Au "Caméo", à Namur, avec Jean-Paul Belmondo, ce 09 Avril

écrit par YvesCalbert
le 07/04/2019
Au "Caméo", à Namur, avec Jean-Paul Belmondo, ce 09 Avril

Ce mardi 09 Avril, à 12h et à 20h, au « Caméo », à Namur, dans le cadre des « Classiques du Mardi » du « Service de la Culture » de la Province de Namur, nous pourrons retrouver Jean-Paul Belmondo, Bernard Blier et Lino Ventura, dans un film d’Henri Verneuil, avec "des répliques qui font mouche", chères à Michel Audiard, « Cent mille Dollars au Soleil » (Fr./1964/130′), une adaptation du roman « Nous n’irons pas au Nigéria » (Claude Veillot/1962).
Synopsis : « Aux portes du désert, Castigliano dirige une entreprise de transports routiers. Hans doit conduire un chargement clandestin de cent mille dollars au coeur de l’Afrique. L’apprenant, Rocco élimine le chauffeur, vole son véhicule et part avec sa complice. Castigliano promet alors une forte récompense à Marec s’il récupère le camion. Commence une folle poursuite… »

A noter que quelques mois après la fin du tournage de ce long-métrage, Jean-Paul Belmondo(°1933) fut repris, à nouveau,par Henri Verneuil (1920-2002), pour « Week-end à Zuydcote » (Fra.-Ita./1964/119′), ce cinéaste reprenant cet acteur fétiche du cinéma français à cinq autres reprises. Quant à Lino Ventura (1919-1987), il ne joua aux côtés de Jean-Paul Belmondo qu’une seule autre fois, en 1960, pour « Classe tous Risques » (Claude Sautet/Fra./ 104′).

« Cent mille Dollars au Soleil » fut tourné « sur les traces de Lawrence d’Arabie » (dixit Henri Verneuil) au Maroc, à Marrakech et dans l’oasis de Ouarzazate, ainsi qu’en France, la production ayant prévu 30 tonnes de matériel de chaque côté de la Méditerranée, afin d’éviter de nombreux déplacements coûteux entre les deux pays.

Si les critiques de la presse furent fort modestes, suite à sa sortie au « Festival de Cannes », « Cent mille Dollars au Soleil » connut un beau succès populaire, avec 3.400.000 spectateurs sur le territoire français.

Si ce n’est assurément pas le meilleur film d’Heni Verneuil, soulignons que ce dernier fut le réalisateur, entre autres, de « La Vache et le Prisonier » (Fra.-Ita./1959/119’/avec Fernand Joseph Désiré Contandin, plus connu sous le nom de « Fernandel » ) et du « Clan des Siciliens » (Fra.-Ita./1969/117’/avec Alain Delon, Jean Gabin et, à nouveau, Lino Ventura).

Possédant une rue à son nom dans le 19ème arrondissement de Paris, Henri Verneuil reçut, en 1996, un « César d’Honneur », pour l’ensemble de sa carrière, étant élu, en 2000, à l’ « Académie des Beaux-Arts ».

De son côté, « Bebel » (Jean-Paul Belmondo) obtint, en 1989, le « César du meilleur Acteur », qu’il refusa, pour « Itinéraire d’un Enfant gâté » (Claude Lelouch/Fra./1988/125′), l’ « Académie des César » lui rendant hommage, en 2017, pour l’ensemble de sa carrière. Pour cette même raison, il fut le lauréat, en 2011, d’une « Palme d’Honneur », au « Festival de Cannes », ainsi qu’en 2016, d’un « Lion d’Or d’Honneur », à la « Mostra de Venise ».

Fait « Grand Officier de l’Ordre national du Mérite », en 2017, il reçut, aussi, le « Prix du Brigadier », fondé par l’ « Association de la Régie théâtrale », pour son interprétation, à Paris, en 1987, sur les planches du « Théâtre Marigny » de « Kean » (mise en scène de Robert Hossein, textes d’Alexandre Dumas, adaptés par Jean-Paul Sartre).

De son côté, Lino Ventura (1919-1987), fondateur, en 1966, de l’association carritative « Perce Neige », présida, en 1977, la 2ème « Cérémonie des César », un hommage lui étant rendu, onze ans plus tard, en 1988, lors de la 13ème Cérémonie, son nom étant donné, en 2003, à une salle de cinéma de Parmes, sa ville natale ; en 1999, à une place, dans le 9ème arrondissement de Paris ; et en 1989, à un lycée professionnel, à Ozoir-la-Ferrière, en Seine-et-Marne.

Quant à Bernard Blier (1916-1989), il fut le lauréat, en 1987, d’un « David di Donatello du meilleur Acteur dans un second Rôle », pour « Pourvu que ce soit une Fille » (Mario Monicelli/Ita.-Fra./1986/120′), un « César d’Honneur » lui étant remis, en 1989, … trois semaines avant son décès.
Résultat de recherche d'images pour "province de namur logos"

Notons, enfin, que le dialoguiste, Michel Audiard (1920-1985), remporta, en 1982, un « César du meilleur Scénario original ou Adaptation », pour « Garde à Vue » (Claude Miller/Fra./1981/90’/avec Romy Schneider & Michel Serault ) ; en 1974, le « Prix Courteline », récompensant le meilleur humour cinématographique ; et en 1964, l’ « Edgar du meilleur Film étranger », en partage avec le réalisateur, pour « Mélodie en Sous-Sol » (Henri Verneuil/Ita.-Fra./117’/avec Alain Delon & Jean Gabin).

Yves Calbert.

  • Au "Caméo", à Namur, avec Jean-Paul Belmondo, ce 09 Avril
  • "Cent mille Dollars au Soleil" (Henri Verneuil)
  • "Cent mille Dollars au Soleil" (Henri Verneuil)
  • "Cent mille Dollars au Soleil" (Henri Verneuil)
  • "Cent mille Dollars au Soleil" (Henri Verneuil)
  • Jean-Pierre Belmondo, dans "Cent mille Dollars au Soleil" (Henri Verneuil )
  • Lino Ventura, dans "Cent mille Dollars au Soleil" (Henri Verneuil )
  • Henri Verneuil, le realisateur de "Cent mille Dollars au Soleil"
  • Jean-Paul Belmondo, "Palme d'Honneur", a Cannes, en 2011
  • Au "Caméo", à Namur, avec Jean-Paul Belmondo, ce 09 Avril
228 lectures
Portrait de YvesCalbert
YvesCalbert