23ème « Journée du Folklore et des Traditions », à Namur, le Samedi 20 Avril

La "Societe Royale Moncrabeau" et quelques-uns de ses "40 Molons" (c) "Visit Namur" "Tchirlicke" (tirelire) jaune, "po les poves di Moncrabeau" (c) Vincent Ferooz Martine et Philippe Lebeau-Seldrum (c) "Accordance" Aout 2018, Campement des "Miserables" (c) "Canaris 1790" Une "Canari", vue par (c) Vincent Ferooz Un "Bragard" (c) "Folknam" Le char a confettis des "Bragards" (c) "Folknam" "Djozee & Francwes", sur la Place d Armes, avec la "Confrerie du Peket d namur & de ses Escargots" (c) "Le Wallon" "Djozee & Francwes", sur la Place d Armes, avec la "Confrerie du Peket d namur & de ses Escargots" (c) "Bia-Bouquet" "Diablotins" de la "Confrerie du Grand Feu de Bouge" (c) "Folknam" "Grand Feu de Bouge" (c) "L Avenir" Blanche de Namur & Magnus IV Erikson (c) "Folknam" Denis Mathen et son "Cheval Godin" (c) "Folknam" "1er Regiment des Etats Belgique-Unis" (c) "Folknam" (c) Vincent Ferooz Sur la Place d Armes, au nom bien choisi, un combat de la "Confrerie de la Malemort" (c) "Folknam" La Frairie au "Festival Mondial de Folklore de Jambes-Namur" (c) Andre Dubuisson Avec Maxime Prevot, ancien membre de la Frairie (c) "Masuis" Le Bourgmestre de Namur, Maxime Prevot, jouant du drapeau au sein des "Alfers" (c) "Folknam" Combat de l "Echasse d Or" aux "Fetes de Wallonie" 2018 (c) "DH" L un des premiers combats entre quartiers (c) "Musee des Arts Decoratifs/Hotel Groesbeeck de Croix" "Canari", en 1972 (c) "Les Amis de Manneken-Pis" "Masui" (c) "Masuis" "Molon" en 2017 (c) "L Avenir" Avec les photographies de Vincent Ferooz (c) "Pixil Komando" Le Badge 2019 (c) "Folknam"

Namur, ville de traditions, nous invite, ce samedi 20 avril, dès 10h, sur la Place d’Armes, afin de (re)découvrir tout le Folklore de la Capitale de la Wallonie., la cérémonie d’Ouverture étant programmée, sous le chapiteau, à 12h, suivie, à 12h30, à d’un concert des 40 « Molons » de la « Royale Moncrabeau ».

Cette société « chantante » (ou musicale), fondée en 1843, conjuguant Plaisir et Charité – leur devise, qui est la même que celle des « Noireaux », de Bruxelles –, est issue du cercle littéraire wallon « Li Cabinet des Mintes », son nom provenant d’un petit village français de Lot et Garonne, réputé pour sa tradition de distribuer des diplômes de menteurs.

Sn premier directeur musical fut le compositeur aveugle, Nicolas Bosret (1799-1876), qui composa « Li Bia Bouquet » , interprété, pour la 1ère fois, en 1851, par Jules Mandos (1827-1905), alors ténor au « Théâtre Royal de Namur », avant de devenir, en 1856, l’« Hymne de la Ville de Namur ».

A noter que les « Molons » utilisent des instruments de musique incongrus, en forme de têtes de cheval ou de coq, des harmonicas et autres
« gazouilleries mirlitonnantes ». Etant de toutes les manifestations populaires namuroises, ils possèdent, désormais leur statue dans le Vieux Namur, tout comme les « Echasseurs » et la « Frairie Royale des Masuis et Cotelis Jambois », possèdent les leurs de chaque côté du Pont des Ardennes, séparant Namur-Ville de Jambes-Namur.

