RETOUR A BUENOS AIRES de FOHR DANIEL

« Je ne voulais pas mourir dans un entrepôt à la dérive, au milieu d’une eau froide secouée comme une nappe, avec moi dessus à la place de la miette de pain, microscopique dans une immensité immense, six mille mètres d’inconnu sous moi et la nuit qui venait. Je ne voulais pas mourir dans la métaphore d’un monde en perdition. Je voulais bien mourir, même si je ne voulais pas, en tout cas pas comme ça. »
Un bibliothécaire qui voyage avec une urne sur un porte-conteneurs doit avoir une bonne raison de le faire. Et si cette raison était une histoire d’amour dont la clé se trouvait à Buenos Aires ?

L’auteur
Après une enfance entre l’Algérie, le Vietnam, et la Corse, Daniel Fohr passe un bac littéraire à Nantes, puis entreprend des études universitaires à Paris. Titulaire d’un doctorat de lettres et civilisation hispano-américaines, il suit aussi les cours de Tzetan Todorov sur la question de « l’autre » à l’ENS de la rue d’Ulm, et assiste le scénographe Jacques Polieri, créateur du « Théâtre du mouvement total », sur un projet de monographie (1979-1980).
Parallèlement, il collabore au mensuel d’information Leader africain, interviewe Jorge Luis Borges à Paris ou encore l’écrivain Gesualdo Buffalino à Palerme avant de partir enseigner le français et l’espagnol au Venezuela à Maracaibo en 1981. Sur place, il collabore au magazine d’informations Respuesta et à la revue d’art Armitano arte où il publie un certain nombre de textes journalistiques et de fiction ainsi qu’un commentaire critique sur l’œuvre du sculpteur Oscar d’Empaire. Il servira d’interprète au philosophe et épistémologue Georges Gusdorf lors de sa conférence inaugurale sur l’ouverture d’une chaire d’interdisciplinarité à l’université du Zulia, et exposera une série de photographies au Museo Bellas Artes.
De retour à Paris, en 1985, il devient concepteur-rédacteur pour l’agence TBWA1. Il est à l'origine de nombreuses campagnes récompensées par des prix nationaux et internationaux (Clio Awards, Cannes Lions, Eurobest, Club des directeurs artistiques, Grands Prix Stratégies, prix Effie, APPM). On lui doit entre autres le slogan « Think Different » pour Pepsi France2, mettant en scène l’athlète Dick Fosbury et Jimi Hendrix3 (slogan qui deviendra plus tard celui d’Apple) ; ou encore « La petite chaîne qui monte qui monte » pour le lancement de la chaîne M64, et « Là où dialoguent les cultures » pour le musée du Quai Branly. En tant que créatif puis directeur de création, il collabore avec les agences, TBWA, DDB5, Australie6, CLM/BBDO, Publicis7, BETC, Leo Burnett8, avant de fonder M&CSaatchi.GAD9 en 2005 avec Gilles Masson et Antoine Barthuel10, en association avec Maurice Saatchi.
Daniel Fohr a publié trois romans : Un mort par page, Prière de laisser ses armes à la réception, et L'Éclair silencieux du Catatumbo, (prix Tortoni en 2014) ; et une pièce de théâtre : Nelson e Georges.
Il est aussi intervenant à l’Institut de sciences politiques et membre du jury du prix Tortoni depuis 2015.
Il vit à Paris.

Editeur SLATKINE & CIE, Genève
Format 15,5 X 23 CM
Nombre de pages 224
Type de reliure BROCHÉ
ISBN 9782889440795
Prix : 18,00 €