La Sardaigne : l’île de tous les records de longévité …. depuis toujours !

Vignobles sardes Vignobles sardes Le cannonau Le cannonau Philomena 111 ans ( en 2017 ) Giacobba 105 ans ( en 2017 ) Iulio 104 ans ( en 2017 ) Iulio 104 ans ( en 2017 ) gino 103 ans ( en 2017 ) Pasqualina 103 ans ( en 2017 ) Peppino  103 ans ( en 2017 ) Angelo 100 ans ( en 2017 )

Magnifique île italienne située au sud de la Corse, la Sardaigne a connu en 1911 son premier recensement indiquant l’âge de ses habitants. Et cette année-là, le nombre des centenaires vivant sur cette île crée une immense surprise puisqu’ils sont alors plus de 6000 ! Cette concentration exceptionnelle de centenaires passe cependant pratiquement inaperçue car la Sardaigne reste assez peu peuplée dans sa globalité.

En 2011, une véritable explosion du nombre de centenaires en Sardaigne.
A la surprise générale, en 2011, le dernier recensement réalisé en Sardaigne révèle que l’île abrite au moins 3000 centenaires, souvent même au sein d’une même famille. Une constatation étonnante et un chiffre vraiment record face au reste du monde, car nulle part ailleurs une telle densité de centenaires, y compris familiale, n’a jamais été enregistrée. Pas même dans les pays où la population semble jouir d’une longévité supérieure à la moyenne comme dans la péninsule de Nicoya au Costa Rica, en Amérique du sud, ou dans l’archipel d’Okinawa au Japon.

En 2015, la famille Galli obtient « le record mondial de longévité » grâce …au vin de Sardaigne !!!
Du haut de ses 108 ans, et depuis qu’elle a obtenu le titre de « doyenne mondiale des fratries centenaires » par l’OMS ( Organisation mondiale de la Santé ), Carmen Galli est devenue a femme centenaire la plus célèbre au monde. Les 9 frères et sœurs de la fratrie sarde sont alors âgés de 86 à 108 ans et se portent remarquablement bien. Or, chez les Galli, personne ne doute des raisons de ce dynamisme inaltérable : leur secret de santé, c’est simplement 2 verres de Cannonau par jour ! Un vin de Sardaigne authentique, produit selon les traditions ancestrales depuis des siècles.
Au premier abord, de nombreuses autres familles sardes, centenaires elles aussi, consomment aussi quotidiennement ( et modérément ) de ce fameux Cannonau ,ce qui semble indiquer que ce vin possède d’étonnantes vertus sur la santé. Une cure de jouvence bien douce, en fait, en comparaison de celles que l’on connaît déjà comme la restriction alimentaire pratiquée sur l’île d’Okinawa ou encore le labeur sans relâche qui maintient en grande forme les habitants de la péninsule de Nicoya, au Costa Rica.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Sardaigne, depuis toujours la terre du vin
Les sardes furent les premiers vignerons de la Méditerranée, une découverte qui contribue à rendre unique l'histoire et la tradition de la production du vin sur l'île : les vignobles antiques étaient très similaires à ceux qui sont encore travaillés de nos jours.

Cannonau pour une vie centenaire
Rouge rubis, enivrant, généralement vieilli pendant deux à six ans et avec une teneur en alcool égale ou supérieure à 12,5 pour cent. Un vin moelleux et robuste, parfait pour un mariage avec le gibier et les saveurs fortes de la cuisine de l’île, en particulier les fromages tels que le pecorino. Sur le thème d'une vie longue et saine, la Sardaigne a beaucoup à offrir et le cannonau fait partie de ses recettes secrètes.
La longévité sarde est génétique, mais pas seulement. Selon les études en la matière, cela pourrait également provenir d'une combinaison unique de facteurs environnementaux et sociaux, parmi lesquels, et pas le moindre, l'alimentation, basée (et transmise aux générations futures) depuis des millénaires sur des produits sains et authentiques. Le cannonau contribue à l'alimentation locale, soit un véritable élixir de vie, contenant trois fois plus d’antioxydants que les autres vins rouges et garantissant des avantages pour le système cardiovasculaire presque dix fois supérieurs aux variétés de vin cultivées dans les autres régions italiennes.

© François DETRY
Lien vers tous les reportages de François DETRY