Sous ce même chapiteau, de 15h à 19h, nous sommes invités au « Bal Folk » des asbl« Folknam » et « Folknam Musique Trad », organisatrices de cet événement convivial, sous la conduite, en première partie, d’ « Accordance », un duo jambois jouant de l’accordéon diatonique, de la guitare et de la vieille, et en seconde, de « Bastring », avec leurs clarinete, cornemuse, flûtes, guitare et violon.

Une pause pour les danseurs et pour le changement de musiciens, de 16h30 à 17h, sera mise à profit par la grande nouveauté de cette 23ème édition de la « Journée du Folklore et des traditions », l’organisation du 1er « Concoûr do pus grand mougneu d’ djote di Nameur » (« Concours du plus grand mangeur de ‘djote’ de Namur » ), la « djote » namuroise n’étant pas à confondre avec la « tarte al djote » de Nivelles, qui, comme son nom l’indique une… tarte. A Namur, la « djote », qui sera proposée aux participants, est une potée, composée de chou vert ou blanc, lardons, oignons frits, purée de pommes de terre et saucisses de viande.

Le réglement de ce concours, d’une durée de 20 minutes, auquel nous sommes tous invités à nous inscrire, via l’adresse électronique administration@folknam.be, la participation étant de 10€ par personne, incluant un verre de bière et de l’eau platte, aucune autre boisson n’étant tolérée. Précisions : interdiction de se présenter en état d’ivresse, ne pas manger avec les mains, des couverts étant fournis, et, dignité oblige, ne pas quiiter la table avant la fin du concours, le Président du Jury, devant rappeller, si nécessaire, de respecter ce produit gustatif, en évitant tout gaspillage, « tout ce qui est ingurgité, devant le rester, sous peine de disqualification » … Bon appétit ! …

Et pour ceux qui, parmi nous, préfèrent goûter ce met, avec modération, signalons que des assiettes de « djotes » seront vendues toute la journée, sur le « marché artisanal », d’autres en-cas étant dipsonibles, proposés par les différents exposants, ces derniers ayant été sélectionnés avec une attention particulière par les organisateurs. Bières et alcools régionaux seront au rendez-vous, de même qu’eaux et limonades, les enfants n’étant pas oubliés, cet événement se voulant être, avant tout, familial, d’anciens jeux en bois étant, par ailleurs, gracieusement mis à leur disposition… et à celle de leurs parents…

Pour nous tous, enfants inclus, des ateliers de folklore seront au programme, nous initiant gratuitement dès :
10h00, à la manipulation de géants et « Chevaux « Godin » (avec les « Géants de Namur ») ;
10h30, à la marche du régiment, fusil à l’épaule, tricorne sur la tête (avec le « Bataillon des Canaris ») ;
11h00, aux joutes médiévales (avec les « Loups de Fer ») ;
11h30, aux lancers et manipulations de drapeaux (avec les « Alfers ») ;
14h00, aux chants et instruments de musique (avec « Folknam Musique Trad ») ;
14h30, à la danse folk, aux musiques et danses adaptées aux enfants (avec « Accordance »).

Sur divers stands du « village historique », proposés par « Folknam », différentes animations nous seront gracieusement offertes, telles la sculpture de marionnettes, la présentation d’armes et armures, la confection de cartouches, les scènes de vies d’époque, …, sans oublier que, dès 13h30, nos enfants pourront participer à un atelier d’épices, avec la « Compagnie Franche » . En outre, remontant le temps, nous pourrons nous installer au sein d’un campement de la « Compagnie de Malemort » et du « Bataillon des Canaris de Dumonceau ».

… Et, paraphrasant Paul Feval (1816-1887), dans « Le Bossu » (1858),« si nous n’allons pas au folklore, le folklore ira à nous », un important cortège folklorique, fort de 22 groupes, déambulera dans les rues du Vieux Namur, au départ, à 14h, de la Place des Cadets et se terminant sur la Place d’Armes, après avoir participé, vers 15h30, à un rondeau, sur la Place de l’Ange.

