affectées par les déchets marins.
600 ans = délai pour la décomposition d’une bouteille plastique Entre 100 et1000 ans pour la disparition d’un simple sachet de plastique
80 % de la pollution des océans provient des ressources humaines
5 millimètres est la taille maximale de tous ces microplastiques se baladant dans nos océans ce qui impose de se munir d’un microscope pour les observer.
100 % de ces microplastiques sont d’origine humaine.
En 2050, le poids du plastique présent dans nos océans = le poids des poissons qui y vivent.
3,43 millions de km² ( 110 x la Belgique ) = la superficie du 7ème continent découvert en 1997 par des scientifiques, continent étant une grande plaque de déchets de l’océan Pacifique.
-----------------------------------------------
VIDEOS :
- Les recherches : https://www.youtube.com/watch?v=2JtzRMj8y_4
- La mer de plastique en Espagne : http://viewpure.com/0rc4CFLOBCA?start=0&end=
-------------------------------------------------------------
© François DETRY
Lien vers tous les reportages de François DETRY