Houffalize, avec un "H" comme Hiroshima

Ground(s) zero(s), actuellement le golf  OFFENSIVE - HOUFFALIZE SE SOUVIENT

Houffalize, avec un "H" comme Hiroshima.
« Ground zero », (point zéro) est un terme anglais utilisé pour indiquer l'endroit précis sur le sol où a lieu n'importe quelle explosion.
Dans le langage courant, Il ne désigne plus aujourd’hui que le site des tours jumelles de New York fracassées par l’attentat du 11 septembre 2001. Deux impacts, en altitude.
Ground zero New York/ Houffalize.
D’un côté Houffalize, le pilonnage de chaque mètre carré des 400 hectares du cadre de vie de 1.000 habitants d’une paisible localité sans importance. Par la plus grande armée de tous les temps. Par des Alliés. Par ses alliés.
De l’autre New York, deux crashes ponctuels sur 6,5 hectares, dans une ville de 15 millions d’habitants. Par des avions pilotés par des Inconnus. Par des ennemis qui seront poursuivis et châtiés.
Ground zero New-Yorkais, exploité d’une manière barnumesque comme un centre touristique mondial : on doit réserver sur internet des mois à l’avance pour visiter.
Houffalize et ses bombardements, ses 200 morts, n’est mentionné dans aucun livre comme appartenant à l’Histoire.
À Houffalize, 1 mort sur cinq habitants, et 100 pour cent de sinistrés.
Là-bas, 1 mort pour 5.000 habitants. Et personne n'a eu sa maison détruite.

Ren Dislaire © Houffalize, le 5 janvier 2020

Le titre: inspiré par la phrase de J. F. Kennedy à Berlin, le 26 juin 1963, lors der son célèbre discours "Ich bin ein Berliner":
"Berlin, avec un "B" comme Bastogne".

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

Souvenez-vous et n'oubliez jamais.

Houffalize se souvient 1944/1945 • Vidéo de 55 minute publiée et modifiée de 1980 à 1985. Cette vidéo a été réalisée par Jean-Marie Lesage et Benoit Heuse grâce à la collaboration bénévole de Véronique Baccus, de Mr Meurisse, Mr Cavanagh, Mr Caprasse, du Lieutenant Colonel Guy WEBER, des reporters US Army et de Charles B. Mac Donald etc..
Le 1er décembre 1983, bientôt quarante années s'étaient écoulées et rien ne marquait à Houffalize, le souvenir du massacre de quelques 190 victimes civiles, foudroyées lors des bombardements de 1944/1945.
Ceux et celles qui ont passé ces moments atroces et inoubliables se sont regroupés en association de fait. Un groupe de femmes houffaloises ayant vécu cette tragédie voulaient, avec les houffalois d'adoption, commémorer le 6 janvier 1985 le quarantième anniversaire de la disparition brutale de ces chers parents, enfants, amis ou connaissances.