Journées du Patrimoine 2019 à Malmedy

La Cathedrale et le monastere La chapelle des Malades L'eglise des Capucins La chapelle de la Resurrection Le kiosque de la place de Rome Le kiosque du Pont Neuf Le kiosque de la Place St Gereon La Maison Villers La Maison Villers La Maison Villers

Les Journées du Patrimoine sont l'occasion de découvrir des lieux parfois insolites qui font la richesse du patrimoine culturel de la Wallonie. La 31e édition se déroulera les 7 et 8 septembre 2019 partout en Wallonie.

Thématique 2019 : le patrimoine sur son 31
Lors de cette édition, le thème mettra en avant :
- la restauration du patrimoine immobilier
- la réaffectation de lieux classés ou repris aux inventaires (dont l’IPIC)
- la mise en valeur des biens patrimoniaux.

Les dessous du patrimoine : Les Journées du Patrimoine sont l'occasion de découvrir les secrets et l’envers du décor que nos richesses patrimoniales n’ont pas pour habitude de vous montrer spontanément.

Un programme aussi pour les plus jeunes : Des dizaines d’activités ont été spécialement pensées pour les enfants : quiz, chasses au trésor, visites guidées adaptées, contes, spectacles… Alors, pourquoi ne pas programmer vos visites en famille ?
Le temps d'un weekend, le patrimoine wallon s'offre à vous !

MALMEDY Circuit - Malmedy, terre d’histoire

Lors de deux parcours, nous vous invitons à un moment - découverte au coeur de Malmedy : le châtelet avec sa cathédrale et son monastère, les églises et chapelles, les places à kiosque et la maison Villers, patrimoine exceptionnel de Wallonie.

Circuits guidés : samedi à 14h et 16h et dimanche à 10h, 14h et 16h. Place du Châtelet 9, 4960 Malmedy 080 79 99 39

a) Les églises et les chapelles

- La Cathédrale : Consacrée aux Saint Pierre, Paul et Quirin, comme église abbatiale, elle est de style Renaissance. En forme de croix latine, elle fut construite entre 1776 et 1784 en pierres d'arkose de la région malmédienne, selon les plans de l'architecte liégeois d'ascendance saint-vithoise, Charles-Antoine Galhausen. Sa façade est encadrée de deux tours à clocheton, dont l'une abrite le carillon. L'unique nef sans pilier, coupée par un important transept surprend par ses dimensions et sa clarté. Le maître-autel installé en 1877 est décoré de bustes reliquaires. Les autels latéraux proviennent de l'ancienne église paroissiale Saint-Géréon, démolie en 1822. L'un d'eux (ouest) supporte une statue de la Vierge attribuée à Delcour. Cette cathédrale abrite également la châsse contenant les reliques de Saint Quirin ainsi du "˜un reliquaire en argent de Saint Géréon. Dès 1795, après l'annexion de la principauté par la République française, elle servit pendant un temps d'écurie et de magasin de vivres pour les troupes d'occupation. Rachetée en 1817 par Henri Steinbach, elle fut, cédée par celui-ci à la commune de Malmedy qui en fit l'église paroissiale. De 1921 à 1925, sous le gouvernement du général-baron Baltia, elle deviendra le siège de l'éphémère diocèse d'Eupen-Malmedy et sera, à cette occasion, élevée au rang de cathédrale. Elle a fait l'objet d'un arrêté de classement de la part de la Commission royale des Monuments et Sites.

- Le Monastère - Malmundarium : L'abbaye bénédictine de Stavelot-Malmedy fut fondée par le moine Remacle vers 650. Le monastère de Malmedy, construit le premier, l'aurait été en 648, à l'emplacement qu'il occupe encore actuellement place du Châtelet. A plusieurs reprises au cours des siècles, il fut endommagé et restauré. C'est ainsi que les bâtiments actuels furent reconstruits au XVIIIème siècle après avoir été presque totalement détruits dans l'incendie général de la ville en 1689. Cet incendie réduisit en cendres l'église abbatiale romane qui se dressait au nord-est de la cathédrale actuelle. Sous le régime français, le bâtiment abrita les bureaux de la sous-préfecture. Au XIXème siècle, il servit de casernement à la Landwehr, puis fut transformé en Progymnasium (école supérieure) pour devenir finalement Athénée Royal, affectation qu'il conserva jusqu'en 1982. L'édifice fut acquis par la Commune en 1985 et restauré quelques années plus tard, notamment en ce qui concerne les toitures, les fenêtres et certaines parties intérieures. Il est à noter que la toiture et les volumes ont fait l'objet d'un classement. Depuis le bâtiment s'est vu affecter une vocation administrative et culturelle. Depuis le mois d'avril 2011 un espace de mémoire, d'art, d'histoire et de culture s'y trouvent. Les visiteurs peuvent ainsi découvrir le passé et le présent de Malmedy et de la région sur plus de 3000m² d'une manière interactive et moderne.