Parmi les participants au cortège folklorique, notons :

– des chars, tel celui, à confettis, des« Bragards », de Jean-Biétrumé Picar (le célèbre farceur namurois, né le 1er août 1704, sous les bombardements de l’armée hollandaise), et celui de« Djozèf & Francwès » (symphatiques personnages illustrés namurois, aux répliques savoureuses – par exemple :
« Combien qu’on doit? / 30 francs / Faisons moitié-moitié : Tu prends le 3 et moi le 0 » – créés et dessinés par Jean Legrand {1906-2002}, qui furent sculptés, en 2000, par Suzanne Godard ), ce char nous étant proposé par la« Confrérie du Pèkèt d’Namur et de ses Escargots » ;

– d’une autre confrérie namuroise, celle du « Grand Feu de Bouge », ce dernier étant allumé à sept reprises, à Bouge-Namur et aux alentours, afin de mettre un terme à l’hiver, en espérant pouvoir conjurer le sort des spectateurs, pour les 365 jours à venir… ;

– différents personnages historiques, proposés par « Folknam », chevauchant leur cheval (dont Blanche de Namur et Magnus IV Erikson, ce Roi de Suède ayant été séduit par la fille aînée de Marie d’Artois et Jean 1er, Comte de Namur, de 1305 à 1330) ou étant à bord d’une calèche (la Reine Margot et Don Juan d’Autriche, ce dernier ayant rencontré cette Reine de France, Margueritte de Valois, en juillet 1577, avant de décéder à Bouge-Namur, en 1578) ;

– les géants de Namur, avec « Goliath » (apparaissant dès 1458, dans la procession de la « Ducasse » ), le « Cheval Bayard (et ses 4 fils Aymon, héros d’une chanson de geste du Moyen-Age, qui, selon la légende, aurait, à Dinant, séparé le « rocher Bayard » du reste d’un éperon rocheux, en bord de Meuse, fuyant les troupes de l’Empereur), ainsi que « Chevaux Godin » (ou « chevaux jupons », apparus en 1571), l’un d’eux ayant été « monté », en 2017, par Denis Mathen, Gouverneur de la Province de Namur, alors qu’il recevait un « Alfier d’Honneur » ;

– les marcheurs, fifres et tambours, du « Bataillon des Canaris de Dumonceau » (représentant les volontaires namurois de la Révolution Belgique, de 1789-1790, rejetant les réformes de Joseph II ), du « 1er Régiment des Etats Belgique-Unis » (une autre troupe de la Révolution Belgique), et de la
« Marche St.-Eloi » (venus de Vedrin-Namur, un Vedrinois, Jean-Joseph Carpiaux, ayant été enrôlé parmi les 30.000 « grognards », qui, conduits par le Maréchal Grouchy, traversèrent la Ville en juin 1815) ;

– la « Confrérie de la Malemort », ayant pour but la promotion de l’époque médiévale, au travers de spectacles de reconstitution historique, son activité principale se développant autour du thème d’une troupe de mercenaires du 14ème siècle, pendant la Guerre de Cent Ans, mettant en scène, ce samedi 20 avril, la famille et la garde de Guillaume Ier le Riche, Comte de Namur ;Résultat de recherche d'images pour ""Confrérie de la Malemort" photos"

– plus paisibles, les groupes de danses folkloriques « La Caracole » (groupe namurois interprétant des danses wallonnes des 18ème et 19ème siècles) et la« Frairie Royale des Masuis et Cotelis Jambois » (dont les plus jeunes danseurs ont 4 ans, dans leurs vêtements des jours de fêtes du 18ème siècle, alors que Jambes faisait partie de la Principauté de Liège, les “Masuis” cultivant la vigne et le houblon, les “Cotelis” s’adonnant à la culture maraîchère) ;

