ZAD de Haren : festival Anticarcéral et convergence!

ZAD de Haren ZAD de Haren ZAD de Haren

Entre 250 et 300 personnes au total se sont rendues à Haren la semaine passée sur la Zone À Défendre du Keelbeek, pour ré-affirmer leur opposition au projet de Maxi-Prison et au monde qui va avec. Militant.e.s, habitant.e.s, curieux-ses, lapin.e.s et activistes se sont croisés sur le chemin du Keelbeek et aux alentours de la zone où l'Etat Belge continue à s'entêter à vouloir construire ce Méga complexe pénitentiaire inutile et imposé ! Inutile il faut le rappeler car la prison n'est pas et n'a jamais été une solution; imposé car ce projet ne brille pas par la transparence sur son montage administratif et financier depuis que les harenois.ses ont découvert l'existence du projet en 2008. Tiens, mais où est donc le contrat entre Cafasso le promoteur/constructeur et l'État ? On attend toujours...Non, en fait on l'attend pas vraiment, car avec ou sans contrat, la lutte continuera.

Grâce au festival, la prison et le monde qui va avec a été débattu au travers d'ateliers, de débats, de balades sur le terrain qui, rappelons-le, était jusqu'il y a peu une des dernières zones naturelles du Nord de Bruxelles mais qui a été rasée au printemps 2018 (grâce, il faut le rappeler, à un permis d'environnement délivré par la Ministre Fremault en charge des questions...environnementales à la Région Bruxelloise !). Témoignages d'anciens détenus, intervenants sociaux en milieux carcéral, activistes contre les centres fermés et opposant.e.s au projet ont aussi discuté des alternatives à la prison et à l'enfermement durant 3 discussions qui ont rassemblé plus de 150 de personnes.

En parallèle du festival, nous avons repris sur les réseaux sociaux un appel anonyme qui circule pour organiser des actions directes de désobéissance civile en vue d'amplifier et rendre visible les différents acteurs impliqués dans la construction de cette prison. Nous soutenons cet appel, car comme sur d'autres luttes depuis quelques années (les centres fermés, le CETA, la répression, d'autres luttes de territoires à l'étranger...), ce mode d'action reste légitime à nos yeux et pour de nombreuses personnes comme outil pour amplifier l'écho de la lutte, perturber le projet et mettre l'Etat face au non-sens de ses politiques afin d'en exiger le changement radical.

Ce dimanche, sur le terrain à coté du Keelbeek, lapin.e.s du Keelbeek et sympathisant.e.s de la lutte étaient une septantaine à se retrouver pour une balade sur et autour du Keelbeek. Cette journée sera poursuivie par une discussion sur "comment sortir de l'enfermement comme solution?". Bien plus qu'une distraction du dimanche pour les vigiles qui surveillent la zone (ils sont toujours présents à coté des premières machines du chantier), ce rassemblement nous montre qu'une poignée de gens, diversifiée et organisée, reste prête à défendre le Keelbeek de façon diversifiée, peu importe les batons dans les roues juridiques ou répressifs que l'État nous mettra encore dans les pattes dans les temps à venir.

Nous ne sommes pas naifs.naïves ; nous savons que nous faisons face à un pouvoir étatique toujours plus sourd, insolent et répressif envers ceux.celles qui résistent à sa violence sociale, morale et physique, et qui ripostent à son idéologie autodestructrice de nos conditions de vie. Mais nous continuerons à construire ici à Haren et ailleurs de nouvelles formes de vivre-ensemble inclusive, à nous organiser pour empêcher l'aboutissement de ce projet et de beaucoup d'autres du genre. N'en déplaise aux promoteurs et à l'État. Le Keelbeek vivra et vaincra !

Ni Béton, ni Prison - Ni ici, ni Ailleurs !

La Zad de Haren
Alerte-keelbeek@riseup.net
Facebook: Zad de Haren