- La Chapelle des Malades : Dédiée en 1188 à sainte Marie-Madeleine, elle desservait une ancienne léproserie. Reconstruite en 1554, elle fut bientôt associée au culte de la Vierge. En 1741, Nicolas Lejeune, de Cologne, mais originaire de Faymonville, fit don d'une statue en bois de la Vierge et l'Enfant, à la suite d'une épidémie de peste qui fit plus de deux cents victimes (cette Statue de la Vierge a été volée en 1998 en plein jour, par deux individus peu scrupuleux et n'a pu être, à ce jour, retrouvée). C'est ainsi que la chapelle devint celle de Notre-Dame des Malades, but de nombreux pèlerinages aux siècles passés. Les nombreux ex-voto qui en tapissent les murs témoignent de la ferveur populaire dont la Vierge des malades était et est encore l'objet.
Rue de la Chapelle 4960 Malmedy

- L’église des Capucins : Deuxième en grandeur de la ville, épargnée par l'incendie catastrophique de 1689, elles est située dans la ruelle du même nom et est consacrée à Saint François d'Assise. Elle doit son existence à l'installation de la communauté des Pères Capucins, venus à Malmedy en 1617. Leur couvent, en grande partie démoli en 1902, après avoir servi d'hôtel de ville puis d'école, était accolé au côté est de l'église, dont la première pierre fut posée en 1623. L'édifice en moellons est à nef unique avec une seule chapelle latérale. Le maître-autel en chêne est orné d'une grande «Nativité» sur toile attribuée d'une part par Herman Rehm et A. Bragard-Pietkin au peintre malmédien Counet en 1887 et d'autre part à Englebert Fisen par le Club Wallon, en 1905. Au-dessus de la porte d'entrée, une Vierge en bois de l'école liégeoise de Jean Delcour accueille les fidèles. Une autre Vierge en bois, peinte en blanc, également attribuée à cette même école, domine l'autel latéral. L'église, propriété de la ville de Malmedy, abrite également plusieurs autres peintures et sculptures de valeur, œuvres de maîtres hollandais et wallons des XVIIe et XVIIIe siècles.

- La chapelle de la Résurrection : Un des quartiers historiques de Malmedy abrite la Un des quartiers historiques de Malmedy abrite la Chapelle de la Résurrection. Elle fut érigée en 1755 d’après les plans de l’architecte Gaetano-Matteo Pizzoni qui avait également conçu la Cathédrale Saint-Aubain de Namur. Le nouvel édifice religieux permit aux habitants de « Vaux » d’assister aux offices religieux dans leur propre quartier. De forme octogonale, l’intérieur de la chapelle est très frappant, il s’illumine par les trois grandes fenêtres des façades. L’excellent état de conservation de l’édifice est dû aux nombreuses restaurations d‘envergure. Ainsi, l’église fut complètement rénovée dans les années 1893, 1930/31, 1970 et 1992; le toit fut également remis à neuf. La Chapelle abrite, entre autres, les reliques des Saintes Emérentienne, Albine et de Saint Juste. Elle fut érigée en 1755 d’après les plans de l’architecte Gaetano-Matteo Pizzoni qui avait également conçu la Cathédrale Saint-Aubain de Namur. Le nouvel édifice religieux permit aux habitants de « Vaux » d’assister aux offices religieux dans leur propre quartier. De forme octogonale, l’intérieur de la chapelle est très frappant, il s’illumine par les trois grandes fenêtres des façades. L’excellent état de conservation de l’édifice est dû aux nombreuses restaurations d‘envergure. Ainsi, l’église fut complètement rénovée dans les années 1893, 1930/31, 1970 et 1992; le toit fut également remis à neuf. La Chapelle abrite, entre autres, les reliques des Saintes Emérentienne, Albine et de Saint Juste.

b) Les kiosques

- le Kiosque à musique : Le kiosque de la place Saint-Géréon à Malmedy est inauguré en 1901 à l’occasion d’un concert donné par les quatre sociétés musicales de la ville ( l’Echo de la Warche, l’Union Wallonne, la Malmédienne et la Fraternité ). Il se situe à l’endroit même de l’ancienne église paroissiale, dédiée à St-Géréon, érigée au 10ème siècle).

- le kiosque de la place de Rome
rappelle la courte guerre franco-allemande de 1870 à 1871. Pour commémorer la victoire des Prussiens, on érigea sur la place une statue en pierre à la gloire de l’empereur Guillaume de Prusse et à l’effigie du guerrier prussien. Après la Première Guerre mondiale, en 1918, Malmedy fut rattachée à la Belgique et la plupart des vestiges prussiens furent enlevés. C’est ainsi de la statue de l’empereur Guillaume fut remplacée en 1923 à l’initiative et aux frais des habitants du quartier par un kiosque à musique de plan octogonal. Ce dernier traduit le goût pour une architecture dite champêtre ou rustique qui allait inspirer la réalisation de nombreux kiosques. Dans le ciment moulé, on recréa une partie de la nature, imitant, dans ce cas-ci, le branchage naturel.

- le kiosque de la place du Pont-Neuf
de style néo-classique, abrite sous sa coupole les bustes de Beethoven, Mozart et Wagner. Le sous-sol est accessible par une trappe.
Il fut construit à l’emplacement d’un jardinet qui ornait les entrées de rues La-Vaulx et Derrière-la-Vaulx à l’occasion de la fondation de “La Lyre”, société musicale qui disparut lors de la guerre de 1940.

c) La Maison Villers
La Maison Villers est sans nul doute l'une des plus belles demeures du patrimoine malmédien. Cette ancienne demeure est située au carrefour de la rue de la Tannerie et de la Chemin-Rue. Bâtie en 1724 par des bourgeois tanneurs, cette bâtisse unique a traversé les siècles tout en conservant ses décors d'origine. Boiseries, stucs, carreaux de Delft et de grandes toiles peintes tendues témoignent du raffinement et du savoir-faire des artisans de l'époque. Ici, le temps semble s'être arrêté. En 2006, la Maison Villers a été reconnue par la Région wallonne comme patrimoine exceptionnel de Wallonie. Aujourd'hui entièrement restaurée, elle a retrouvé tout son éclat d'antan et ouvre ses portes au public !

© François DETRY
Lien vers tous les reportages de François DETRY