– les « Alfers », réputés, de par le monde, pour leur « jeu des drapeaux », d’origine militaire (chaque compagnie d’infanterie possédant, aux 16ème et 17ème siècles, un drapeau particulier, confié à un officier, le porte-drapeau, qui, lors des parades, prestait comme « joueur de drapeau » ou « alfer »), … un art auquel le Bourgmestre de Namur, Maxime Prévot, n’hésite pas à s’adonner ;

– les « Echasseurs », qui, connus depuis 1411 (date à laquelle le Comte de Namur, Guillaume II, signa un document interdisant la pratique de l’échasse à toute personne âgée de plus de 13 ans), ayant posé leur candidature pour pouvoir figurer sur la liste du « Patrimoine mondial immatériel de l’UNESCO », nous fixent, déjà, rendez-vous pour leur traditionnel « Combat de l’Echasse d’0r », des « Fêtes de Wallonie », sur la Place St.-Aubain, le dimanche 15 septembre.

Composés des « Mélans » (échasses jaunes et noires), historiquement nés dans la Vieille Ville, et les « Avresses » (échasses rouges et blanches), qui étaient nés dans la Nouvelle Ville. Selon l’historien namurois Félix Rousseau (1887-1981), certains Namurois créèrent ces échasses pour pouvoir se déplacer dans les rues inondées, à l’occasion des crues de la Sambre et de la Meuse, ceci avant d’organiser les premiers combats entre quartiers. Notons que Charles Quint (en 1515 et 1530), Marie de Hongrie (en 1535), Ferdinand Ier de Habsbourg (en 1540), Philippe II (alors Prince d’Espagne, en 1549) et les Archiducs Albert et Isabelle (à Tervueren, en 1599), comptèrent parmi les spectateurs attentifs de leurs joutes.

Sous le chapiteau, aux côtés du bar de « Folknam », nous trouverons le stand du « Festival Mondial de Folklore de Jambes-Namur », qui en sera à sa 59ème édition, du vendredi &6 au lundi 19 août, avec la présence de la « Frairie Royale des Masuis et Cotelis Jambois », de la « Saltarelle », de Wavre, ainsi que des compagnies folkloriques issues de 4 continents (cfr. le site web http://www.festifolkjambes.be).

A noter, aussi, que nous retrouverons la « Frairie » jamboise, aux côtés, entre autres, des « Echasseurs » et des « 40 Molons », lors des « Fêtes de Wallonie », du jeudi 12 au lundi 16 septembre, sachant que tant le « Comité Central de Wallonie » que le « Collège des Comités de Quartier » tiennent, plus que jamais, à réserver davantage de place au folklore, contribuant ainsi, tout en nous divertissant, à l’éducation de nos enfants, parfois trop peu informés de notre passé et de la richesse de notre patrimoine.

En clin d’oeil à nos amis Bruxellois, n’oublions pas que notre « Manneken Pis » national possède plusieurs costumes folkloriques namurois au sein de son imposante garde robe de plus 1.000 habits issus du monde entier.

Soyons de retour sur la Place d’Armes, pour informer tous les amateurs de Folklore, qu’ils pourront acquérir, en matinée, pour une quarantaine d’Euros, un superbe ouvrage, édité par « Pixel Komando », au titre tout simple de « Folklore Namurois », illustré par Vincent Ferooz, un brillant photographe local, qui se fera un plaisir de le dédicacer… Et il ne vous en coûtera rien de feuilleter ce livre de collection, tout en échangeant quelques mots avec ce chasseur d’images..

Soulignons encore que « Folknam » proposera, pour seulement 2€, son 8ème badge, mettant à l’honneur le « 1er Régiment d’infanterie de Etats Belgique-Unis »… Une belle pièce de collection, dont l’achat apportera une contribution symbolique à l’organisation de cette 23ème « Journée du Folklore et des Traditions », qui sera accessible gratuitement, de 10h à 19h, ce prochain samedi 20 juin. Un petit appui financier bien utile pour aider « Folknam » et
« Folknam Musique Trad » à continuer leur mission de sauvegarde du patrimoine namurois.

Yves Calbert.